Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Blanche comme Neige

Catégorie Cinéma
Genre Thriller
Pays FR
Date de sortie 21/08/2019
Réalisateur Anne Fontaine
Avec Lou De Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Damien Bonnard, Jonathan Cohen, Richard Fréchette, Vincent Macaigne, Pablo Pauly, Benoît Poelvoorde
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Philippe Carcassonne, Eric et Nicolas Altmeyer
Scénaristes Anne Fontaine et Pascal Bonitzer
Compositeur Bruno Coulais

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 112 min
Support
   
   

Claire, jeune femme d’une grande beauté, suscite l’irrépressible jalousie de sa belle-mère Maud, qui va jusqu’à préméditer son meurtre. Sauvée in extremis par un homme mystérieux qui la recueille dans sa ferme, Claire décide de rester dans ce village et va éveiller l’émoi de ses habitants... Un, deux, et bientôt sept hommes vont tomber sous son charme ! Pour elle, c’est le début d’une émancipation radicale, à la fois charnelle et sentimentale…

Voici un film qui ne laisse pas forcément indifférent ! « Blanche comme neige », le nouveau film d’Anne Fontaine, est tout d’abord un film profondément féministe, qui suit les pas d’une jeune femme en pleine émancipation, psychologique d’abord, pusiqu’elle va apprendre à vivre sans l’oppressante présence de sa belle-mère, mais aussi sexuelle car elle va découvrir le plaisir de l’amour avec des hommes rencontrés dans une petite maison au cœur de la forêt alors qu’elle vient d’échapper, de justesse, à une tentative de meurtre organisée par sa marâtre. On le voit très bien, le conte n’est pas loin, même si la réalisatrice y puise des symboles, plus qu’une trame. 

Alors bien sûr, le film ne s’adresse pas au jeune public qui serait tenté d’y voir une version live du premier classique Disney. Anne Fontaine est très loin de s’amuser à livrer une œuvre avec une héroïne fade et soumise comme celle du dessin animé. Ici, le scénario s’amuse à aller piocher dans une multitude de références y compris chez Hitchcock, pour créer une ambiance sombre et, dans le même temps, très légère afin que son personnage principal puisse se libérer de sa belle-mère. Avec une subtilité une profondeur remarquable, la réalisatrice qui a signé le scénario avec son coéquipier Pascal Bonitzer (Les Innocentes), construit une œuvre féministe, où l’émancipation est cœur d’une intrigue cousue avec intelligence.

Seulement parfois la mise en scène et le propos se perdent dans des suspensions bavardes qui ont tendance à perdre un peu le spectateur, comme lors de la première rencontre entre Claire et Vincent, personnage lunaire, impeccablement joué par Vincent Macaigne (Le Sens de la fête), qui patauge un peu dans la joute verbale, cassant ainsi le rythme narratif tenu depuis le début. Il y a une sensualité affirmée chez Anne Fontaine, mais jamais voyeuriste, qui font de ce film une expérience tout à la fois visuelle et sensorielle, que les acteurs participent à créer, à commencer par Lou de Laâge (Les Innocentes) magnifique de magnétisme et de présence à l’écran. La qualité de son jeu, autant que son charme, fonctionnent et entraîne le spectateur dans l’aventure de cette héroïne. Face à elle, Isabelle Huppert (Elle) rayonne toujours autant et continue de parfaire une carrière déjà bien remplie d’œuvres majeures.

En conclusion, si « Belle Comme Blanche-Neige » d’Anne Fontaine, peut dérouter et souffre de faiblesses liées à un scénario un peu bavard et à une mise en scène parfois un peu plombante, il n’en demeure pas moins un film séduisant et réalisé avec soin et précision. On aime cette façon que la réalisatrice a eu de s’approprier l’œuvre des frères Grimm et d’en faire une ode à la féminité et à l’émancipation, à une époque où les femmes se libèrent chaque jour un peu plus de cette oppression masculine, qui les a si souvent tenue à l’écart de tout. 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le support se révèle cohérent dans la qualité de son image. L’ensemble brille par une grande qualité qui permet au spectateur de plonger dans les méandres de cette œuvre féministe et sensuelle. Les contrastes donnent une profondeur suffisante pour mette en valeur le travail de mise en scène et l’aspect très visuel voulu par la réalisatrice qui joue en permanence, pendant toute la durée du film, avec les couleurs, les lumières et les flous pour donner une texture bien particulière à son film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Côté Son la piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle efficace pour plonger le spectateur au cœur de l’histoire. La dynamique est efficace et la spatialisation assure le job des effets sonores, et particulièrement des pistes musicales qui viennent accentuer l’ambiance du film. L’ensemble est minutieux et très bien travaillé. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of dans lequel la réalisatrice revient sur ses choix assumés de faire de son œuvre, un film sensuel et presque militant.