Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

L'expérience interdite (2017)

Catégorie Cinéma
Titre Original Flatliners
Genre Thriller
Pays USA
Date de sortie 28/03/2018
Réalisateur Niels Arden Oplev
Avec Ellen Page, Diego Luna, Nina Dobrev, James Norton, Kiersey Clemons, Kiefer Sutherland
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Michael Douglas, Laurence Mark et Peter Safran
Scénaristes Ben Ripley
Compositeur Nathan Barr

Critique de Emmanuel Galais
Editeur SPHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

Pour découvrir ce qui se passe après la mort, cinq étudiants en médecine se lancent dans une expérience aussi audacieuse que dangereuse. Sur eux-mêmes, volontairement, ils provoquent des arrêts cardiaques pendant de courtes périodes afin de vivre des expériences de mort imminente. En poussant le processus de plus en plus loin, ils vont devoir affronter non seulement leur part d’ombre et leur passé, mais plus effrayant encore, les phénomènes paranormaux liés au fait qu’ils sont revenus de l’au-delà.

A l’origine, il y avait une honorable série B réalisée en 1991 par Joel Shumacher, avec un casting de rêve : Julia Roberts (Erin Brokowitch), Kiefer Sutherland (24 Heures Chrono), Kevin Bacon (The Hollow Man), Oliver Platt (les Trois Mousquetaires) et William Baldwyn (Backdraft). Un film qui s’interrogeait autant sur l’ambition des étudiants en médecine, que sur la déontologie de vouloir à tout prix savoir ce qu'il se passe après la mort. Sans être exceptionnel, le film posait des bases d’un renouveau du film d’angoisse, moins gore, plus centré sur la psychologie, qui lui réussit finalement assez bien. Pour autant fallait-il en faire un remake ?

Aux vues du film réalisé par Niels Arden Oplev, un réalisateur Danois spécialisé dans les épisodes de séries telles que « Midnight Texas » ou « Mr Robot », la réponse est non ! D’abord parce que si le scénario de Ben Ripley (Source Code) reprend les grandes lignes de l’original signé Peter Filardi (Dangereuse Alliance), il ne ressemble qu’à un simple copié-collé sans grande âme et sans grande profondeur. Car, peut-être pour satisfaire une éventuelle envie d’emmener le film sur un terrain plus « Film d’Horreur », le scénario reste en surface et ne cherche pas vraiment à coller à une psychologie où l’ambition devient la surenchère d’un besoin viscéral d’obtenir des réponses aux questions de la vie et de la mort et pourquoi d'aller chercher un prix Nobel. Nous pouvons d’ailleurs aisément faire un rapprochement entre les personnages de la version originale et ceux de la nouvelle, et se rendre compte de ce qui a été enlevé, pour n’être pas ou peu remplacé par quelque chose de consistant. Ainsi il n’y a plus cette compétition presque cynique qui pousse les intervenants à repousser les limites de l’exploration, il n’y a plus de drames personnels qui pousse l’un des étudiants à s’interroger sur la mort et ce qu'il se passe derrière. Le réalisateur et son scénariste ont choisi de ne garder que le côté fade d’une rédemption tardive ou encore une culpabilité qui, dans cette nouvelle version, se révèle bien mal traitée.

Ajoutez à cela une mise en scène poussive avec des plans trop soigné pour être crédible ou trop académique pour pouvoir s’inscrire dans une véritable dynamique de narration. Sans parler de cette envie mal assumée de faire de « Flatliners », une sorte de film d’épouvante qui puisse rivaliser avec les productions de Jason Blum comme « Get Out », mais qui se prend le mur par une mise en scène qui oublie le sens du rythme en nous faisant croire qu’il innove.

Du coup, la distribution n’est jamais aussi fade que dans ce nouveau casting qui a bien du mal à faire oublier, l’ancien et même la présence en caméo de Kiefer Sutherland ne vient rien changer. Ellen Page (Juno) semble se demander ce qu’elle fait là et Diégo Luna (Rogue One) de tenter de faire croire à un personnage tout en profondeur alors qu’il en manque cruellement. A la différence de la version de Shumacher, la distribution ne semble pas avoir coûté cher et le résultat n’en n’est que plus décevant.

En conclusion, « L’expérience Interdite – Flatliners » est un remake aussi insipide qu’inutile, tant il n’arrive jamais à donner suffisamment de profondeur à son intrigue et encore moins à ses personnages. La mise en scène de Niels Arden Oplev manque de style et d’inventivité et le scénario se perd dans une absence d’effort évident en reprenant maladroitement certains traits d’écriture de l’original.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi une image beaucoup plus lumineuse que dans l’original et dans le même perd toute personnalisation de son film. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support est à la hauteur. Les contrastes donnent suffisamment de profondeur à l’image.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. Les effets sonores envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et les dialogues ne manquent pas de volume pour ne pas se laisser envahir par les effets sonores qui fourmillement dans tout le film. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 50 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of divisé en plusieurs chapitres :

« Résurrection d'un classique culte », un titre pompeux pour parler de ce remake en vantant des qualités que l’on ne retrouvera dans le remake. Tout au plus il permet de mieux percevoir ce qui est resté et ce qui a été enlevé.

« Faire le tour des visites médicales », alors bien sûr lorsqu’il n’y pas grand-chose à dire autant faire semblant et de tourner en boucle sur des arguments à peine pensable : la diversité du casting. Pour le reste, beaucoup de superlatifs mais pas grand-chose d’autres.

« Juste ce que le réalisateur a demandé », alors là, question « superlatifs », nous sommes servis ! Nous devrions, sans nous en rendre compte, être en présence du nouveau Stanley Kubrick, tant le réalisateur est présenté comme un génie. En tout cas pas avec ce film ! 

« La question ultime », et bien donc oui forcément est ce que le casting veut savoir ce qu’il y a après la mort. Tout ça sent le calibré, mais, allez faisons semblant d’y croire !

Puis des scènes coupées.