Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Edmond

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays Fr
Date de sortie 09/05/2019
Réalisateur Alexis Michalik
Avec Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Lucie Boujenah, Clémentine Célarié
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Alain Goldman
Scénaristes Alexis Michalik
Compositeur Romain Trouillet

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 113 min
Support
   
   

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

Il y a des films dont l’histoire intrigue forcément, notamment parce que le sujet semble vouloir nous emmener dans une direction alors qu’en fait il en suit une tout autre. « Edmond » fait partie de ceux-là. Notamment parce qu’il s’agit de l’adaptation d’une pièce à succès qui reçue le Molière de la meilleure comédie en 2017. Et puis à y regarder d’un peu plus prêt ce qui s’annonce comme une biographie ciblée d’Edmond Rostand dramaturge rendu célèbre grâce à Cyrano de Bergerac, mais pas que, s’avère très rapidement une libre inspiration de la création d’un chef d’œuvre qui n’a finalement que l’ambition, en plus de celle de divertir, de montrer toutes les sources d’inspirations qui peuvent nourrir l’œuvre d’un auteur. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Alexis Michalik s’y connais en matière de source d’inspiration et de parcours difficile pour faire aboutir son projet. Lui qui porta pendant plus de quinze ans son histoire de cet auteur en plein renoncement faute de reconnaissance, qui va devoir écrire une œuvre en trois semaines et qui va aller bien au-delà de ses espérances. Car avant d’être une pièce de théâtre puis un film, « Edmond » ce fut d’abord un scénario que l’auteur destinait au cinéma. 

Et après une multitude de refus ou ne voyant pas les financements aboutir suffisamment rapidement, Alexis Michalik l’adapta en pièce de théâtre. Banco ! La pièce fait carton plein, elle affiche complet et se voit décerner un Molière. Il n’en fallut pas plus pour que le cinéma, regarde d’un nouvel œil ce scénario original qui mêle l’œuvre de Rostand et une histoire librement inspirée de la véritable.  Mais le réalisateur a acquit suffisamment de reconnaissance pour prétendre l’adapter lui-même et ainsi boucler une boucle de plus de quinze ans. Et il n’est rien de dire à quel point, il a eu raison de s’obstiner à ce point, tant le scénario est solide, à multiple lectures, on y voit l’inspiration d’un auteur, la muse, les doutes de l’artiste, des artistes, la pression du succès, son prix exorbitant à payer, et tout ces personnages hauts en couleurs qui ont nourris, certainement, l’œuvre de Rostand. Comme Milos Foreman, le fit avec « Amadeus », et dans une autre mesure évidemment, Alexis Michalak, s’amuse des doutes qui se révèlent dans « Cyrano de Bergerac ». Il mélange les deux personnages, sa créature et son créateur pour donner une véritable puissance à sa comédie aussi légère que parfaitement orchestrée dans un sens de la comédie qu’il maîtrise parfaitement.

D’ailleurs, le réalisateur s’amuse de sa connaissance des codes de la comédie, de ses rythmes pour en faire une œuvre foisonnante et touchante, pétillante et émouvante comme les merveilleuses tirades de l’auteur. En mélangeant « Cyrano de Bergerac » et l’histoire de son auteur, Alexis Michalik, parvient avec brio à adapter sa pièce de théâtre en long métrage cinématographique, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui se laissent porter par le verbe haut d’Olivier Gourmet (Un Peuple et son Roi), par la fausse naïveté de Thomas Solivérés (Intouchables) ou encore par la grandeur de Clémentine Célarier (En Mille Morceaux)  en Sarah Bernhardt. Tom Leeb (Mon Poussin) et Lucie Boujenah (Five) sont les atouts charmes de cette comédie qui fait tellement de bien, par sa légèreté autant que sa profondeur mais aussi par sa subtilité et son amour de l’œuvre d’Edmond Rostand.

En conclusion, « Edmond » est une comédie subtile et magnifiquement écrite par Alexis Michalik qui, fort d’un succès au théâtre, en signe une adaptation toute en finesse et en maîtrise des codes de la comédie. Il parvient avec l’aide de sa distribution à faire revivre de façon originale l’œuvre d’Edmond Rostand : « Cyrano de Bergerac » et la vie de son auteur pour mieux nous en faire découvrir les zones d’ombres et les parts de lumières. Une œuvre pétillante et foisonnante à découvrir de toute urgence, si cela n’a pas été fait en salle.  


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La reconstitution d’un Paris de la fin du 19ème, nécessite une palette de couleurs assez large avec des rouges et des marron appuyés pour ce qui est des intérieurs de théâtre. Le travail de transfert et de très bonne qualité et permet ainsi de profiter agréablement du spectacle et surtout de l’éclairage toute en finesse et en précision du directeur de la photo Giovanni Fiore Coltellacci qui officia notamment sur le « Cloclo » de Florent Siri.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, qui vient mettre en valeur le travail d’environnement sonore propre au monde du théâtre. Avec les pas sur les planches, le bruit des rideaux, le craquement de la scène ou encore les voix hautes et fortes. La répartition est minutieuse et utilise chaque canal pour envelopper le spectateur. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of qui revient sur ce parcours du combattant et montre cette légèreté et cette fausse décontraction qui régnait sur le plateau. A l’instar d’un chef d’orchestre, le réalisateur maitrise son œuvre et le prouve en contrôlant chaque plan et chaque mouvement des acteurs.

Un documentaire sur la musique du film, qui permet de v comment le compositeur Romain Trouillet (Sauvage) s’est inspiré du film et plus particulièrement de son histoire pour en tirer une musique à la fois subtile et puissante.

Puis des scènes coupées.