Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Le Vilain Petit Canard

Catégorie Animation
Titre Original Gadkij Utënok
Genre Comédie dramatique
Pays Russie
Date de sortie 04/04/2012
Réalisateur Garri Bardine
Avec Svetlana Steptchenko, Vladimir Spivakov, Ioulia Routberg , Konstantin Raïkine , Vladimir Katchan, Grigori Anachkine, Choeurs de Mikhaïl Touretski, Garri Bardine, Armen Djigarkhanian
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Garri Bardine
Scénaristes Garri Bardine - Textes et chanson de Iouli Kim - d'après un conte de Hans Christian Andersen
Compositeur Piotr Ilitch Tchaïkovski - Orchestre Philarmonique National de Russie Dirigé par Vladimir Spivakov

Critique de Simon Bitanga
Editeur Arte Video
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 73 min
Support
   
   

Dans un lieu sauvage et retiré vivaient une fois des poules, des canards, un Coq.
La subsistance suivait son morne cours (on vit, on pond, on meurt) lorsqu’un beau jour, un œuf plus grand que les autres est trouvé par hasard par le Coq, l’adoptant, espérant un garçon. D’une importante couve éclôt d’un charmant caneton.
Aimable comme tout mais laid comme un poux, la fermeté du pied du monde qui l’entoure est certainement loin de tout ce qu’il pouvait imaginer …  

LA TOLERANCE A LA MANIERE FORTE  

Mais qui c’est ça, sssuillà Garri Bardine ? C’est uns de ces Angus McGyver de l’Animation qui vous fait des miracles d’intelligence, de drôlerie, d’acidité ou de mélancolie avec littéralement 3 fois que dalle pour les imager (des allumettes dans Conflict (Konflikt, 1983) ; du fil de fer dans Fioritures (V'ikrutasi, 1987), du papier dans Adagio (2000) ; … ).

L’existence d’un pas-beau bébé canard (naissance, croissance, age adulte) qui cherche amour, chaleur, considération … pour ne trouver que rejet, mépris, mise à l’écart et brimades avilissantes avant de se transformer en tout beau cygne : à l’instar des différentes / antérieures adaptations du récit très personnel de H.C. Andersen Den grimme Aelling, le metteur en scène russe en reprendra grandes lignes, structure et forme sans omettre d’y mettre quelques pincées de son si particulier grain de sel !  
Proche d’Adagio et encore plus de son autre court Break! (1985), le programme est conçu à partir de volumes et autres matières solides (pâte à modeler) animées image par image. Complètement en marge de la sophistication et le contrôle (informatique) qu’offrent les supports modernes, cette technique impressionne moins par ses tours de force (cadrages, travellings) que de l’indiscutable maîtrise dont l’équipe fait constamment preuve.

Le niveau d’exigence requis par Garri Bardine ira même jusqu’à cette volonté de faire épouser la gestuelle des animaux avec la piste musicale (ici on tape direct dans du Tchaïkovski). Pratiquement tous se prononceront essentiellement par des attitudes, des danses, … aussi synchros que possible les orchestrations, ce qui fait son petit effet … mais il arrive que quelques propos, en vers, seront exclamés chantés : si vous supportez peu les productions (de toute nature) où ça ne se refuse pas d’en pousser une ou 2 dès qu’il y a un créneau, vous serez horripilés !  

De la matière et du mouvement (certes saccadé et toujours précis) qui donne vie à des personnages aux design particulier, que les dérangeants environnements achèveront d’impressionner la plus jeune audience … ce qui a le mérite de coller à la sévérité du (message du) métrage.  

Vous trouviez que Caliméro c’était vraiment trop injuste ? Vous n’avez pas oublié ce goût amer qu’a laissé chaque diffusion de la petite grenouille analphabète Démétan dans votre bouche ? Vous êtes rassurés qu’on esquive les cas de Rémi, Nello, son chien Patrache et les Animaux du Bois de Quat’ Sous ? Princesse Sarah dégommait pour vous les records de tristesse étalées à la télé (française) ? Vous vous souvenez encore des fameuses boulettes de riz de la petite Setsuko dans le Tombeau des Lucioles ? Attendez-vous alors à ce que la vie de cet affreuse chose figure sur votre liste intime des animations les plus abusées vues jusqu’alors. L’écrit danois n’avait pas marqué les mémoires pour sa gentillesse et sa concession, la relecture Bardinienne en conservera noirceur et cruauté, renforcées par, comme mentionné plus haut, l’austère du rendu de la réalisation.  

Le Caneton esseulé, à l’air triste, la peau sombre / lisse, aux difformités jugées inesthétiques est gentil, il réclame donc de la tendresse et peut faire preuve d’un courage le rendant capable de commettre les plus inouïes prouesses (ne manquez pas les rencontres avec le renard). Il sera encore moins bien traité qu’un vulgaire ver de terre, lui-même spectateur du désespoir …  

Il va subir l’acharnement de sa famille d’infortune. Malgré leur fierté d’appartenir à l’élite de la volaille, agitant leurs plumes aux couleurs pétantes, les animaux du poulailler sont surtout un concentré de vices et de mauvais comportements (vaniteux, vindicatifs, jaloux, intéressés, …) que leurs airs fermés ne rendent pas plus mignons qu’ils ne le sont déjà pas (aussi bien les femelles que les mâles ou les pioupious). Leur but dans la vie ? Plaire à un Dindon qui ne doit pas avoir beaucoup connu le sentiment de bonne humeur …  

L’histoire a tout de même été réinterprétée afin de ne pas exclusivement se focaliser sur ce difficile 1e niveau de lecture : quelques ajouts et modifications opérés pour cette assez intéressante allégorie politique – qui rappelle furieusement un autre cheptel des 50’s (action située dans un endroit isolé de tout, protégé par un contour de planches de bois ; rites et rythmes (chants matinaux récurrents l’aile sur le coeur à la gloire du Drapeau, défilés, système de hiérarchie, …) et socio-comportementale (l’ajout d’un Roi de la Basse-Cour qui gobe des œufs pour pousser son tout puissant cocorico, poltron et ingrat ; questionnements sur la difficulté de vivre ; …) … qui converge vers ce qui risque de marquer durablement les esprits : l’intolérance.   

CONCLUSION :  

La durée est idéale, les images parlent d’elles-mêmes, le message touchera au plus large, une barrière de la langue qui sait être inexistante (bien qu’ici on est aidés par un texte bien établi dans l’inconscient collectif) : une belle histoire, poignante, triste et viscérale.

Qu’il s’agisse d’allusions politiques, psychologiques, morales, physiques ou autre, le cœur de Gadkij Utënok bat d’autant plus fort qu’il est sublimé par ses choix artistiques (méthode désuète impliquant un long temps de chargement, pertinent travail sur la musique, approche digne des films d’autrefois) mais n’atténuera jamais sa dureté de propos pour flatter le public qui peut en ressortir choqué, outré, effrayé et bannir le disque par peur, impression d’abus, … peut-on s’hasarder à dire « comme avec le petit canard » ?  

Objet subjuguant et paradoxal qui recevra donc son label "vidéo pour apprendre la vie" en fonction du jugé de la maturité du public embarqué et, d’un point de vue général, de ce que tout le monde est prêt à supporter aux niveaux visuels et narratifs.  

A la fin, une chose est sûre : vous aurez moins de scrupules à vous faire une omelette ou des œufs sur le plat.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

La qualité est décente, suffisamment pour faire ressortir les couleurs (vives) et textures (riches) des différentes matériaux (soient-elles lisses, poilues ou emplumées) de ce travail à l’ancienne … On peut même constater, comme dans le Mystère du Lapin Garou, le moulage des personnages à la mano (traces d'empreintes digitales). L’animation ne subit pas d’à coups.

Peut-être manque-t-il parfois un peu de précision et il arrive au grain d’avoir un rendu bizarre …     

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Moyenne Bonne Moyenne
Russe DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Moyenne Bonne Moyenne
Français PCM 2.0 Oui Oui Non Moyenne Moyenne Moyenne

On a affaire à 3 pistes son : la VOSTFR DTS Master Audio 5.1, le doublage français en 2 versions (DTS Master Audio 5.1 et Stéréo).
Pour ce qui est de la comparaison, la Stéréo est bien rodée et fait ce qu’on attend d’elle au mieux de sa forme (bruitages, dialogues, musiques toujours clairs).  

Les pistes DTS, c’est forcément une toute autre histoire, mais à 2/3 choses près, les 2 s’équivalent : solides, soutenues, puissantes et limpides (les effets sonores ont un rendu bien plus sympa), elles donnent surtout plus d’ampleur et de relief aux quelques morceaux issus de Casse-Noisette et du Lac des Cygnes.  

La version originale est un sacré dépaysement ! Les chants revigorants et les différents timbres des interprétations sont restitués correct, les sous-titrages bien timés achèveront d’aider efficacement à la compréhension. La puissance émotionnelle, on y est !!  

Respect des intentions, intonations et sentiments (chapeau pour comment ça monte parfois dans les aigus) que ce soit dans les voix où les textes : les responsables de la localisation peuvent se féliciter car le travail fourni est sincèrement d’excellente qualité. A écouter !

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 35 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- Menu animé avec tous les personnages
- Chapitres numérotés en 14 parties
- Versions (Piste française PCM Stéréo ; Piste française DTS HD Audio 5.1 ; Piste russe sous-titré français DTS HD Audio 5.1)   

- Les Plus (Bonus) :   

* Les coulisses du tournage : Le tournage du vilain petit Canard (VOSTF) :
Making of commenté en voix-off par Garri Bardine qui confiera quelques infos sur la musique (on verra le chef d’orchestre Vladimir Spivakov au travail et il y aura même un peu de pub pour les responsables des chants du matin : les Choeurs Mikhaïl Touretski), le doublage (on nous présentera quelques acteurs en plein enregistrement dirigés par un Garri Bardine qui donne également de sa personne dans le rôle de l’Annonceur), la production (comptabilité et respect du planning de travail), l’équipe technique (on verra des maquettes, des décors, la mise en place des éclairages, la sculpture des personnages, … une explication sur la technique d’animation employée et une importance capitale accordée aux gestes), le travail de pré-production (dont 18 superbes dessins préparatoires de Kirill Tchiouchkine), …
Le réalisateur reviendra sur quelques réorientations scénaristiques (notamment le passage avec les oiseaux sauvages, devenant autant la clef de l’évolution de caneton que sa vision des conséquences de la liberté) dans un projet qui aurait mis 6 ans à se faire.    

* Les voix françaises : Doublage du film le Vilain petit Canard (VF) :
Entretien avec Catherine Ghislain (directrice du doublage C You Soon) et Nathalie Stas (directrice de chant) qui témoignent tour à tour des difficultés pour l’adaptation française (le casting de voix auprès de chanteurs d’opéra, le travail sur le rythme, …).  

* La Collection Enfants Arte :
Un montage de différentes bandes-annonces de la collection Arte Enfants, très copieux au niveau de la quantité et du rendu visuel (stop motion, animation 2D, images de synthèses, prises de vue réelles, …) :

- Perdu ? Retrouvé !
- Le Mulot menteur
- En promenade
- Laban
- La boutique des Pandas
- Malin comme un Singe
- Les 2 Moustiques
- Pierre et le Loup
- Desmond et la Créature des Marais
- Petit à petit
- Les contes de la Mère Poule
- Fables d'été, Fables d'hiver
- La petite Taupe
- Franz et le Chef d'orchestre
- Monsieur et monsieur
- Oseam
- Jiburo