Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Spider-Man : New Generation

Catégorie Cinéma
Titre Original Spider-Man : Into the Spider-Verse
Genre Animation
Pays USA
Date de sortie 06/05/2019
Réalisateur Bob Persichetti
Avec Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld, Mahershalalhashbaz Ali, Nicholas Cage
Format Blu-Ray
Boitier BluRay Standard
Producteurs Phil Lord, Chris Miller, Avi Arad, Amy Pascal et Christina Steinberg
Scénaristes Phil Lord et Rodney Rothman
Compositeur Daniel Pemberton

Critique de Emmanuel Galais
Editeur SPHE
Edition Coffret
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 117 min
Support
   
   

Spider-Man : New Generation suit les aventures de Miles Morales, un adolescent afro-américain et porto ricain qui vit à Brooklyn et s’efforce de s’intégrer dans son nouveau collège à Manhattan. Mais la vie de Miles se complique quand il se fait mordre par une araignée radioactive et se découvre des super-pouvoirs : il est désormais capable d’empoisonner ses adversaires, de se camoufler, de coller littéralement aux murs et aux plafonds ; son ouïe est démultipliée... Dans le même temps, le plus redoutable cerveau criminel de la ville, le Caïd, a mis au point un accélérateur de particules nucléaires capable d’ouvrir un portail sur d’autres univers. Son invention va provoquer l’arrivée de plusieurs autres versions de Spider-Man dans le monde de Miles, dont un Peter Parker plus âgé, Spider-Gwen, Spider-Man Noir, Spider-Cochon et Peni Parker, venue d’un dessin animé japonais.

Et si le meilleur « Spider-Man » c’était celui qui ne répondait pas aux codes, mais qui, au contraire, les brisait pour mieux redistribuer les cartes et ainsi ouvrir de nouvelles perspectives à l’Homme Araignée ? Au sein de l’univers Marvel Comics, cette déconstruction eut lieu en 2011, lorsque Marvel décida de tuer de Peter Parker des mains du Bouffons Vert, mais fit renaitre le personnage de Spider-Man avec un nouveau porteur : Miles Morales. Outre le choix de tuer le personnage historique, le choc fut que son remplaçant était un jeune homme métis (Père afro-américain, Mère Porto ricaine) venu de Brooklyn. Un choc, mais surtout une excellente nouvelle, qui faisait enfin entrer les minorités, et toutes les minorités dans l’univers de Marvel. A travers le personnage de Mile Morales, les adolescents de toutes les cultures que forment l’Amérique pouvaient se rêver en super-héros.

Et c’est d’ailleurs tout le message et toute l’intelligence de ce « Spider-Man New Génération » : « Tout le monde peut porter le masque ! ». Eh oui, il ne suffit pas d’être blanc et bourré de valeurs américaines bien propres sur elles, non, pour porter le masque, on peut être un homme, une femme, un jeune ou un vieux, même un cochon. Avec une certaine aisance, le scénario joue clairement la carte des réflexions que peuvent avoir les adolescents de tout genre : trouver sa place dans la société, supporter le regard de ses parents et les rendre fier, accepter ce que nous sommes…etc. Le scénario signé Phil Lord (Tempête de Boulettes Géantes) et Rodney Rothman (22 Jump Street) surfe sur toutes les vagues narratives avec une précision d’orfèvre et en ressort un scénario jamais plombant, bourré d’humour, de contradiction et parfois de folie. Une règle pourtant n’est jamais transgresser, celle du Mojo de Spider-Man : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ».
En plus d’un scénario malin et parfaitement dosé, les réalisateurs Bob Persichetti (Le Petit Prince), Peter Ramsey (Les 5 Légendes) et Rodney Rothman (5 ans de Réflexions) ont eut l’idée délirante de rendre hommage à la bande dessinée en utilisant différents types d’animations qui rappellent les imperfections de certaines BD, pour créer une animation qui soit en accord avec leurs idées, ils ont du repenser l’animation, en modifiant le nombre d’images par secondes par exemple, ce qui donne cet effet un peu vibrant, très pop, où les flous ne sont plus des erreurs techniques mais des compléments narratifs et visuels. Les bulles ou les cases sont aussi présentes, ainsi que les « Boum », « Paf » et « Pif » qui servent à représenter les coups et les chocs présents tout au long du film d’animation. En résulte un festival visuel, réjouissant, pétillant, captivant et bien d’autres choses qui finissent par « Ant ». Difficile de ne pas succomber au charme de ce film d’animation énergique et visuellement révolutionnaire tout en étant magnifiquement retro et foncièrement ancré dans la pop culture.

En conclusion, s’il devait y avoir un seul film d’animation à voir l’année précédente, s’il ne devait rester qu’un seul « Spider-Man » ces dix dernières années, immanquablement ce serait « Spider-Man : New Génération ». Ce long métrage d’animation fourmille de bonnes idées, visuellement et scénaristiquement. En brisant les codes de films de super-héros et particulièrement tout ce qui tourne autour de l’Homme Araignée, « Spider-Man : New Génération » réinvente le mythe et ancre son film dans ce qui se fait de mieux en matière d’animation. La scène post générique laisse supposer qu’un deuxième volet pourrait voir le jour, inutile de préciser que nous avons hâte.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. C’était le moins que nous pouvions attendre de l’éditeur pour mettre en valeur toutes les qualités visuelles de ce film. Si le 3D a tendance à appuyer un peu trop les effets de flous, il offre tout de même de grands moments, comme lors des plongées de Spider-Man, par exemple. Les couleurs pop et acidulées du film sont parfaitement servis par le support qui leur apporte une véritable brillance.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, qui vient mettre en valeur le travail d’environnement sonore propre au film. La bande son très R’n’B vient profiter avec beaucoup de précision d’une répartition précise et d’une dynamique puissante. Rarement pris en défaut de faiblesse, la piste sonore vient se mettre au service du film et lui offre un grain impeccable qui laisse une belle place aux dialogues et aux effets sonores, propre à l’animation. Il y a même de la place pour s’amuser avec les sonorités des dessins animés des années 70-80. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 80 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Côté Bonus, l’éditeur joue clairement la carte de l’animation, du délire plus que du making of conventionnel.

« Mode Univers Alternatif » : découverte du film avec plus de 40 minutes de scènes alternatives en compagnie des réalisateurs.

Court métrage inédit : « Spider-Cochon : pris pour un jambon » de Miguel Jiron (« Caught in a Ham », 2019)

« Un hommage à Stan Lee & Steve Ditko » : regard sur les créateurs de Spider-Man

« Un casting quatre étoiles » : les voix du film 

« The Spider-Verse Super-Fan Easter Egg Challenge » : chasse aux caméos, références aux comics et autres surprises qui se cachent dans le film, avec en supplément un défi lancé par Phil Lord.

Karaokés :

« Sunflower » de Post Malone & Swae Lee

« Familia »de Nicki Minaj & Anuel AA (feat. Bantu)

« Nous sommes Spider-Man » : exploration de la diversité des personnages.

« Les univers multiples » : rencontre avec les artistes et réalisateurs du film.

« Conception cinématographique de personnages de bandes dessinées » conception des personnages :

Personnages & jambons : le Spider-peuple du Spider-verse.

Monstres & Scorpions : Les méchants croisés dans le film.