Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

GAME OF THRONES - SAISON 2

Catégorie Série TV
Genre Fantasy
Pays USA
Date de sortie 06/03/2013
Réalisateur Davis Benioff et D.B. Weiss
Avec Peter Dinklage, Lena Headey, Nicolaj Coster-Waldau, Michelle Fairley, Emilia Clarke, Aidan Gillen, Kit Harrington, Richard Madden, Alfie Allen, Jack Gleeson
Format Blu-Ray
Boitier Coffret
Producteurs Mark Huffam, Frank Doelger, Guymon Casady, Vince Gerardis et Geroges R.R. Martin
Scénaristes D.B. Weiss et David Benioff
Compositeur Ramin Djawadi

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Coffret
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 520 min
Support
   
   

Jeoffrey est le nouveau roi, mais des rumeurs circulent sur sa légitimité. Les deux frères de Robert : Stannis et Renly revendiquent le trône de fer, et se livrent à une guerre sans merci. Robb Stark a, quant à lui, levé une armée pour venger son père et sauver ses sœurs aux mains des Lannister. Quand à Daenerys Targaryen, elle se met à la recherche d'une terre sur laquelle elle pourra élever ses dragons.

 

La société HBO, a toujours su se tenir en avant de toutes les séries qui fleurissent chaque années sur les écrans américains, avec un goût certain pour les produits originaux, parfois choc (Oz), toujours en explorant des univers souvent mal traités par les créateurs de séries américaines, pour en faire des évènements, comme celui des vampires dans « True Blood » ou encore celui du western avec « Deadwood ». Cette fois-ci, le studio nous propose l’Héroic Fantasy avec « Game of Thrones ».

David Benioff que l’on connaissait comme le scénariste de grandes réussites telles que « Les cerfs-volants de Kaboul » ou encore « Brothers », et son co-équipier D.B. Weiss qui avait travaillé sur « Kashmir », se sont attaqué à une œuvre majeure pour les amateurs d’Héroïc : « Le trône de fer » de George R.R. Martin. Une entreprise risquée aux vues de toutes les productions du genre, à l’image du désastreux « Camelot » de Michael Hirst ou encore le « très inégal » : « Légend of theSeeker ». Ici les auteurs s’approprient une œuvre riche et très empreinte de l’univers de Tolkien, avec cela de particuliers que le livre de l’auteur mêle en permanence le point de vue de chacun des personnages à chaque étape de la construction de l’histoire. Pour l’adaptation télévisée, les auteurs ont trouvé matière à créer une série riche en rebondissements et profitent d’un démarrage un peu confus pour garder un déroulement haletant pour le spectateur.

Impossible évidemment de ne pas faire le parallèle avec la trilogie de Tolkien, tant l’univers y est aussi sombre, avec des personnages, notamment Lord Starck interprété par Sean Bean, inoubliable Boromir dans « La communauté de l’anneau », torturés, tristes, oscillant, à l’image, de l’intrigues entre les saisons qui symbolisent à elles seules les différentes nuances de l’œuvre de Georges R.R. Martin. L’univers Heroïc est ici poussé à son meilleur niveau et, de la même manière que Peter Jackson le fit, les créateurs de la série, jouent sur les perspectives, autant que sur les ambiances. La narration bénéficie, au final, d’une certaine fluidité qui permet au spectateur de mieux s’imprégner de l’esprit de la saga.

Et pour cette deuxième saison, les auteurs ne se sont pas laissé aller à la facilité et n’ont pas voulu se reposer sur leurs lauriers. Notamment, en se recentrant sur les intrigues de fond et moins sur des scènes érotiques qui avaient tendance à plomber un peu la narration dans la première saison. Les tensions entre les familles n’ont cessé de s’intensifier depuis la mort de Robert Baratheon et de sa Main : Ned Stark exécuté sur les ordres du nouveau roi Geoffrey. Une trame de départ qui laisse des perspectives importantes que les créateurs de la série ont bien compris. Le spectateur étant familiarisé avec les personnages, il est plus aisé de traiter des intrigues permanentes et de faire monter la pression. Heureusement, ils ne sombrent pas dans la surenchère, et ce malgré un épisode 9 particulièrement dantesque pour une série télévisée. Un épisode qui fut écrit par l’auteur lui-même et dont la réalisation, comme l’ensemble des neuf autres, est à la hauteur de l’attente. Les personnages se dessinent avec beaucoup de justesse et la fin laisse une horrible envie de connaitre la suite (Diffusion le 31 Mars aux Etats-Unis et à partir du 1er Avril sur la chaine OCS d’Orange).

 

 En conclusion, « Game of Thrones : Le trône de fer » est une série remarquable qui, malgré un début un peu confus, a su prendre ses marques et trouver une oreille et un esprit attentif de la part du spectateur. La deuxième saison ne se laisse pas aller à la surenchère et offre au contraire une continuité parfaite avec les débuts prometteurs de la série. Un seul regret à la fin du dernier épisode, une attente quasi insoutenable de la troisième saison.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et la mise en scène ressort avec beaucoup de brillance redonnant tout son éclat à la série. Le support est d’une grande efficacité pour donner un véritable volume aux ambiances et ainsi participer à la réussite de l’adaptation de l’œuvre de Georges R.R. Martin.  


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD 5.1 toute en force et en ambiance. qui se veut efficace et impressionnante. Les effets sonores sont habilement utilisés avec des basses particulièrement présentes et une spatialisation redoutable d’efficacité. La spatialisation est minutieuse et les effets sonores ne viennent pas empiéter sur les dialogues. La série bénéficie efficacement de cette édition particulièrement bien travaillée, pour le plus grand bonheur des spectateurs.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Les commentaires audio des épisodes charnières, notamment autour de la bataille magistrale du neuvième épisode.

 

Mais la première bonne surprise, réside dans la présentation des personnages principaux. Une mise à niveau qui permet de repartir sur des bonnes bases, disponible sur le tout au long du visionnage de la série, avec les présentations et résumés d’épisodes.

 

Sur le disque 5 on peut apprécier « Histoires et Traditions », ou la mythologie de Westeros et Essos. L’intérêt de ce bonus réside principalement dans le fait d’être raconté par les différents protagonistes. Offrant ainsi un point de vue résolument différent. Passionnant pour ceux qui veulent réellement comprendre le fonctionnement de cette œuvre titanesque de Georges R.R. Martin.

 

Puis « La guerre des Cinq rois » vue à travers les revendications des différents belligérants. Il s’agit d’un guide interactif, où le vidéaste peut aller d’un point à un autre de la carte pour ainsi repérer les intérêts de chacun.

 

On continue avec le making of particulièrement complet et intéressant (surtout !) de l’épisode 9 et notamment de la bataille de la Néra. Les différents intervenants ne cachent rien de la difficulté financière et artistique de réaliser cet épisode charnière. On apprend d’ailleurs que l’auteur lui-même a écrit le scénario de cet épisode, de manière à ce que la réalisation puisse mettre en œuvre les meilleurs ingrédients pour la réussite de l’épisode.

 

S’en suit une discussion : « Game of thrones : entre amis » qui réunit les principaux acteurs de la série autour d’une table ronde où chacun détaille sa propre expérience de tournage, sa vision du personnage. L’occasion de voir Kit Harington (Jon Snow) souriant et blagueur.

 

Et on finit avec « Les religions de Westeros », où Georges R.R. Martin explique en détails le fonctionnement religieux du monde qu’il a créé. Si le fond est particulièrement nécessaire à la bonne compréhension de l’œuvre, l’auteur est meilleur écrivain qu’orateur. Sa voix monocorde a tendance à endormir.

 

En conclusion, la section bonus est particulièrement réjouissante, et c’est certainement l’une des meilleures qu’il ait été donné de visionner.