Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

13 assassins

Catégorie Cinéma
Titre Original Jûsan-nin no shikaku
Genre Action
Pays Japon
Date de sortie 20/03/2012
Réalisateur Takashi Miike
Avec Kôji Yakusho, Takayuki Yamada, Yûsuke Iseya, Tsuyoshi Ihara
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Takashi Hirajô
Scénaristes Deisuke Tengan
Compositeur Kôji Endô

Critique de Julien Sabatier
Editeur Metropolitan
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 126 min
Support
   
   

L’histoire :

Treize samouraïs projettent d’assassiner un seigneur sanguinaire.

Critique subjective :

Pour le prolifique Takashi Miike, 2010 aura été une petite année. Le réalisateur ne signera en effet « que » deux longs-métrages, à savoir Zebraman 2 et 13 assassins, film dont il sera question en ces lignes. Avant d’aller plus loin, précisons que le titre nous parvient sous forme d’inédit vidéo et dans son montage international de 126 minutes.

Surgissant toujours là où on ne l’attend pas, Miike revient avec le remake d’un classique du film de sabre, 13 tueurs d’Eiichi Kudo (1963). Pour rappel, ce métrage, à la structure assez proche de celle des Sept samouraïs, conte l’histoire d’une poignée d’hommes valeureux projetant d’assassiner un cruel seigneur lors de son passage dans un petit village-relais. Un récit qui débouche sur une bataille dantesque opposant les treize samouraïs aux nombreux gardes du corps du seigneur. 13 tueurs version Miike, un concept pour le moins intriguant. De la part d’un cinéaste ayant notamment filmé une fléchette tirée par un vagin (Fudoh), une interminable scène de torture (Audition), un film dont le titre apparaît dans du sperme (Ichi the killer), des pratiques scatophiles (Visitor Q), un métrage sur fond de physique quantique (God’s puzzle) et l’adaptation live d’une série d’animation pour enfants (Yatterman), on peut raisonnablement s’attendre à tout. Takashi Miike. Le chanbara. Un cocktail hautement explosif sur le papier.

Si Miike va encore nous surprendre, c’est justement en ne cherchant pas à dynamiter le genre abordé (le film de sabre). Connu pour ses excès, le cinéaste va ici briller par sa retenue, sa pondération (il qualifie d’ailleurs son œuvre de « film familial » !). Dans 13 assassins, pas de script truffé d’éléments loufoques, point visuels fous furieux. Le scénario est classique (identique à celui du film de Kudo) et la mise en scène agréablement posée. Le combat opposant les treize samouraïs à quelques deux cent adversaires, pourtant propice aux débordements graphiques, sera traité avec tempérance. Seuls deux « écarts » minimes (une charge de bœufs numériques garnis d’explosifs et une scène vue à travers les yeux d’un mourant) seront à relever. Rien de plus. Trop sage Miike ? Pas du tout, le résultat est racé, classieux. Possédant un cachet « à l’ancienne », 13 assassins exhale un charme formel en provenance directe des films en costumes des années cinquante et soixante (mention spéciale aux magnifiques scènes d’intérieur chez Shimada Shinzaemon). Un régal pour les férus de cinéma nippon.

Fidèle au matériau d’origine, Takashi Miike va surtout s’attacher à en décupler l’intensité, à en amplifier la puissance. Devant son objectif, la cruauté du seigneur à abattre se trouve renforcée. Le sadisme exacerbé de ses actes (la femme mutilée, la famille criblée de flèches) lui confère une dimension quasi démoniaque. On retrouve bien sûr cette démarche d’intensification au niveau de l’affrontement final. Faite de bruit et de fureur, de sang et de boue, la séquence de combat dure près de la moitié du métrage, soit pas loin d’une heure (vous avez bien lu). En parallèle, le film a la bonne idée de clarifier certains points (le pourquoi de la mission suicide et les liens entre les samouraïs sont beaucoup plus limpides que dans le film original) et d’approfondir la caractérisation des personnages (chacun des nombreux protagonistes parvient à exister). Loin d’être trahie, l’œuvre originale se voit au contraire magnifiée par cette nouvelle approche.

Verdict :

Réussite indéniable, 13 assassins a même réussi l’exploit de réconcilier Miike avec une partie de la critique (celle qui, jusqu’alors, ne voyait en lui qu’un réalisateur bordélique). Comblé par l’expérience 13 assassins, le cinéaste japonais enchaînera d’ailleurs sur un autre remake, celui d’Hara-kiri (1962), une relecture qu’il nous tarde de découvrir.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une belle restitution HD. L’image fourmille de détails (voir le rendu des costumes ou des paysages boisés) et respecte la texture du film (les visuels n’ont pas été trop lissés). Les couleurs sont bien gérées et l’encodage invisible. Impeccable.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Japonais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne

Un DTS HD master audio 5.1 tranchant comme un katana. Affûté, très pointu, le mixage offre aussi un équilibre parfait entre voix, effets sonores et musique. La dynamique et la spatialisation font des merveilles lors de la grande bataille. On est submergé par l’action.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 43 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- L’interview de Takashi Miike (19 minutes) : Un entretien guère passionnant. Peu pertinentes, les questions posées ne permettent que de grappiller des informations relativement anecdotiques.

- Les scènes coupées (15 minutes) : Des passages d’intérêt variable concernant essentiellement la première partie du film.

- HK collection (9 minutes) : Bandes annonces des films 13 assassins, IP man 2, Les nuits rouges du bourreau de jade, Protégé, Shaolin.