Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Mauvaises Herbes

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 27/03/2019
Réalisateur Kheiron
Avec Catherine Deneuve, . Kheiron, André Dussolier, Hakou Benosmane, Louison Blivet, Adil Dehbi, Youssouf Wague, Ouassima Zrouki
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Simon Istolainen
Scénaristes Kheiron
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 100 min
Support
   
   

Wae¨l, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme a` la retraite qui tient visiblement beaucoup a` lui. Sa vie prend un tournant le jour ou` un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire. Wae¨l se retrouve peu a` peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme. De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle.

A première vue, ce deuxième long métrage de Kheiron (Bref), humoriste, scénariste et donc réalisateur, pour la seconde fois : « Mauvaises Herbes », fait un peu peur, notamment par un risque évident de donner un discours soit trop lisse, soit trop ouvertement politique, puisqu’il s’agit de parler de la réinsertion dans des quartiers en difficulté.

Et effectivement, le film fait une sorte de parallèle que l’on peut juger maladroit avec l’histoire d’un petit garçon des rues en Iran, qui lutte chaque jour pour survivre, en faisant preuve d’une imagination remarquable, et celle de cet éducateur qui survit également de petits larcins avec l’aide d’une femme plus âgée que lui. Leur rencontre avec Victor, un directeur d’établissement chargé de remettre sur les rails un groupe de jeunes en difficulté va permettre à Wael de se trouver une voie en aidant ces jeunes.

Alors bien sûr, on pourra dire beaucoup de choses négatives au sujet du film de Kheiron, notamment son aspect très appuyé et fort peu nuancé de la première partie de son scénario, et une deuxième partie très image d’Epinal, masquant un discours de volonté d’intégration volontaire et positive. Mais qu’est-ce qu’on s’en fiche en fait de tout ça ? La démarche est tellement positive, porteuse d’ondes que l’on souhaiterait recevoir plus souvent, à l’inverse de toutes celles véhiculées par des parties politiques ou de faux sociologues pleutres et revanchards.

Le film de Kheiron, manque effectivement de nuance et peut-être de finesse, mais il a le bon goût de jouer la carte de la sincérité, d’emmener le public dans une œuvre, certes un poil trop positif, mais qui qui fait du bien. Un film qui, avec ce parallèle maladroit fait réfléchir le spectateur, il met forcément en nuance toutes les difficultés des uns et des autres et amène avec une certaine douceur pour mieux appuyer l’horreur d’une vérité qui se cache dans le passé des uns et des autres. Le film garde, comme dans le précédent une vision positive de l’être humain, et c’est peut-être là que le reproche peut être fait à Kheiron de lisser un peu trop son discours et de chercher les réparties un peu trop ciselées pour faire rire ou sourire.

Au-delà de garder toujours une vision parallèle des conditions de vie des Iraniens et la vie en France, il y a une envie de parler d’espoir, de détermination et de non repli identitaire pour s’ouvrir à l’autre. Kheiron, à travers une galerie de personnages volontairement caricaturaux nous offre une vision intéressante d’une société où la jeunesse doit surmonter ses obstacles en s’ouvrant au dialogue pour laisser apparaitre les blocages, les traumas et les frustrations.

Et puis pour finir, impossible de ne pas parler des prestations de Catherine Deneuve (Sage-Femme) qui semble décidément revivre et beaucoup s’amuser au contact de es jeunes réalisateurs et auteurs qui l’emmènent dans des directions qu’elle n’avait pas forcément l’habitude de suivre. Forte en auto-dérision et en décalage, l’actrice est rayonnante et touchante. Même chose pour André Dussolier (Tanguy) qui, même s’il reste dans sa zone de confort s’amuse autant que sa partenaire. Face à eux une palette de jeunes comédiens particulièrement réjouissants.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les paysages de l’Iran dans les années 70, sortent avec un éclat qui nous les fait découvrir sous un autre angle et leur donne un relief attachant. Et même lorsque le réalisateur nous entraîne dans les banlieues des années 80. Le détail y est soigné et l’ensemble brille de qualité.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux effets sonores qui entourent le film. La dynamique de l’ensemble fait des merveilles pour mieux mettre en avant les qualités du film. Un véritable plaisir pour les oreilles.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 3 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Le clip de la chanson du film.