Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Harlots

Catégorie Série TV
Genre Fresque historique
Pays GB
Date de sortie 20/03/2019
Réalisateur Moira Buffini
Avec Samantha Morton, Jessica Brown Findlay, Lesley Manville
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Hulu, ITV Studios et Monumental Pictures
Scénaristes Moira Buffini et Alison Newman
Compositeur Rael Jones

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Koba Films Vidéo
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 360 min
Support
   
   

Londres, 1763. La ville est en plein essor. Pour gagner leur vie, beaucoup de femmes n’ont que deux alternatives : le mariage ou la prostitution. Deux maisons closes, tenues par des femmes que tout oppose, se livrent à une guerre sans merci pour s’attirer les faveurs de la gente masculine…

Sous la plume de Moira Buffini, à qui l’on doit notamment le scénario de « Le Dernier Vice-Roi des Indes » et  Alison Newman qui s’était fait remarquer avec « Femmes de Footballeurs », « Harlots » est, à proprement parlé, une série atypique dans sa conception comme dans son histoire. D’abord parce que l’équipe à la manœuvre est quasiment exclusivement féminine : 3 réalisatrices, 2 Showrunneuses, et une pléiade d’actrices qui tiennent les premiers rôles, ensuite parce que le sujet se concentre sur la guerre que ce sont opposés des tenancières de maisons closes. Une trame inspirée par les « Harri’s list of Covent Garden Ladies » qui furent édités entre 1757 et 1795 et qui offrent une quantité remarquable de matières pour construire une intrigue à tiroirs autour de cette guerre de position dans l’estime de la gente masculine dominante de la société Londonienne du XVIIIème siècle.

Alors, dire que la série touche au but grâce à cette composition quasi extrêmement féministe, serait beaucoup trop réducteur en soit. D’autant qu’« Harlots », malgré des qualités narratives évidentes, manque tout de même de quelque chose. Difficile à dire s’il s’agit d’un manque de rythme ou d’une narration beaucoup trop « #me too ». Car, en fait, ce qui pouvait être une véritable force, à savoir : Traiter de la prostitution avec un regard féminin, devient subitement une faiblesse, car rien n’est réellement beau, réellement sale, tout est ultra stylisé et la série ne parvient pas à trouver une vitesse de croisière qui puisse positionner le spectateur d’un côté ou non de la barrière. Car, à trop vouloir appuyer sur le quotidien, sur ces intrigues de petits salons, ou d’arrières cours, on finit par très vite se perdre et être rebuté par un langage outrancier trop gratuit et un manque d’empathie pour certains aspects de la vie des prostituées.

Et si la mise en scène ne brille pas forcément pour captiver le spectateur, la distribution, elle, ne ménage pas ses efforts pour donner toute cette fureur qui habite ces personnages jamais assez bien pour être respectés mais suffisamment courtisés pour être d’influence. Samantha Morton que l’on connait pour sa participation à l’œuvre de JK Rowling : « Les Animaux Fantastiques », tient le rôle de l’une de ces tenancières qui tente toujours avec détermination de s’élever dans la société et de prendre soin des filles qu’elle couve. Mais n’allons pas nous y tromper, son personnage reste une tenancière de Maison Close avec tout ce que cela implique de rapports complexes avec ses filles. Face à elle, Lesley Manville que l‘on connait pour son interprétation saisissante dans « Phantom Thread », impose une froideur dans son regard qui peut cacher une faiblesse, mais surtout une fureur inquiétante. Au milieu de ces deux femmes, Jessica Brown Findlay, la magnifique et si douce Sybille Crawley de « Downton Abbey » se transforme en favorite attitrée d’un lord anglais qui n’a qu’une obsession s’élever dans la société.

En conclusion, « Harlots » n’est pas forcément une série désastreuse, loin de là, mais la tonalité, la mise en scène et le scénario qui ne parvient jamais réellement à trouver sa vitesse de croisière et à ainsi trouver son angle d’attaque et la subtilité que nous pourrions attendre d’une telle équipe à la tête d’une série sur la prostitution dans le Londres du XVIIIème siècle.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

L’environnement un peu austère mais pourtant étrangement lumineux de la série bénéficie d’un beau transfert. La lumière est parfaitement mise en valeur, et la texture des ambiances bénéficie d’un rendu de qualité, avec des couleurs précises et des contrastes bien tenus qui offre une palette de nuances à la hauteur de l’attente.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

La piste sonore bénéficie d’une piste 5.1 assez bien structurée, avec une réparation soignée qui laisse la place belle aux dialogues et ne se laisse pas déborder par les effets sonores. La dynamique est remarquable et la spatialisation plus en retenue se mêle bien à l’ensemble.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Pas de bonus