Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Animal Kingdom : Saison 1

Catégorie Série TV
Genre Thriller
Pays USA
Date de sortie 06/07/2018
Réalisateur Jonathan Lisco
Avec Ellen Barkin, Scott Speedman, Shawn Hatosy, Ben Robson, Jake Weary, Finn Cole
Format Blu-Ray
Boitier Coffret
Producteurs Jonathan Lisco
Scénaristes Divers
Compositeur Atticus Ross

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 420 min
Support
   
   

Josh dit "J" n'a que 17 ans lorsque sa mère trouve la mort à la suite d'une overdose d'héroïne. Il est accueilli par une grand-mère qu'il connaît peu en Californie du sud. Celle-ci est à la tête d'une fratrie baignant dans la criminalité. Pour survivre, le jeune homme va devoir prouver sa loyauté au clan... Aussi bien à ses oncles qu'à la matriarche qui gouverne ses "garçons" avec un amour débordant et limite incestueux. Adaptation du film australien Animal Kingdom.

En 2011, le réalisateur Davide Michod nous avait plongé dans l’enfer d’une famille de psychopathes qui hébergeait bien malgré elle un nouveau membre de sa famille dont la mère venait de mourir d’une overdose. Sous couvert d’une mise en scène sombre et efficace le film reposait sur un scénario qui creusait plutôt la psychologie des personnages, notamment avec cette méfiance permanente de l’autre, par peur qu’un membre du clan ne vienne trahir la famille, plutôt que les scènes de cambriolages ou d’autres méfaits du groupe. Fascinant et dérangeant d’une certaine manière, le film de Michod n’a pas mis beaucoup de temps pour intéresser la télévision américaine, à travers son showrunner Jonathan Lisco déjà responsable de l’excellente série « Southland ».

Et donc, pour sa première saison « Animal Kingdom » reprend les bases du film, avec « J », un jeune homme de 17 ans dont la mère vient de mourir d’une overdose et qui est accueilli chez sa grand-mère qui vit une liaison fusionnelle avec ses 4 fils, tous évoluant dans un milieu fait de violence de trafics et de cambriolages en tout genre. Sous le contrôle de « Smurf », la mère, tout ce petit monde évolue en s’épiant en permanence, en gardant ses secrets les mieux gardés possible et surtout en évitant de s’opposer au plus fort qui finit toujours par vous faire sentir sa domination.

Si la mise en scène a clairement choisi de se démarquer du film en exposant les méfaits des uns et des autres, les réalisateurs n’en conservent pas moins cet univers sombre, presque moite qui donnait au film une texture si particulière. Du coup l’intrigue n’en devient que plus mordante, tant on se laisse happer par cette atmosphère hautement paranoïaque dans laquelle évolue les personnages. Et si on peut effectivement reprocher à la série de faire parfois dans le sensationnel avec des scènes de sexe assez crues, comme s’il fallait pimenter un peu plus l’ensemble, force est de constater qu’elle fonctionne parfaitement, notamment parce qu’elle plonge véritablement dans le cœur d’une famille qui ne sait rien faire d’autre que de voler, trafiquer et se détruire de l’intérieur tout en détruisant les autres également.

En conclusion, « Animal Kingdom », parvient à suivre le chemin tracé par le film de David Michod, en conservant une atmosphère sombre et poisseuse tout au long des dix épisodes que compte la saison 1. Elle entraine le spectateur au cœur d’une famille violente et se laisse porter par une interprétation impeccable à commencer par le jeune Finn Cole (Peaky Blinders) dont la composition tout en retenue et en introspection parvient à tirer son épingle du jeu. L’acteur parvient à laisser son personnage prendre ses distances avec ses oncles et sa grand-mère tout en n’hésitant pas à se faire menaçant. Un numéro d’équilibriste parfaitement maîtrisé.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Les réalisateurs ont choisi une image volontairement sombre avec des jaunes et des noirs très présents pour mieux appuyer son ambiance sombre et poisseuse. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support est à la hauteur de l’attente. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital Plus 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et permet à la série d’appuyer encore un peu plus son ambiance sombre et parfois glauque. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 25 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Une section bonus très complète, mais malheureusement très expédiée également avec pour commencer :

« Les dessous d'Animal Kingdom » : Un making of qui revient sur les dessous de la création de la série et notamment les liens entre le film et sa nouvelle vie. A travers les interventions des acteurs et des producteurs on nous propose de découvrir la création d’« Animal Kingdom »

"Les cascades dans Animal Kingdom" : Beaucoup de scènes où la famille Cody s’adonne à différents sports tels que le Surf ou le parachutisme, ce documentaire nous propose de découvrir l’envers du tournage de ces scènes.

"Rencontrez les Cody" : Un focus assez enlevé sur les personnages de la famille Cody, qui fait quand même froid dans le dos.

"Dans la peau des personnages" : Un focus sur la manière dont les scénaristes ont abordés chacun des personnages pour les rendre plus proches de l’idée que l’on pouvait s’en faire. 

"Mise en scène" : Nina Ruscio et son équipe révèlent la création du domaine des Smurfs. Un design qui fut pensé dans ses moindres détails, notamment sur l’aspect chaotique de l’ensemble.

"La famille d'abord" : aperçu de la saison avec le casting et les producteurs.

Et pour finir les Scènes coupées.