Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Mika : Sinfonia Pop

Catégorie Musique
Genre Pop Folk
Pays Ital
Date de sortie 27/05/2016
Réalisateur Luigi Antonini
Avec Mika
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jazzetti Marcello
Scénaristes Mika
Compositeur Mika

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Eagle Vision
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 109 min
Support
   
   

Filmé en Haute définition en Octobre 2015 dans l’élégant décor néoclassique du Théâtre Social de Côme en Italie, Mika interprête tous ses tubes entouré d’un orchestre philharmonique. Le concert st une fusion Pop/Classique très réussie qui contient des titres de son dernier album « No place in Heaven », mais aussi tous les hits qui ont jalonné sa carrière. Très à l’aise sur scène, Mika interagit avec les 16 choristes et 65 musiciens dirigés par le chef d’orchestre Simon Leclerc avec qui il avait créé les concerts de Montréal en Février 2015.

Mika aime les défis, et notamment ceux qui semblent le mettre en danger. Et pour un chanteur de variété pop, il n’y a rien de plus risqué que d’affronter un orchestre philharmonique. Certains s’y sont cassé la voix, à l’instar de Patrick Bruel, d’autres y ont vu la consécration de leur œuvre : Véronique Sanson. Pour Mika, le style est radicalement différent et l’approche également. Le chanteur, en collaboration avec le chef d’orchestre Simon Leclerc, ont cherché à faire naître tout le lyrisme qui sommeille dans l’œuvre de l’artiste Anglo-Libannais. Une approche surprenante, qui n’est pas tout de suite très abordable et peut même surprendre par un côté très (trop !) académique. Car Mika, se laisse imaginer qu’il devient le temps d’un tour de chant, un chanteur lyrique, alors que l’on éprouve jamais autant de frisson que lorsque le philharmonique sort de son classicisme et fait ainsi prendre du volume aux morceaux. Il faut d’ailleurs attendre les morceaux emblématique de l’artiste pur ressentir ce frisson que nous provoque la formation classique : « Grace Kelly », « Relax », « Elle me dit » ou encore « Love Today », la plus grande fausse note étant la présence dans une liste qui se voulait cohérente de « Boum, boum, boum », qui vient en total décalage avec l’ensemble.

Pour le reste, la fraîcheur et la liberté que s’offre Mika dans ses interprétations et dans les rapports qu’il entretient avec l’orchestre finissent de nous faire fondre et le charme opère tout de même. Seul le public semble un peu prisonnier du lieu, comme le chanteur qui, du coup manque de folie. Et c’est bien cette folie qui nous manque tellement ! Car, l’artiste nous avait habitués à se sentir à l’aise dans toutes les situations et son énergie suffisait à nous embarquer, mais dans un lieu aussi prestigieux et si réservé aux répertoires classique, il semble difficile de sortir d’un cadre un formé et formelle. Alors mis à part quelques fans qui se laissent aller à leur artiste favori, une certaine froideur sort de ce concert.

Le chanteur est pourtant en grande forme, comme à son habitude, il joue de plusieurs tonalités, fait preuve d’une capacité vocale toujours aussi impressionnante et la formation classique le force encore plus à faire preuve de ses qualités de chanteur/narrateur.  Mika accompagne sa voix d’une gestuelle qui semble vouloir le guider à chaque dans ses efforts et sa prestation en ce sens vaut d’être souligné, d’autant que l’orchestre fait preuve d’une grande présence scénique. Loin de se démonter, l’artiste trouve sa place au sein de la formation et sait s’effacer lorsque cela est nécessaire.

En conclusion, « Mika : Sinfonia Pop » est une captation unique d’un moment hors du commun dans la carrière d’un chanteur. Celui d’un artiste de variété pop qui rencontre le classique d’un orchestre philharmonique. Le résultat est décevant par un manque de folie que l’on attend toujours de Mika. Du coup, même si les chansons prennent un certain relief, le public est un peu désarçonné d’autant que l’orchestre n’est jamais aussi magnifique que lorsqu’il rentre dans les standards du chanteur, une folie qui ne transpire que 5 fois sur 21 chansons ! C’est un peu long du coup !


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.78:1
   
   

Capté en haute définition, le concert ressort avec une image précise et une clarté lumineuse renversante. Chaque détail est ressorti avec soin et les contrastes donnent une profondeur de toute beauté à l’ensemble. Le spectateur plonge avec aisance dans des couleurs précises et parfaitement bien mises en valeur.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Sous-Titrage Oui Oui Non      

Côté son, la piste DTS-HD Master Audio, fait des merveilles dans une atmosphère lyrique difficile à bien répartir. Alors même si parfois la voix du chanteur se fait un peu écraser par la présence des instruments, la répartition n’en demeure pas moins de qualité et nous laisse aisément plonger dans ce récital entre lyrisme et pop acidulée. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 15 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Les interviews de l’artiste et du chef d’orchestre qui reviennent sur cette expérience hors du commun.