Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald

Catégorie Cinéma
Titre Original Fantastic Beasts : The Crimes Of Grindelwald
Genre Fantastique
Pays GB
Date de sortie 25/03/2019
Réalisateur David Yates
Avec Eddie Redmayne, Jude Law, Katherine Waterston, Johnny Depp, Dan Fogler, Alison Sudol, Ezra Miller
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs David Heyman, Steve Kloves, J.K. Rowling et Lionel Wigram
Scénaristes J.K. Rowling
Compositeur James Newton Howard

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 133 min
Support
   
   

1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s'évade comme il l'avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l'origine d'attaque d'humains normaux par des sorciers et seul celui qu'il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l'arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L'aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

Bon, ne nous voilons pas la face, le premier volume des « Animaux Fantastiques » étaient une très grande attente pour les fans d’« Harry Potter », mais avait fait l’effet d’une douche froide, parce que pas assez de jeunes magiciens, parce que Norbert Dragonneau trop introverti pour être attachant, et puis même si cela pose tout de même des questions aux fans : Pas assez de Poudlard et de Dumbledore. En une phrase : Les fans ne s’y retrouvaient pas ! Pourtant, ce premier volume, en guise de première pierre à un édifice qui doit se tenir sur cinq films, possédait de très grandes qualités narratives, d’abord et visuelles ensuite, tante l’auteur et la réalisatrice ont réussit à trouver une vitesse de croisière dans leur fonctionnement, comme si l’un et l’autre se complétaient par leurs idées et par leur envie d’explorer le plus possible l’univers d’Harry Potter.

Avec « Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald », JK Rowling et David Yates poussent un peu plus loin, leur exploration de cet univers et l’auteur commence à raccrocher les wagons. D’abord en mettant au centre de l’histoire deux personnages : l’un majeur de l’univers de « Potter » : Albius Dumbledore et l’autre majeur dans la vie du premier, mais seulement cité dans la saga du jeune sorcier Gellert Grindelwald. Et c’est avec ce changement d’angle que l’auteur va pouvoir capter une nouvelle fois l’attention de son public resté un brin dubitatif avec le précédent volume. Car si Dragonneau reste le héros de la nouvelle saga, il passe subitement au second plan pour laisser les deux personnages s’opposer à leur manière. Grindewald fonctionne comme le pendant sombre de Dumbledore. Si le directeur de Poudlard cherche inlassablement à aider les autres, à faire le bien, il poursuit tout de même une quête commune avec Grindelwald : Conserver une place pour les sorciers en les rendant toujours plus forts. Seulement, si le premier veut le faire en harmonie avec les non magiciens, le deuxième veut, au contraire que la magie domine le monde, et au passage, éradiquer les « Moldus ».

Et c’est toute la force de ce nouvel opus, que de traiter de thèmes chères à JK Rowling : L’exclusion, l’enfance maltraitée et surtout la lutte entre le bien et le mal. Avec une nuance toutefois, car l’auteur a conscience que cette lutte se justifie de manière différente en fonction du camp dans lequel on se trouve. Les gentils sont persuadés de faire le bien et d’opérer pour la protection des autres, mais pour les méchants c’est exactement la même chose, mais d’un point de vue différent. Si Voldemort était un mage sombre, incarnant le mal absolu et régnant par la terreur, à l’instar de Soron dans une autre saga, Grindelwald lui séduit ses apôtres par des mots qui les touchent. Il agit comme un gourou qui rassure, qui apaise et guide vers ce que tout le monde pense enfin être la voix vers la fin de l’exclusion. JK Rowling montre avec ce deuxième volume, sa capacité, non seulement a développer l’univers qu’elle a créé, mais également à l’utiliser pour transmettre une idéologie saine et subtile avec une écriture toute en nuance et en intelligence.

Pour mettre en image son œuvre, elle a su trouver en David Yates, son œil, son alter ego visuel. Le réalisateur, une fois de plus parvient avec beaucoup d’intuition à donner une incarnation cinématographique à l’histoire de la romancière avec des plans de toute beauté, où les effets spéciaux ne viennent pas seulement donner vie à des idées imaginaires, mais ils viennent habiller avec sensualité parfois, comme ce passage où Paris est recouvert de voiles noirs. L’idée est à la fois charmante et tellement cohérente avec l’image que Paris transmet au monde. Tout le film se porta à un rythme fulgurant qui nous rappelle enfin les différents épisodes de la saga « Harry Potter » avec des plans fort peu anodins, tels que le survol de Poudlard ou l’entré dans l’école des Sorciers. Les créatures fantastiques restent d’une beauté marquante et font de cette nouvelle aventure une réussite tant visuelle que scénaristique.

Avec « Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald », JK Rowling et David Yates nous embarque à nouveau, et peut-être même, enfin ! dans l’univers créé par la romancière avec une multitude de détails subtils et des repères que les fans de l’œuvre de Rowling vont pouvoir reconnaître et ainsi s’approprier. Pour les autres c’est une nouvelle plongée au cœur d’un monde fantastique avec des animaux et des sorciers, mais cette fois ci avec un regard plus adulte tout autant hypnotisant.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi une lumière très éclatante qui soit en accord avec l’esprit du film, qui oscille de façon régulière entre des scènes aux éclairages plus sombres comme lors des scènes dans le cimetière du Père Lachaise ou encore plus subtiles comme lorsque Paris est recouverte un instant d’un voile noir. Pour cela le chef opérateur a su mettre en valeur toutes les éclairages nécessaires, pour donner un éclat particulier et ainsi rendre plus subtiles certains détails ou certaines textures. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support offre une palette de nuance assez remarquable. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste Dolby Atmos True HD 7.1 fait des merveilles, elle se révèle d’une grande précision et met bien en valeur les dialogues (VO et VF) et les effets spéciaux qui fourmillent avec plus ou moins de subtilité dans le film et place largement la musique en premier plan par une présence continue et relativement appuyée  dans les canaux Surround. La dynamique générale manque un peu d'éclat, certainement due à cette présence trop appuyée de la partition musicale vis à vis des effets sonores.

Si vous êtes équipé Dolby Atmos, vous profitez d'une immersion améliorée, assez subtile ceci-dit. En effet ce mixage ne présente aucune extravagance ; il laisse s'échapper avec une certaine logique des effets verticaux dans les séquences de poursuite ou de combats. En témoigne la séquence d'ouverture pré-générique ou le spectateur profite de coups de tonnerre plus appuyé, le chocs électriques plus épars. Quand l'eau remplit le carrosse on perçoit mieux une sensation de noyade (le personnage hein !) et les effets de vents autour du carrosse sont plus dense. 

C'est mieux donc mais pas magique.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Dans « JK Rowling : un Monde révélé », la romancière revient sur son œuvre et notamment sur la direction qu’elle souhaite lui donner. Avec humour et détermination, elle nous parle de la façon dont elle a abordé ses personnages, la direction qu’elle veut leur faire prendre afin de pouvoir explorer les thèmes qui lui sont chère. Bien sûr l’auteure parle de sa relation avec David Yates et de leur fonctionnement sur le tournage.

« Sorciers à l’écran : Fans dans la vie » réunit Ezra Miller (Croyance Bellebosse) et Evanna Lynch qui fut Luna Lovegood dans la saga « Harry Potter ». Les deux comédiens parlent d’abor de leur rapport avec l’univers de JK Rowling, puis vont visionner des scènes du film et disserter sur certains détails capitaux et quelques peu cachés pour les moins rigoureux des fans. Je l’avoue quand même, Ezra Miller en fait un peu des « Caisses » mais dés lors qu’ils analysent les scènes cela devient passionnant.

« Dumbledore », évidemment, il était important de parler de Dumbledore, incarné par Jude Law qui reprend le rôle immortalisé par Richard Harris et Michael Gambon. Un défi qui fut une gageure pour l’acteur qui pu compter sur l’aide de JK Rowling pour percer toutes les nuances et les subtilités de ce personnage, bien plus complexe qu’il n’y parait.

Certaines scènes clés du film seront ensuite révélées pour mieux comprendre les défis et surtout les enjeux qui attendent les personnages dans les prochains épisodes.

Les scènes coupées sont à voir soit dans la section bonus, soit dans la version longue. Une annotation apparaît dans cette dernière pour mieux les repérer. Elles permettent de mieux comprendre les liens qui unissent certains personnages. Personnellement je préfère cette version, plus puissante dans sa narration.