Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Good Kill

Catégorie Cinéma
Genre Guerre
Pays USA
Date de sortie 02/09/2015
Réalisateur Andrew Niccol
Avec Ethan Hawke, Bruce Greenwood, Zoë Kravitz, Jake Abel, January Jones
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Mark Amin, Nicolas Chartier et Zev Foreman
Scénaristes Andrew Niccol
Compositeur Christophe Beck

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Tf1 video
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 102 min
Support
   
   

Le Commandant Tommy Egan, pilote de chasse reconverti en pilote de drone, combat douze heures par jour les Talibans derrière sa télécommande, depuis sa base, à Las Vegas. De retour chez lui, il passe l’autre moitié de la journée à se quereller avec sa femme, Molly et ses enfants. Tommy remet cependant sa mission en question. Ne serait-il pas en train de générer davantage de terroristes qu’il n’en extermine ? L’histoire d’un soldat, une épopée lourde de conséquences.

La carrière du réalisateur Andrew Niccol est parsemée de films qui grattent là où ça fait mal. Il y a eu bien sûr « Bienvenue à Gattaca », dans lequel il s’interrogeait sur les dangers de la génétique, puis « Simone » qui s’intéressait aux héroïnes virtuelles et  surtout le grand « Lord Of War », dans lequel le réalisateur exposait avec une rare précision les dessous du marché des armes. Du coup ce n’est qu’avec très peu de surprise que l’on découvre « Good Kill » dans lequel, Niccol fidèle à lui-même, expose des faits avec une précision remarquable et pose la question de cette guerre qui a bien changé, une guerre dénuée d’humanité où les soldats ne sont plus sur le terrain où les cibles se visent à travers un écran à des milliers de kilomètres. Une guerre où l’invisible est devenu au fil du temps le plus grand danger des belligérants. Un conflit où les soldats lancent des missiles comme on joue à un jeu vidéo et où les décisions sont prises contre toutes les règles élémentaires des conflits mondiaux. On tue sur la simple présomption en n’hésitant pas à sacrifier des civils pour s’assurer une suprématie sur les populations, y compris lorsque celles-ci s’occupent de leurs morts.

Sans prendre pourtant parti, ni chercher à donner une leçon de morale, le réalisateur pose les questions qui font mouche : Est-ce un crime de guerre que de lancer des missiles sans s’assurer de la sécurité des populations ? Comment ne pas être victime d’une érreur lorsque l’on est à des milliers de kilomètres de la cible ? Quel courage y-a-t-il à faire la guerre de cette manière ? Et la convention de Genève, dans tout ça ? Andrew Niccol ne s’arrête pas à faire une caricature linéaire de ce conflit qui ne semble pas en être un ou du moins qui n’en n’est plus un tel qu’on pouvait le voir jusqu’à présent ! Il en profite pour parler de ces soldats qui comme le dit très bien son personnage principal : « Aujourd’hui j’ai tué 6 talibans et maintenant je vais faire un barbecue en famille ! » fait la guerre dans une salle puis rentre chez lui dans la foulée vivre sa vie, comme si de rien n'était. Car c’est aussi cela, le sujet du film, torturé par un sentiment de couardise, mais également par le fait d’obéir aveuglément à des hommes dénués d’humanité qui ne voient en ces populations à l’autre bout du monde que de potentiels terroristes à abattre, sans distinction de sexe ou d’âge. Du coup la frontière entre assassin ou bienfaiteur devient très faible et chacun se retrouve face à ses propres doutes ou à ses propres convictions.

Porté par un scénario impeccable de justesse et de précision et par une mise en scène toujours aussi inventive et minutieuse, Ethan Hawke (le cercle des poètes disparus) s’impose comme un acteur de premier plan et se délaisse enfin de son regard naïf, un peu lunaire pour mieux laisser la fureur contenue et la dérive psychologique de son personnage transparaître. Précis et d’une justesse rare, le comédien tout en maîtrise se laisse déborder par ce héros qui traîne ses doutes et ses fêlures comme autant de gorgées d’alcool qu’il ingurgite.

En conclusion, « Good Kill » est une fenêtre ouverte intentionnellement sur un conflit qui change de visage et dans lequel la technologie déshumanise encore plus le soldat sous couvert de la protéger. Du coup les victimes ressemblent à des personnages de jeux vidéos et le pilote de drone devient un geek qui par la force des choses ne parvient plus à faire la différence entre réalité et fiction. Un film à voir et à méditer.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une image exceptionnelle avec des couleurs soignées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les arrière-plans sont de toute beauté et la mise en valeur des lumières qui donnent une ambiance si particulière au film est d’une rare précision. Le film mêlant les images vues du drone et des prises de vues réelles, l’accent a été mis sur une lumière volontairement en contraste. Le transfert est de très grande qualité et vaut d’être soulignée.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les dialogues ne sont pas trop en retrait par rapport à la musique du film ou aux effets spéciaux. Le transfert est de bonne tenue et nous offre spectacle à la hauteur.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Le Master Class

Bonus 

Côté bonus un making of qui revient sur les dessous du film avec notamment des interviews de l’équipe qui revient sur le sujet, sur leur personnage et évidemment sur le travail du réalisateur.

Pour aller plus loin un long entretien avec Andrew Niccol et Ethan Hawke qui reviennent sur leur collaboration et la manière dont ils ont abordé le sujet.

On finit par le Master Class lors de la présentation du film à Paris. Passionnant mais irritant par un son détestable pris en direct et sans traitement par la suite et une image digne des plus mauvais films amateurs. Le propos est toutefois intéressant particulièrement lorsque les spectateurs posent des questions autour du sujet lui-même, on y voit alors le réalisateur répondre avec précision sans chercher à se cacher.