Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

A Fuller Life

Catégorie Cinéma
Genre Documentaire
Pays USA
Date de sortie 03/01/2018
Réalisateur Samantha Fuller
Avec James Franco, Tim Roth, Mark Hamill, Jennifer Beals, William Friedkin, Joe Dante
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Samantha Fuller
Scénaristes Samuel Fuller
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Carlotta
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 80 min
Support
   
   

Pour compter le récit de cette vie hors norme qui couvre près d’un siècle d’histoire des États-Unis, Samantha Fuller a fait appel à 15 artistes ayant côtoyé de près ou de loin son père : des réalisateurs William Friedkin et Joe Dante aux acteurs James Franco, Tim Roth et Constance Towers, chacun a accepté de prêter sa voix à celle du cinéaste. Illustré par de nombreux extraits de ses œuvres et de ses archives personnelles, « A Fuller Life » présente également des films 16 mm inédits tournés par Samuel Fuller durant la seconde guerre mondiale, à la valeur documentaire inestimable. Hymne féroce à l’indépendance et la liberté, « A Fuller Life » est un hommage vibrant à l’homme, au père et à l’artiste qui se cache derrière le grand Samuel Fuller.

Samuel Fuller, fait partie de ces réalisateurs vénérés dans le cercle fermé des cinéphiles, mais trop souvent oubliés par le grand public. Pourtant nombre de ses œuvres ont eu des succès retentissants mais ont également créé des polémiques au sein même de la société américaine, alors en proie à ses propres démons et à sa chasse aux sorcières tout autant inexplicable qu’injuste. « J’ai tué Jesse James », « Au-delà de la gloire », l’un des films de guerre les plus respectés au monde parce qu’il parvient à donner une véritable image et un véritable sentiment de ceux que les soldats ont pu vivre durant ce conflit, « Le port de la drogue », film noir qui fit rentrer le réalisateur au Panthéon des grands d’Hollywood, et « Shock Corridor » film sulfureux pour l’époque tant il était gorgé de violence et d’émotion.

Mais alors que d’autres réalisateurs plus connus et plus emblématiques de la sacro-sainte sphère Hollywoodienne ont vécu une vie tout ce qu’il y a de plus classique, Samuel Fuller est au contraire un homme multitâche, qui, avant de se lancer dans le cinéma, a pu aiguiser autant sa plume, que son esprit en étant, dès son plus jeune âge, journaliste d’investigation, pigiste mais également soldat durant la seconde guerre mondiale et plus précisément l’un de ceux qui furent accrédités pour tourner les premières images de la découverte des camps de concentration. Toutes ces expériences autant que ses voyages au cœur des États-Unis ont forgé une écriture et un regard particulièrement ciselé sur les États-Unis comme sur le monde. A la manière d’un Steinbeck, chacune de ses œuvres était imprégnée de ses rencontres, des ses voyages et de sa personnalité qui s’en est forgée. On le retrouve dans bon nombre de situations, de répliques ou de plans.

Il n’est donc pas vraiment surprenant que des réalisateurs aussi renommés que William Friedkin (L’exorciste) et Joe Dante (Gremlins) mais également des acteurs de nouvelle génération comme James Franco (127 Heures) et Tim Roth (La Planète des Singes) ont accepté de prêter leurs voix pour lire des passages de l’autobiographie du réalisateur, qui donne un regard nouveau sur sa personnalité et sur son vécu. Et si l’exercice n’est pas particulièrement remarquable, ce sont les extraits de films comme les morceaux de film tournés en 16 mm par le réalisateur durant la seconde guerre mondiale qui viennent donner toute la nuance et toute la force à ce documentaire sur Samuel Fuller. Car au-delà d’une simple biographie linéaire et sans âme, sa fille parvient à brosser un portrait remarquable et tout en profondeur de son père, qui fut non seulement un réalisateur hors norme, mais également un homme remarquable qui a su, même dans une Amérique profondément ancrée dans la ségrégation, donner leurs places à toutes ces minorités, et aller à contre-courant de la bien pensée américaine de l’époque.

Car effectivement, c’est ce qui ressort de ce documentaire « A Fuller Life », Samuel Fuller n’était pas simplement un réalisateur à succès, il était avant tout un homme aux valeurs et aux idées profondément humanistes, qu’une vie particulièrement remplie entre journaliste d’investigation à l’adolescence, pigiste parcourant la route des États-Unis afin d’y rencontrer ses contemporains et de découvrir une nouvelle image de cette terre de liberté, à commencer par la plus immonde des facettes : Le Ku Klux Klan, finit tout logiquement par devenir un scénariste et réalisateur provocateur à Hollywood, notamment en dénonçant de manière subtile mais visible, toutes les horreurs qu’il a pu voir dans sa vie, dans son pays et dans le monde.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.78:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Si les images d’archives, les extraits de films et des œuvres de Samuel Fuller ont parfois souffert de leur âge, le traitement de l’image permet de leur redonner une certaine jeunesse, qui vient totalement s’associer aux images tournées par la réalisatrice.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Sous-Titrage Oui Oui Non      

Une piste Dolby Digital 5.1, totalement en accord avec le documentaire et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport à la musique qui habille l’ensemble. La dynamique de l’ensemble permet une belle immersion surtout lorsque l’on nous présente de courts extraits de films.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 26 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Dogface : Pilote

Bonus 

« Dogface » (1959) : Samuel Fuller réalisa ce pilote de 26 minutes pour une série portant sur un groupe de soldats de l’armée de terres américaines qui combat les nazis en Afrique du Nord. Il offre un point de vue fascinant sur la relation de Fuller avec le simple soldat d’infanterie et la complexité morale de la guerre.

Présent également dans le documentaire un livret de 20 pages que nous n’avons pas eu la possibilité de consulter.