Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Patients

Catégorie Cinéma
Genre Comédie dramatique
Pays FR
Date de sortie 05/07/2017
Réalisateur Malade Grand Corps
Avec Pablo Pauly, Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, Nailia Harzoune, Franck Falise
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Eric Altmayer, Nicolas Altmayer et Jean-Rachid Kallouche
Scénaristes Grand Corps Malade
Compositeur Angelo Foley

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

D'après le roman de Grand Corps Malade : Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d'éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

L'histoire de « Grand Corps Malade » alias Fabien Marsaud, est à l'évidence une source d’inspiration pour aborder le thème du handicap à travers sa propre expérience, il en a d'abord tirer un livre : « Patients » qui raconte ces moments difficiles, ce réveil à l'hôpital, cette longue convalescence, ces moments où  il faut réapprendre à vivre, réapprendre à utiliser son corps et surtout réapprendre de quelle manière on va pouvoir faire les gestes du quotidien, tout ce qui nous semblait une évidence et qui devient d’un coup un objectif. Avec un style particulier, une tonalité et une voix sombre qui donne à sa musique une sonorité si marquante et si puissante. « Grand Corps Malade » sur le papier et dans ses mots oscille entre tristesse et légèreté, des fois même presque désinvolture. 

Alors forcément, il n'en fallait pas plus pour donner au cinéma une envie de mettre en lumière cette histoire si étrange, si particulière est si ancrée dans l'esprit de l'artiste. Et c’est lui justement, avec l'aide d'un autre réalisateur : Mehdi Idir qui réalisa tout ses clips, qui décida de mettre en images son histoire en réutilisant les personnages qui l’ont façonné, ceux qu'il a croisé à l'hôpital, ceux qui l’ont aidé, qui l’ont marqué, et surtout qui lui auraient appris à vivre et à apprivoiser ce corps qui ne répond plus comme avant. Car avant tout, « Patients » ce n’est pas l’histoire de l’auteur, c’est celle des autres dont les maux ne guérissent pas à la même vitesse et ceux qui vouent leurs existences à réparer ces corps brisés.

Avec « Patients », Grand Corps Malade et Mehdi Idir, ne font pas que raconter l'histoire de l'artiste slameur, ils parviennent avec une légèreté, une émotion et surtout une puissance remarquable à mettre en lumière le quotidien de ces patients tétraplégiques, paraplégiques et autres grands traumatisés, qui doivent réapprendre à vivre. Jamais dans le pathos gratuit, ils nous entraînent dans une aventure que l’on n’imagine pas, que l'on souhaite occulter, et qui en substance nous fait peur. Et c'est bien là toute la force du film, car au lieu de nous horrifier, de nous traumatiser, au lieu de nous faire hurler de douleur, le film nous laisse sur une petite lueur d'espoir, garde toujours un discours positif qui ne vient jamais occulter la douleur de ces vies brisées, mais parvient toujours à nous montrer que derrière le combat il y a un espoir fait de sacrifices, de profondes remises en question. Certes les héros vivent au rythme de leur progrès, c'est ce qui détermine leur vie, leurs existences, c'est ce qui modifie leurs ambitions, mais surtout le film est une leçon de courage, et de prise de conscience de ce que peut être le handicap et de toute l'énergie qu'il demande pour pouvoir le surmonter.

Avec une mise en scène soignée qui ne cherche pas les grands effets, tournée dans un réel centre de rééducation, avec parfois même les véritables personnes intervenues lors de l'accident de Fabien Marsaud, les réalisateurs tissent une trame poignante à la fois d'un humour décapant, qui ne rend jamais le film lourd, bien au contraire, il le rend d'une légèreté absolue et parvient même à rentrer dans le cercle très fermé des « Feel Good Movies ».

Bien sûr la réussite du film, repose sur un scénario solide, sur une mise en scène impeccable, mais également et surtout sur une distribution parfaitement bien choisie et notamment Pablo Pauly (La Fille de Brest) qui arrive avec beaucoup de finesse à jouer entre l'émotion, la désinvolture, et l'implication de son personnage dans la réussite de son combat contre le handicap. Doté d’un charme fou, dès lors qu'il rentre dans le jeu de la dérision, il reste toujours à composer avec beaucoup de nuances, un personnage qui ne peut pas être linéaire, puisqu'il est aussi toujours par une force intellectuelle, une force morale, et avec un soin des détails physique, il parvient sans beaucoup de difficulté à nous séduire, il parvient à nous entraîner dans l'univers sombre et difficile d'un hôpital tout en le rendant léger et attendrissant. Ces partenaires de jeux : Soufiane Guerrab (La Loi du Marché), Moussa Mansaly (Qui Vive), Franck Falise (Dheepan) n’y sont également pas pour rien et le moins que l'on puisse dire c'est que la distribution a su trouver toute l'énergie, toute la force et toutes les nuances nécessaires pour pouvoir donner vie à histoire de l'artiste, tout ce que le public avait besoin de connaître de la dureté mais en même temps que la détermination de ses jeunes à vouloir absolument se déplacer et retrouver une vie normale. Sans oublier bien sûr l’atout charme, (mais pas que !!!) apporté par Nailia Harzoune (La Taularde).

En conclusion « Patients » est un film remarquablement écrit, magnifiquement mise en scène et impeccablement interprété, qui nous ouvre les portes du handicap d'une manière inédite, et qui nous permet surtout de plonger sans obscurantisme, et surtout sur lourdeur dans l'univers difficile de la réadaptation des grands polytraumatisés. Grand Corps Malade signe là avec Mehdi Idir son comparse film réussi qui gagne sur tous les tableaux, celui de l'humour, bien sûr, de l'émotion, et surtout de l’intelligence.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Les équipes techniques ont fait un travail remarquable pour rendre cet établissement de convalescence (celui où Fabien Marsaud fut traité) à la fois d’une froideur redoutable et familier pour ceux qui y habitent. Le résultat est saisissant et le rendu sur ce blu-ray absolument magnifique, avec un piqué précis et des couleurs parfaitement dosées y compris dans les scènes un peu moins exposées. L’ensemble bénéficie en même temps de contrastes qui mettent parfaitement en perspective l’image et donne une profondeur de champ remarquable.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste sonore bénéficie d’un DTS-HD Master Audio 5.1 d’une très belle précision. La piste sonore s’installe doucement pour mieux nous imprégner et utilise chaque recoin de notre installation pour mieux nous plonger dans un univers entre douleur, espoir, courage et humour. La musique de Angelo Foley vient habiller avec un peu de nostalgie un film qui plonge dans les dessous d’une histoire que l’on ose imaginer.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of passionnant qui nous plonge dans l’envers du décor avec toujours cette sensibilité et cette reconnaissance que l’auteur du film éprouve envers toutes les personnes qu’il a croisé dans sa convalescence, que ce soient des assistants médicaux, des kinés ou tout simplement des patients.