Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

De Palma

Catégorie Cinéma
Genre Documentaire
Pays USA
Date de sortie 06/06/2018
Réalisateur et Jack Paltrow Noah Baumbach
Avec Brian De Palma
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Noah Baumbach et Jack Paltrow
Scénaristes Noah Baumbach et Jack Paltrow
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Carlotta
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

Auteur de multiples chefs-d’œuvre, de « Phantom of the Paradise » à « L’Impasse » en passant par les incontournables « Carrie », « Blow out », « Scarface » et « Body double », Brian De palma a marqué de son style inimitable et virtuose plus d’un demi-siècle de cinéma. A la faveur d’une conversation intime truffée d’anecdotes, il revient sur son œuvre prolifique, tout aussi géniale que controversée, pour une leçon de cinéma passionnante.

Pour beaucoup de fans, à travers le monde, Brian de Palma c’est « Carrie », « Scarface » ou encore « Les Incorruptibles » et « Mission Impossible 1 ». Mais Brian De Palma, c’est bien plus que ça, c’est avant tout un manipulateur hors norme, qui a su embarquer les spectateurs dans des œuvres finalement assez similaires et pourtant si variées. Utilisant tout ce qui se trouvait à sa portée, tout en imposant un style inimitable, une écriture fine et précise qui ont fait des œuvres aussi expérimentales que remarquables comme « Blow Out » ou encore « Body Double ».  Et si le réalisateur n’a pas toujours obtenu le succès public ou critique qu’il méritait, il a su toujours conserver un cap et une vision qui le rendent si originale et en même temps si complémentaire de ses amis avec lesquels il a révolutionné le cinéma : George Lucas, Steven Spielberg, Francis Ford Coppola et Martin Sorcese.
 
La filmographie et le parcours de Brian De Palma ressemble à une imposante encyclopédie du cinéma américain des années 70 à nos jours. A travers ses anecdotes toujours surprenantes et sans concessions comme, celle autour de « Blow Out » où son ingénieur du son est à la limite du suicide, ou encore Al Pacino (Le Parrain) disparaissant du tournage de « L’Impasse » après une éprouvante scène, ou encore l’attitude désobligeante de Cliff Robertson (Spider-Man) face à Geneviève Bujold (La Corde Raide) sur le tournage d’« Obsession ». Brian De Palma se livre et s’abandonne parfois à quelques réflexions gratifiante ou assassine, mais toujours accompagnées d’un œil précis et visionnaire de ce qu’est devenu le cinéma de nos jours.
 
Les réalisateurs Noah Baumbach (Broadway Therapy) et Jake Paltrow (Greenberg) laissent le réalisateur passer en revue toute sa filmographie, n’interviennent pas et se laisse prendre au jeu de la captation simple de l’intérêt du public par les confidences d’un monuments du cinéma qui vient parler en toute simplicité, avec beaucoup de lucidité sur un parcours hors normes, par forcément compris par les décisionnaires de l’époque, mais qui sut trouver une place dans le cœur du public et par la suite des critiques. Jamais amère, jamais méchants gratuitement, le réalisateur parle de lui, de son œuvre, des acteurs, de son équipe et des studios avec beaucoup de bienveillance, même si parfois toute la bienveillance du monde ne suffit pas pour masquer l’amertume.

En conclusion, « Brian de Palma » n’est pas à proprement parlé une leçon de cinéma, mais c’est en tout cas un très bel exemple d’humilité et de lucidité dans un monde du cinéma qui en manque parois terriblement, surtout à ce niveau. 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image soignée qui met parfaitement en valeur le travail de documentation et permet des transitions pas forcément trop douloureuses entre les interventions du réalisateur et les extraits de films parfois très anciens. Les contrastes sont de très bonnes tenues et donnent une réelle profondeur à l’ensemble. Les couleurs quant à elle gardent une véritable identité servant à merveille les besoins de la réalisation.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Sous-Titrage Oui Non Non      

L’utilisation d’une piste DTS 5.1 reste forcément une bonne nouvelle puisqu’elle permet réellement de plonger au cœur des confessions du réalisateur et des extraits de films qui les illustrent. La spatialisation offre une très belle répartition, y compris dans les extraits de films, la dynamique est minutieuse et respecte parfaitement l’univers du groupe. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

De nombreux Memorabilia que nous n’avons pas reçu de l’éditeur.