Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Casse tête chinois

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 08/04/2014
Réalisateur Cédric Klapisch
Avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile De France, Kelly Reilly
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Cédric Klapisch et Bruno Lévy
Scénaristes Cédric Klapisch
Compositeur Loïk Dury

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 117 min
Support
   
   

Xavier a maintenant 40 ans. On le retrouve avec Wendy, Isabelle et Martine quinze ans après L’Auberge Espagnole et dix ans après Les Poupées russes. La vie de Xavier ne s’est pas forcément rangée et tout semble même devenir de plus en plus compliqué. Désormais père de deux enfants, son virus du voyage l’entraîne cette fois à New York, au beau milieu de Chinatown. Dans un joyeux bordel, Xavier u cherche sa place en tant que fils, en tant que père… en tant qu’homme en fait ! Séparation. Famille recomposée. Homoparentalité. Immigration. Travail clandestin. Mondialisation. La vie de Xavier tient résolument du casse-tête chinois ! Cette vie à l’instar de New York et de l’époque actuelle, à défaut d’être cohérente et calme vient en tout cas nourrir sa plume d’écrivain…

Avec « L’auberge Espagnole » Cedric Klapisch entamait le récit des aventures sentimentales internationales de Xavier, un jeune homme qui tente à tout prix de donner un sens à sa vie mais finit inlassablement par se prendre les pieds dans le tapis de ses sentiments et de ceux des autres. Si le deuxième volume de ses aventures « les poupées Russes » avaient laissé un arrière-goût un peu amer de bâclé, il apparaît évident que « Casse tête Chinois » revient à la recette qui avait fait la réussite de « L’auberge Espagnole ». Un personnage, tout d’abord attachant, qui se laisse embarquer dans des aventures hautes en couleurs, où les frontières des origines sont abolies, où la langue n’est plus une barrière et une aventure dans laquelle le métissage reste la base centrale de la vie du héros. Et puis il  a chaque fois une ville qui s’invite comme un personnage à art entier et résonne en écho d’une histoire humaniste et fine.

En cela Cedric Klapisch a su retrouver avec les nuances de ses personnages, et comme une évidence, il a réduit la distribution aux personnages qui ont marqué de manière durable l’existence de Xavier et ces personnages sont : Wendy, Martine évidemment , mais également la maman ou encore le papa, dont l’ombre pesait sur le premier volume et qui vient ici apporter la clé de son existence. Avec une finesse habituelle, Klapisch dessine ses personnages, les fait évoluer avec beaucoup d’intelligence en prenant notamment en compte l’âge des héros, l’évolution de leurs réactions qui en découlent. Xavier dans « L’auberge Espagnole » réagissait à l’instinct, ici il prend du recul et le temps de choisir sa décision en incluant toutes les parties de l’équation dont les enfants sont une dominante non négligeable.

Et puis il y a New-York, une ville cosmopolite par exemple, véritable miroir de la pluriculturalité. Une ville américaine unique, qui, de la même manière que Barcelona se vit de l’intérieur, et imprègne le moindre visiteur, qui asse d’un seul coup du stade de touriste à candidat potentiel pour une naturalisation. La ville aspire les ambitions des uns et des autres, parvient même avec le temps à effacer la notion d’étranger pourtant présente dans l’esprit de chacun à son arrivée  dans le pays.

En conclusion, « Casse Tête chinois » est une conclusion particulièrement réussit de l’histoire de Xavier un personnage attachant qui se bat pour trouver un sens à sa vie, qui tente inlassablement de donner une régularité et une maitrise à ses sentiments.   Le réalisateur parvient avec beaucoup de justesse et de finesse à dépeindre une 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image qui met parfaitement en valeur le travail minutieux du réalisateur. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et les nettetés en arrière plan permettent de bien discerner les différents éléments du décor. Le  transfert est impeccable de précision.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux effets sonores qui entourent le film. La dynamique de l’ensemble est d'une redoutable efficacité pour mettre en valeur les décors sonores, de la musique aux ambiances qui viennent illustrer le film. Un véritable plaisir pour les oreilles.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 80 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Rarement un making of parvient à toucher autant le spectateur, notamment parce qu’il présente le réalisateur en plein travail, d’abord dans celui du scénario, dans l’évolution qu’il a voulu donner à ses personnages, des contraintes du tournage à New-York de ses relations avec les comédiens y compris les plus jeunes et des couleurs qu’il a voulu donner au film. Pendant 55 mn on plonge enfin réellement dans le cœur d’un tournage.

Et un reportage passionnant, signé Pascale de Laubier, sur le travail d’écriture du réalisateur. Une plongée réelle dans les méandres de l’écriture d’un film qui se doit d’être une suite logique des deux premiers et dans le même exister par sa propre originalité pour ensuite trouver sa place auprès du public. Un véritable plaisir !