Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Cocoon

Catégorie Cinéma
Genre Science Fiction
Pays USA
Date de sortie 08/08/2018
Réalisateur Ron Howard
Avec Don Ameche, Wilford Brimley, Brian Dennehy, Jack Gilford
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Lili Fini Zanuck, David Brown et Richard D. Zanuck
Scénaristes Tom Benedek
Compositeur James Horner

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Carlotta
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 117 min
Support
   
   

Un groupe d'aliens déguisés en humains reviennent sur Terre pour reprendre des cocons de leur espèce (de la planète Antarea) qu'ils avaient laissés lors d'un précédent voyage. Une fois qu'ils ont récupéré les cocons, ils les conservent dans la piscine d'une maison qu'ils ont louée dans une petite ville de Floride. Ils sont gênés dans leur entreprise par quelques personnes âgées, pensionnaires d'une maison de retraite située non loin de la maison. Ces dernières se sont secrètement baignées dans la piscine et ont découvert les pouvoirs extraordinaires des cocons...

En 1985, Ron Howard est encore un jeune réalisateur qui a encore beaucoup de choses à prouver, mais avec le succès de « Splash » s’ouvre grand les portes et les oreilles des décideurs des studios. C’est avec « Cocoon » qu’il va surprendre tout son monde. Sous la direction du producteur Richard D. Zanuck, fils de Darryl F. Zanuck, producteur légendaire des débuts du cinéma aux années 70 et de Virginia Fox actrice fêtiche de Buster Keaton. Producteur des premiers films de Spielberg dont « Sugarland Express » et « Les Dents de la Mer », Richard D. Zanuck,aime surprendre avec des productions qui sortent des sentiers battus et viennent redistribuer les cartes.

Avec « Cocoon », le producteur est servi. Car cette histoire signée David Saperstein, va marquer des millions de spectateurs à travers le monde et peut-être particulièrement les plus âgés, puisque le scénario va parler d’un groupe de personnes âgées vivant dans un établissement pour senior, vont voir apparaître dans la piscine du voisin des cocons, qui ont pour effet de leur rendre leur vitalité et leur santé. Très loin des critères de ce qu’il se faisait à l’époque, le film de Ron Howard va prendre tout le monde à revers. Car dans le cinéma américain des années 80, chacun est à sa place, les jeunes ont l’aventure, les parents la responsabilité et les vieux la sagesse et l’arrière-plan, presque une part du décor. Ici, les trois héros, de vieux papys dont l’un est atteint d’un cancer, vont plus ressembler à de sales gosses trop gâtés, qu’à des papys pleins de sagesses. Une attitude qui aura vite fait d’avoir des conséquences sur la mission des extra-terrestres.

Avec une mise en scène qui se veut évidemment d’une très grande précision, le réalisateur s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont marqué les années 80.
Et même si, encore une fois, la mise en scène de Ron Howard souffre de ne pas avoir de signature propre (Le film pourrait faire partie de la filmographie de Steven Spielberg ou Joe Dante), elle n’en demeure pas moins efficace et bourrée de qualité. A commencer par un rythme décalé par rapport à son sujet. En effet, un film avec des personnes âgées en personnages principaux, pouvait être lent et presque léthargique, et bien dans « Cocoon », Ron Howard fait exactement l’inverse, il traite et filme ses seniors comme s’ils étaient des adolescents. Comme Spielberg dans « E.T. », Ron Howard montre des « Anciens » en bande, jouant aux jeux de la séduction, faisant des cachotteries, complotant et surtout se laissant dépasser par les événements par une naïveté et une insouciance que seule pourraient en avoir des enfants ou des adolescents.

Et puis il y a la distribution, à commencer par Don Ameche, peu connu par chez nous, mais qui fut célèbre dans les années 80 pour sa participation au film « Un fauteuil pour deux » de John Landis, Wilford Brimley (The Thing) et Jack Gilford (La Croisière s’amuse) qui forment un trio réjouissant et malicieux bourré d’énergie. Des papys qui jouent et s’amusent comme des adolescents, le film en cela gagne en profondeur. Face à eux, le très célèbres Brian Dennehy, dans un rôle tout en nuance pour une fois, alors que les spectateurs le connaissent dans les années 80, comme maintenant pour un acteur jouant surtout des méchants à l’instar de « Rambo », ou de « Présumé Innocent ».

En conclusion, nous l’aurons très rapidement compris, avant de réaliser (du moins de signer) l’un des plus mauvais « Star Wars » de la galaxie, Ron Howard a surpris et émus le monde entier avec « Cocoon » une œuvre drôle et bouleversante que le réalisateur a su tenir avec une mise en scène toute en contre-pied. A voir évidemment en famille, car ce film qui met en scène des papys et des mamies parvient à réunir tout le monde dans le visionnage d’un conte moderne sobre et complexe.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

« Cocoon » bénéficie d’un transfert de grande qualité dans lequel les couleurs sont parfaitement dosées, et permettent de mettre en valeur le travail de Donald Peterman (Les Valeurs de la Famille Adams) dans lequel la couleur mais aussi les nuances naturelles ont une importance capitale dans la réussite du film. Ici les couleurs sont soignées, le vert dominant qui donne cet aspect si particulier au film ressort avec une douceur qui permet de mieux comprendre le choix esthétique du réalisateur et de son directeur de la photographie. Un seul regret, tout de même, une telle qualité met forcément en évidence la pauvreté des effets spéciaux du film. Ici les extra-terrestres qui ne sont que des acteurs en collants et lycra et des boules de feu en surimpression, (Pourtant le film reçu, à l’époque, un oscar pour les effets spéciaux).

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Moyenne Bonne Bonne
Anglais DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Moyenne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Moyenne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 vient forcément donner plus de relief au film, par une mise en perspective des effets sonores du film et, bien sûr des dialogues. Mais toutefois, pour ne pas retirer son côté un peu grincheux et exigeant que nous pourrions avoir su un film qui a fait partie de notre adolescence, c’est que justement le travail de remasterisation n’est pas pu mieux effacer les traces du temps sur des dialogues qui peuvent parfois être affadis ou encore sur une musique qui peut se faire un peu trop aiguë.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 20 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des Featurettes reprenant les éléments clés du film viennent compléter l’édition.