Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Insidious : La Dernière Clé

Catégorie Cinéma
Titre Original Insidious : The Last Key
Genre Horreur
Pays USA
Date de sortie 09/05/2018
Réalisateur Adam Robitel
Avec Lin Shaye, Leigh Whannell, Angus Sampson, Kirk Acevedo
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jason Blum, Oren Peli et James Wan
Scénaristes Leigh Whannell
Compositeur Joseph Bishara

Critique de Emmanuel Galais
Editeur SPHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 104 min
Support
   
   

Le docteur Elise Rainier, la brillante parapsychologue, va affronter le cas le plus effrayant et le plus personnel de son histoire : elle doit intervenir dans sa propre maison…

Et bien voilà, après avoir aidé une famille à lutter contre une entité maléfique ben décidée à leur pourrir et particulièrement celle de leur fils, la médium Elise Rainier doit maintenant affronter ses propres démons et particulièrement ceux venus de son passé. Saga initiée par James Wan en 2011, la saga « Insidious » prend tout le monde de l’épouvante à revers. D’abord parce qu’elle met en héroïne une dame âgée, ensuite parce que pour lutter contre les forces du mal, les protagonistes doivent aller dans une dimension astrale différente. Une idée qui n’est pas sans faire penser, toutes proportions gardées, à « Hellraiser » de Clive Barker et son méchant à tête d’épingle. Après trois chapitres qui s’étaient achevés sur la mort du médium et le succès aidant, il fut donc décidé de faire naitre la vieille dame, notamment en narrant ce qui s’est passé avant qu’elle ne rencontre la famille Lambert.

Et le film fonctionne d’abord par un scénario qui a bien compris que le mieux dans un film d’horreur c’est lorsqu’il s’amuse des peurs des uns et des autres ou de l’impression que peuvent donner les objets même les plus inoffensifs, comme ce sifflet ancien ou ne serait-ce que cet environnement entre rétro et intemporalité. Ici le scénario part du principe que la médium est liée à cette maison dont elle est originaire mais que la vérité n’est pas toujours celle que l’on croit. Du coup, l’horreur s’installe doucement et comme dans beaucoup de film de ce genre, l’horreur commence par des apparitions stressantes et, pour une fois, sans musique qui l’annonce. Avec une évidente maîtrise, le scénario entraîne le spectateur dans une intrigue où se mêle la captivité dans l’esprit de "Seven" et le film de revenant avec une entité particulièrement retord.

Et c’est là où toute la mise en scène d’Adam Robitel (The Maze) prend tout son sens, car le réalisateur va s’amuser à accumuler les scènes où les esprits et autres vont apparaitre dans une sorte de sadisme évident à faire sursauter le spectateur. Du coup toutes les sonorités possibles e imaginables vont se succéder afin de pouvoir installer le spectateur dans une atmosphère prenante et oppressante ou le moindre craquement de parquet, une voix d’enfant ou encore le grésillement d’un filament d’ampoule va annoncer l’horreur qui viendra prendre quand même par surprise les spectateurs en plein désarroi. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la mise en scène est particulièrement efficace, car outre le son qui prend jusqu’à la première naissance d’un neurone comme une impulsion électrique, les différentes étapes narratives nous plongent inexorablement dans une succession de scènes particulièrement efficace qui ne laisse jamais totalement insensible.

En conclusion, « Insidious : La Dernière clé » n’est pas le film d’horreur révolutionnaire de l’année, mais il s’avère particulièrement efficace en utilisant beaucoup les sonorités pour mieux nous entrainer dans une intrigue horrifique plutôt bien écrite. Unique regret tout même, parce qu’il en faut un, peut-être un scénario qui se déroule tout de même dans une zone de confort propre au film de revenants. Malgré tout il nous réserve de bonne surprise et c’est tout ce que nous lui demandons.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

« Insidious : La dernière clé » évolue dans un milieu assez sombre presque intemporel où les éclairages intérieurs autant qu’extérieurs apportent autant de tensions que de moments de pauses pour le spectateur. Le travail de Toby Oliver Directeur de la Photographie qui a travaillé également sur « Get Out » de Jordan Peele, gros carton de l’année précédente, était d’utiliser les couleurs assez classiques dans les films de possessions, tout en donnant à « Insidious : La Dernière Clé » une texture propre rétro et sale. Le résultat est là et le support retranscrit une image de grande qualité avec des sombres soignés et des couleurs parfaitement dosées.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Primordiale dans « Insidious : La Dernière Clé », comme dans n’importe quel film d’horreur, traitant des manifestions paranormales, l’environnement sonore se devait d’être particulièrement bien réparti. Et la piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. Les effets sonores envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et les dialogues ne manquent pas de volume pour ne pas se laisser envahir par les effets sonores qui fourmillement dans tout le film. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

« Scènes Effrayantes effacées », Comme son nom on en remet une couche pour un peu plus de frayeur.

« Autre Fin », une fin alternative qui nous rassure sur le choix narratif du réalisateur lors de la session de montage.

« Ouvrir les Clés » est une première partie de making of qui nous ouvre les portes de cette nouvelle fiction d’épouvante. Un peu courte à mon goût et rapidement expédiée.

« Avancer dans l’Au-Delà » revient sur les choix narratifs de cette nouvelle aventure de la saga « Insidious ».

Et enfin « Devenir Elise » est un ultime focus sur le personnage principal d’Elise que l’on peut voir à trois âges différents pendant le film.