Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

The forest

Catégorie Cinéma
Titre Original The barrens
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis
Date de sortie 11/02/2013
Réalisateur Darren Lynn Bousman
Avec Stephen Moyer, Mia Kirshner, Allie McDonald
Format Blu-Ray
Boitier Amaray avec fourreau cartonné
Producteurs Darren Lynn Bousman
Scénaristes Darren Lynn Bousman
Compositeur Bobby Johnston

Critique de Julien Sabatier
Editeur Seven7
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 94 min
Support
   
   

L’histoire :

Afin de resserrer des liens familiaux vacillants, les Vineyard partent camper un week-end dans les forêts du New Jersey.

Critique subjective :

Petit budget tourné en dix-huit jours, The forest nous parvient en DTV après un passage par le Festival du film fantastique de Gérardmer 2013, une manifestation où il a été projeté hors compétition.

Derrière The barrens (titre original), on retrouve Darren Lynn Bousman, qui écrit, produit et réalise la chose. Bousman, un patronyme méchamment connoté parmi les férus de cinéma d’épouvante, certains considérant même que le réalisateur porte un nom prédestiné. Il faut dire que le bonhomme n’est autre que le fossoyeur d’une franchise qui avait pourtant bien commencé (Saw) et l’auteur de Repo ! The genetic opera, un effroyable navet à vous faire saigner des yeux et des oreilles. Si, en 2012, il remontait un peu la pente avec un correct remake de Mother’s day, The forest vient nous rappeler, deux ans plus tard, qu’il ne faut décidément pas attendre grand-chose de sa part.

S’intéressant au Jersey Devil, créature fantastique censée hanter les forêts du New Jersey, The forest nous démontre à nouveau que Bousman est un piètre metteur en scène (on retrouve ses visuels maniérés) et surtout un scénariste dépourvu du moindre talent. Le mot d’ordre du métrage ? Aucune originalité. Maladroit, simpliste, le script cumule scènes d’exposition d’une lourdeur absolue, interminables tunnels dialogués, dimension psychologique risible et protagonistes mal écrits. Des personnages par ailleurs desservis par une distribution calamiteuse, emmenée par un Stephen Moyer (True blood) mauvais comme un cochon. Improbables, les situations s’enchaînent et sombrent parfois dans le grand n’importe quoi (trouvant le cadavre desséché d’un chien, le père de famille s’empresse d’aller le jeter dans la rivière la plus proche …). Ne sachant pas sur quel pied danser (fantastique ? pas fantastique ?), Bousman livre un scénario qui, non content d’être bougrement mauvais, se paie aussi l’audace de se croire malin (l’inévitable twist final), un vilain défaut hérité de son travail sur la série Saw.

Verdict :

Là où il y avait peut-être matière à signer un film d’horreur psychologique décent (le concept du métrage n’est pas inintéressant), Darren Lynn Bousman rate le coche et se plante royalement. Sous des dehors plus appétissants que la moyenne (réalisateur et acteurs connus), The forest n’est qu’une énième série B de bas étage.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Comme souvent chez l’éditeur, le travail est fait consciencieusement. On découvre le film dans de très bonnes conditions grâce à un master HD soigné et respectueux des choix du réalisateur (ne soyez donc pas surpris de trouver du grain à l’image ou un contraste très prononcé). Seul petit bémol : une compression qui flanche quelque peu lors d’une poignée de plans nocturnes, sans toutefois dévaluer une impression globale très positive.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La qualité est également au rendez-vous au niveau sonore avec deux pistes 5.1 DTS HD Master Audio du meilleur effet. Equilibrées, précises, dynamiques, puissantes et enveloppantes, elles assurent l’immersion. La piste en version originale est de rigueur, les doublages français étant désastreux (la voix du gamin est un supplice).


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 27 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- Au cœur des Barrens (9 minutes) : Sortez la brosse à reluire. Le script est un chef-d’œuvre d’écriture, le réalisateur est un génie et jamais acteurs n’ont été aussi bons qu’ici. Un bonus promo à fuir comme la peste.

- La créature (5 minutes) : Les techniciens des effets spéciaux reviennent sur la fabrication du Diable de Jersey. Le supplément le plus intéressant de cette édition.

- La bande annonce (1 minute).

- Les films en Blu-Ray (12 minutes) : Ennemis jurés, Lost destination, Le chasseur, Below zero, Unités d’élite, Ronal le barbare.