Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

L'arme Fatale 2

Catégorie Cinéma
Titre Original Lethal Weapon 2
Genre Action
Pays USA
Date de sortie 02/02/2011
Réalisateur Richard Donner
Avec Danny Glover, Mel Gibson, Joe Pesci, Joss Ackland, Derrick O'Connor, Patsy Kensit
Format Blu-Ray
Boitier Amaray avec fourreau cartonné
Producteurs Richard Donner et Joel Silver
Scénaristes Jeffrey Boam
Compositeur Michael Kamen, Eric Clapton et David Sanborn

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 115 min
Support
   
   

Quand Martin Riggs est séduit par la secrétaire d’un dangereux malfaiteur et que ce dernier, mauvais joueur, assassine la belle, que fait-il ? Il se venge. Et comment ? A l’aide de voitures de police, revolvers et armes en tout genre, folles poursuites et gags cocasses. Et qui le met en valeur ? Roger Murtaugh, flic qui n’aspire qu’à une vie paisible.

Pour ce deuxième volet, Richard Donner reprend les recettes qui ont fait le succès du premier épisode : Un duo qui fonctionne à merveille par les caractères radicalement opposés, des cascades toujours plus spectaculaires, de l’humour pratiquement à chaque plans et une trame assez basique le tout complété par des situations souvent impossibles dans la digne lignée des « James Bond » ou « Die Hard ». Alors effectivement on ne parlera pas de chef d’œuvre d’auteur, ni de finesse de ton au-delà de toutes les considérations bien pensante, mais « L’arme Fatale » est avant tout un cinéma de divertissement, où l’on ne cherche pas à réfléchir, mais où l’on préfère surtout oublier, le temps des 115 minutes du film, les soucis du quotidien. Une vision un peu cliché du film de Richard Donner qui colle pourtant à merveille à la peau de ce long métrage d’action pétaradant.

La première force de « L’arme Fatale » réside surtout dans l’alchimie subtile qui consiste à enchainer des scènes de courses poursuites avec de l’humour parfois presque burlesque. Avec des personnages caricaturaux presque à outrance comme l’opposition systématique entre Riggs, surnommé « L’arme Fatale », flic impulsif, transgressif et violent et Murtough, policier intègre, calme et protocolaire. Le réalisateur s’amuse à utiliser ses différences pour mieux servir les besoins de son film.

Et pour ce deuxième volet, Richard Donner enfonce le clou en y ajoutant en plus les frasques de l’amitié naissante et des repères que le personnage de Riggs découvre dans le mode de vie de Murtaugh et inversement. Ici, la vie privé des personnages prend plus de place et devient presque le cœur de l’histoire, avec une redite autour du personnage de Riggs. Le scénario reste fidèle à l’esprit du premier et apporte une nouvelle fraicheur avec un nouveau personnage : Léo Getz, venu mettre un peu plus en difficulté les nerfs de nos héros pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Encore une fois, le couple Danny Glover et Mel Gibson résonne avec beaucoup de justesse et de fraicheur et l’intervention de Joe Pesci vient ici renforcer la dimension humoristique du film. Avec un parfum de nostalgie de revoir un jour Mel Gibson retrouver cette fraicheur de jeu, son interprétation de Riggs est bondissante à souhait, on aime le voir se battre, en prendre plein la figure et se relever avec presque qu’aucune égratignures. Quand à Danny Glover, on regrette seulement de ne pas le voir plus souvent au cinéma, tant son jeu est pétillant, juste et réjouissant. L’équipe semble beaucoup s’amuser, et si le film ne dépasse pas en qualité le premier volume il en est assurément l’égal.

En conclusion, « L’arme Fatale 2 » est un deuxième volet réussit, qui reprend les mêmes ficelles que le premier épisode, mais qui parvient à en égaler les qualités. Réjouissant.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Une image impeccable, à la résolution soignée. Les noirs sont intenses et les couleurs parfaitement dosées pour donner une certaine profondeur , comme lors des scènes de poursuites. Les contrastes offrent une véritable profondeur à l’ensemble. Une véritable réussite.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Allemand Dolby Digital 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Espagnol Dolby Digital 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Coréen Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Grec Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Norvégien Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Polonais Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Portugais Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Russe Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Suédois Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Thailandais Sous-Titrage Oui Oui Oui      

Alors forcément, les effets sonores sont au rendez-vous, et même si le tout manque de subtilité parfois notamment par la présence un peu trop soutenue de la musique d‘ambiance. La spatialisation est impeccable et la dynamique forcément brillante avec des basses parfaitement dosées pour donner ce qu’il faut de densité à l’ensemble.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Les commentaires audio de Richard Donner qui revient à grand renfort d’anecdotes et de vision créative. Puis un mini documentaire sur le réglage des cascades ainsi que quelques scènes coupées.