Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Memories of war

Catégorie Cinéma
Genre Guerre
Pays Coré
Date de sortie 27/09/2017
Réalisateur John H. Lee
Avec Liam Neeson, Lee Jung-Jae, Lee Beom-Su
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Chung Taewon et Kyu C. Lee
Scénaristes John H. Lee et Lee Man-Hee
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Wild side video
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 106 min
Support
   
   

Septembre 1950. La Guerre de Corée fait rage. Pour contrer l’offensive nord-coréenne, le Général MacArthur organise un débarquement sans précédent sur la plage d’Incheon. Sur place, huit soldats infiltrés dans les rangs nord-coréens ont pour mission de voler les plans de bataille afin de déclencher l’attaque. L’Opération Chromite est lancée… Le cours de l’Histoire est sur le point de changer.

Pour synthétiser un peu le contenu de ce film coréen, on pourrait dire que nous avons eu Liam Neeson en industriel allemand qui se retrouve, plus ou moins malgré lui, a sauver un grand nombre de juifs de l’holocauste dans « La Liste de Shindler » de Steven Spielberg, nous avons eu également un Liam Neeson en maître Jedi irritant et sage sous Tranxene dans la prélogie « Star Wars » de Georges Lucas, puis un Liam Neeson particulièrement expert en arts martiaux et autres sports de combats dans une série de films estampillés Luc Besson : « Taken ». Eh bien maintenant nous avons droit à Liam Neeson en général MacArthur dans un pan méconnu de l’histoire: La Guerre de Corée.

Alors en avançant un peu plus dans le détail de ce film, « Memories of War » est avant tout un film qui met en lumière le combat du peuple coréen pour lutter contre l’arrivée d’une dictature, sous l’égide du parti communiste Chinois. C’est évidemment une histoire douloureuse, lorsque l’on sait maintenant, à quel point la Corée se retrouve divisée entre le Nord et le Sud. Et ce qui surprend dès le départ, c’est que le film ne va pas forcément aller chercher à mettre en valeur l’un ou l’autre des camps, il présente d’abord son intrigue comme étant une guerre entre deux frères, qui luttent chacun pour une idéologie. Seulement l’un des deux frères est beaucoup plus violent et plus sanguinaire que l’autre, et déterminé à mettre au pas un peuple qui n’est pas forcément enclin à vouloir laisser ses libertés aux mains d’un parti qui tente de s’imposer par la violence.

Les États-Unis apparaissent plutôt comme un allié, qui va tenter à travers les décisions du général MacArthur, de mettre fin à ce conflit et d’aider la Corée du Sud a empêcher les nord-coréens, de s’imposer, et d’ainsi contrôler l’ensemble du territoire. Et le réalisateur, accompagné de son coscénariste Lee Man-Hee, s’intéresse particulièrement à ce moment où la Corée du Sud, tente par tous les moyens d’infiltrer la Corée du Nord avec l’aide des Américains. La guerre de Corée, est moins connu que la guerre du Vietnam, mais n’en demeure pas moins la source d’un scénario efficace et solide, qui va, avant tout, chercher à mettre en valeur les dissensions, internes au pays, qui perdurent encore actuellement. Et sans vouloir poser de jugement, le scénario va au contraire mettre en lumière les différentes nuances de cette guerre, d’abord en opposant les fervents partisans au régime, et les résistants, mais également en s’intéressant à la population qui se retrouve pris sous le feu de cette guerre dont ils ne comprennent pas forcément tous les enjeux, mais dont ils perçoivent évidemment la souffrance d’être privés de liberté et la peur de vouloir la revendiquer.

Alors évidemment, on comprendra aisément que Liam Neeson, étant une star internationale, soit mis en avant par l’éditeur, même si ce dernier à par le fait qu’il interprète un acteur majeur de l’histoire de l’armée américaine : le général MacArthur, ne signe pas forcément une prestation renversante, tout au plus efficace et juste pour pouvoir s’intégrer au film. Les véritables Stars, sont : Jung-Jae Lee que l’on avait pu découvrir dans le remarquable « The Housemaid » de im Sang-Soo, et Bum-Soo Lee (The City Of Violence). Le premier se révèle tout en nuances et tout en charisme dans le rôle de cet officier chargé d’infiltrer l’armée nord-coréenne, et le second en général sanguinaire, colérique et bien déterminé à faire plier tous ceux qu’il croisera sur sa route.

En conclusion « Memories Of War » est un film coréen qui revient sur une histoire assez méconnue : La Guerre de Corée », et notamment sur cette opposition permanente qui existe entre les deux parties du pays : le Nord et Sud. Avec évidemment une mise en scène efficace qui met également en avant la capacité du pays à faire des films d’action redoutablement bien ficelée. Le film n’en demeure pas moins une reconstitution fidèle et minutieuse de l’histoire de ce pays dont la partie nord refuse de reconnaître les qualités et les défauts du monde qui l’entoure, et le sud qui s’est associé de manière permanente aux États-Unis et à l’Occident.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Forcément, pour un film qui reconstitue la Corée des années 50, et qui se doit d’être le plus fidèle possible, l’image met en valeur à la fois les décors, les couleurs sont forcément tout en contraste, et comme la plupart des opérations se passent en milieu fermé ou le soir, la photographie a joué la carte de l’éclairage en contre-jour. Le travail de la photographie est forcément important dans ce type de film, et le support parvient à donner une qualité à la hauteur de ce travail, en faisant que le grain soit le plus absent possible et des contrastes qui viennent donner plus de profondeur au film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Coréen DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Alors bien sûr, les effets sonores sont légions dans « Memories of War », mais on espérait tout de même une bonne répartition qui puisse en effet nous permettre de nous immerger dans une intrigue et dans des combats particulièrement bien orchestrés. Au final la piste DTS Master Audio 5.1, bénéficie d’une belle répartition, et d’une dynamique qui permet de mettre en valeur à la fois les dialogues et les environnements sonores. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 35 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of quasiment sans interview qui permet de se retrouver spectateur du tournage.