Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Killer Elite

Catégorie Cinéma
Titre Original Killer Elite
Genre Action
Pays Etats-Unis
Date de sortie 01/03/2012
Réalisateur Gary McKendry
Avec Jason Statham, Robert De niro, Clive Owen, Dominic Purcell
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Christopher Mapp
Scénaristes Matt Sherring
Compositeur Reinhold Heil, Johnny Klimek

Critique de Julien Sabatier
Editeur Tf1 video
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 116 min
Support
   
   

L’histoire :

Pour sauver son mentor, un ancien des forces spéciales américaines organise une mission consistant à liquider des soldats du SAS.

Critique subjective :

Premier long-métrage de Gary McKendry, Killer Elite est l’adaptation d’un roman de Ranulph Fiennes (The feather men) présenté comme « inspiré de faits réels ».

Se déroulant au début des années quatre-vingt et naviguant aux quatre coins du monde (Amérique du Sud, Australie, Moyen-Orient, Europe, etc.), Killer Elite se veut un mélange d’espionnage et d’action. Imaginez une alliance un peu bâtarde entre les aventures de Jason Bourne et le guys-on-a-mission movie, vous ne serez pas loin du compte. De par son postulat, le métrage évoque aussi des œuvres comme Munich et Ronin, toutes proportions gardées.

Plutôt attrayant sur le papier, Killer Elite n’est pas tout à fait probant à l’écran. Selon l’expression consacrée, le film « ne casse pas trois pattes à un canard ». Heureusement, il s’avère d’une nature généreuse. Le casting est plaisant, Jason « Crank » Statham côtoyant ici Robert De Niro, Clive Owen, Dominic Purcell (l’acteur qui a réussi à se relever de Blade 3 et Prison Break, chapeau !) et Adewale Akinnuoye-Agbaje (l’éternel Abedisi de la série OZ). La mise en scène n’est pas honteuse (a fortiori pour une première) et le film possède un certain cachet série B (côté répétitif mais sympa).
Le gros point fort du métrage reste cependant sa haute teneur en action. Fusillades (ça défouraille régulièrement), combats à mains nues (Jason tatane), courses-poursuites (à pied ou en voiture), explosions. Tout y est. Pas un instant de répit. Le cahier des charges est scrupuleusement respecté.
Si les incohérences narratives (comme l’infiltration facile du QG du SAS) passent encore, le film trébuche en revanche à chaque fois qu’il s’aventure sur le terrain de la géopolitique, de la psychologie ou de l’émotion. Ainsi, et malgré une certaine bonne volonté, il ne parviendra jamais à transcender son statut de Statham movie (presque un sous-genre en soi) version de luxe. Dommage.

Verdict :

A l’arrivée, pour peu que l’on ne soit pas d’humeur trop exigeante et que l’on consente à laisser son cerveau au vestiaire, le visionnage de Killer Elite se révèlera plutôt agréable. Un petit divertissement du samedi soir. Ni plus, ni moins.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une qualité d’image très honorable. Le rendu est propre (master sans anicroches), très précis (on peut compter les poils de barbe de Jason Statham) et bien géré (colorimétrie impeccable, identité du métrage respectée). Un travail de très bonne facture qu’une compression des plus discrètes ne vient jamais ternir.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Des pistes musclées et nerveuses. En VO comme en VF, le DTS HD 5.1 master audio assure le spectacle en déployant une grosse énergie, une puissance qui force le respect et une précision diabolique (les balles fusent). Immersif.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 49 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- Making of (17 minutes) : Making of très factuel mais assez sympathique. Un bon aperçu des conditions de tournage.

- Interviews de l’équipe du film (23 minutes) : Le SAV promo habituel et ses questions bidon du type « Comment s’est passée la collaboration avec untel ? ». A fuir.

- Scènes coupées (9 minutes) : Des scènes coupées qui développent surtout le personnage incarné par Clive Owen et ne revêtent que peu d’intérêt.