Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Les rebelles de la forêt (Blu-ray)

Catégorie Animation
Titre Original Open season
Genre Animation
Pays USA
Date de sortie 08/05/2007
Réalisateur Divers
Avec Pascal Légitimus, Julien Courbet,, Gary Sinise, Martin Lawrence, Ashton Kutcher , Debra Messing
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs John B. Carls et Steve Moore
Scénaristes Steve Moore, John B. Carls...
Compositeur Ramin Djawadi

Critique de Bruno Orru
Editeur SPHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 82 min
Support
   
   

L’histoire

Boog est un ours apprivoisé par une garde forestière au pied des rocheuses Américaines. Sa vie va basculer, à deux jours de l’ouverture de la chasse, lorsqu’il libère Elliot, un cerf sauvage maigrichon et à un seul bois qui s’est fait capturer par le terrifiant et stupide chasseur Shaw. Pour ‘remercier’ Boog, Elliot va l’entraîner dans le pillage de la superette locale. Devant la menace que représente un ours qu’il croit devenu dangereux, le chef de la police demande à ce que Boog soit relâché dans la nature.

Abandonné en pleine montagne avec Elliot et son fidèle ours en peluche, Boog va devoir apprendre la dure vie dans la nature et à se faire respecter des autres animaux de la forêt…

Critique subjective par Jean Luc Richter

‘Les rebelles de la forêt’ (Open season) est basé sur les comics de Steve Moore, qui a participé à l’écriture du scénario du film. C’est aussi le premier film de Sony Pictures Animation, un nouveau studio d’animation 3D qui est aussi à l’origine de « Monster House » et du prochain « Surf’s up ». Voyant le succès récent de films comme ‘Némo’ (Pixar) ou ‘Shrek’ (dreamworks), le géant japonais des médias, propriétaire de Columbia Pictures, a voulu se lancer dans l’aventure des dessins animés en 3D et y a mis beaucoup de moyens. Ainsi, ce sont plus de 250 artistes informaticiens qui ont contribué à faire ce film, utilisant pour cela les dernières techniques de l’animation, avec forces poils (plusieurs millions pour l’ours), simulations de fluides et gestions de forces.

Le scénario fait de ce film un typique du ‘Buddy Movie’, mettant aux prises l’Ours, fort, mais inconscient de son statut de roi de la forêt et adouci par ses années au contacte de l’homme, et le petit cerf, fourbe, bavard et prêt à toutes les bêtises. L’ensemble est traité de façon très cartoon, avec des clins d’œil incessant aux célèbres dessins animés de la Warner des années 50/60 qui mettaient en scène Buggs Bunny ou Vil le Coyote. Si les personnages sont assez réussis graphiquement, on regrette quand même le manque global d’originalité du sujet et surtout l’horripilante tendance de donner à Elliot cet accent de ‘jeune des cités’ que le doubleur Julien Courbey n’hésite pas à qualifier de ‘racaille’.

Heureusement, ‘Les rebelles de la forêt’ est tout de même parsemé de nombreux gags qui raviront les enfants, première cible du long-métrage. Mais Sony Pictures Animation n’a pas réussi à faire aussi bien que ses concurrents et à faire un film qui puisse passionner toute la famille. Espérons qu’ils feront mieux dans leurs prochaines productions, car l’animation en image de synthèse a déjà prouvé qu’elle ouvre des perspectives réellement intéressantes dans le 7ème art.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le transfert 100% numérique est assez logiquement un régal pour les yeux. Les différentes fourrures et autres pelages d’animaux présentent des textures extrêmement fouillées.



Comme souvent sur les Blu-ray Sony, les couleurs sont éclatantes et saturées à point, sans débordement. Il est vrai qu'ici nous sommes dans un monde animé mais le réalisme du film est bel et bien lié à ce respect des couleurs, proche d'un environnement réel.
L’image est d’une rare fluidité et les symptômes de compression de la version SD un lointain souvenir tant l’image 1080p est ici parfaite.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais PCM 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Oui Bonne Moyenne Bonne

La version Blu-ray est servie par une piste VO PCM 5.1 de haute voltige. L’association de dynamique exacerbée avec les nuances d’une piste sonore non compressée font un spectacle sonore des plus plaisants. La diaphonie surround est également appréciable, bien que les effets ne soit pas les plus exceptionnels. La VF en « simple » Dolby Digital marque le coup avec une dynamique globale sensiblement moins impressionnante et un rendu des graves plus lourd. De fait, on préfèrera ici la VF DTS 5.1 de l’édition DVD !


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Pour la première fois, Sony Pictures présente une édition Blu-ray « lourdement » chargée de bonus. Il était temps ! Même si nous comprenons les affirmations des responsables de la division Blu-ray chez Sony Pictures qui déclaraient se concentrer sur l’optimisation de l’image et du son, la présence de bonus sur une édition peut-être un élément important pour beaucoup. Si la quantité est là, l’interactivité reste quant à elle traditionnelle, vous ne trouverez aucun élément représentatif des possibilités qu’offre le cahier des charges Blu-ray, hormis des animations de personnages sur les principaux menus. Alors que les bonus sont proposés sur un second disque pour l’édition DVD, le Blu-ray double couche 50 go accueille sans problème l’ensemble des éléments, presque tous présentés en HD puisque seuls le clip vidéo et les galeries sont présentés en SD.

Voici la liste des bonus de cette édition Blu-ray (avec l’aide de Jean-Luc Richter)

- Commentaire de l’équipe du film (VOST)Le traditionnel commentaire où l’on s’auto congratule beaucoup et où l’on apprend quelques anecdotes sur la réalisation du film. Le making-of regroupe une grande partie des informations distillées dans ce commentaire, à réservé donc pour les plus passionnés par ce film.

- Court métrage « Les Chapardeurs » (VOST)On retrouve ici les deux personnages principaux, Boog et Elliot, dans une courte aventure où ils sont aux prises avec un chien qui défend de jolis et appétissants gâteaux. Une histoire amusante qui rapproche beaucoup les deux héros de la tradition cartoon des années 50/60.

- Making-of.  Il est présenté en trois parties : 1) La section interview des géniteurs des personnages, des réalisateurs et des producteurs (rien de bien révolutionnaire dans le déroulé de la production), 2) l’enregistrement des voix de Boog et Elliot par Pascal Legitimus (en petite forme sur cet entretien) et Julien Courbey, 3) Le doublage par les acteurs américains (montage de prise de vues avec quelques commentaires des acteurs / doubleurs).

Ci-dessous quelques captures de ce making-of en trois parties.












Le making of s'attarde longuement sur le doublage VF et le doublage VO.






- Clip musical :
  ‘I Wanna Lose Control (Uh Oh)’ : C’est clip vidéo de la chanson du film.

- Les rois de la glisse (VOST)Cette section contient les bandes-annonces pour le prochain dessin animé en 3D de l’éditeur. L’ensemble est présenté en HD et donne une nouvelle fois la mesure démonstrative de la HD sur des films d’animation.

- Trois petits jeux sympasEn fait, il ne s’agit pas vraiment de trois jeux puisque le premier est un aperçu du doublage du film dans différentes langues, le second est un comparatif film/story-board. Seul le dernier est un jeu où il faut faire ‘tourner’ la roue et essayer de deviner des personnages ou des lieux du film à l’aide de différents indices.

- Les blagues de Boog et d’ElliotOn retrouve ici les principaux personnages du film dans de petits dessins animés en 2D très simplistes. Graphiquement, c’est très décevant par rapport au long métrage.

- Galeries Trois galeries de photos montrent les décors, les personnages et le story-board. C’est ici que se cachent les dessins de préparation des personnages.