Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

La rivière de nos amours

Catégorie Cinéma
Genre Western
Pays USA
Date de sortie 24/07/2019
Réalisateur Toth André De
Avec Kirk Douglas, Elsa Martinelli, Walter Matthau
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs William Schorr
Scénaristes Frank Davis et Ben Hecht
Compositeur Franz Waxman

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Wild side video
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 90 min
Support
   
   

Johnny Hawks est chargé d’une mission de pacification des Sioux. Il s’éprend d’Onahi, la fille du chef Nuage Rouge. La trève est rompue par les agissements de deux trafiquants d’alcool. Mais Hawks s’en empare et les livre à Nuage Rouge. Il épousera sa fille.

Kirk Douglas (Spartacus), 103 printemps au mois de Décembre, est l’unique star encore vivante de cette époque à la fois sombre et flamboyante, où l’on pouvait voir naître des œuvres majeures et inventives comme ce « Spartacus » (1960) de Stanley Kubrick, pour lequel la star imposa au studio Dalton Trumbo, comme scénariste, alors que ce dernier était blacklisté pour raison de « Communisme », ou encore « Les Ensorcelés » de Vincente Minelli (1952). Témoin et acteur, donc, Kirk Douglas a su imposer une carrure et une vision du monde, de Son monde qu’il ne quittera jamais. Pacifiste et Humaniste, le comédien, père de Michael Douglas, venait de monter sa société de production et travailla le script de « La rivière de nos amours » (Une traduction un peu éloignée du sujet !!!),  avant de choisir de travailler avec l’un des scénaristes les plus en vogue du moment : Ben Hecht, à qui l’on devait notamment des chef d’œuvres tels que « Autant en emporte le vent » (Victor Fleming, Georges Cukor, 1950), « La Chevauchée fantastique » (Johnh Ford, 1939) ou encore « La maison du Dr Edwardes » (Alfred Hicthcock, 1948) et « Les Enchainés » (Alfred Hicthcock, 1948). Sui les rapports furent un peu tendus entre les deux hommes lors de la première réunion, le talent de l’un et la charme cabotin de l’autre firent du projet une véritable réussite. 

Pour la réalisation de ce premier film de sa société de production, Douglas fit appel à André De Toth, un réalisateur, un peu oublié maintenant, mais qui fit les grandes heures de la Warner avec des films comme « La Mission du commandant Lex » (1952) avec Gary Cooper, mais qui après avoir y passé 12 années, ne parvenait pas à trouver un scénario qui puise lui permettre de mettre en valeur son talent créatif. Ambitieux, visionnaire et amoureux des extérieurs, anti conformiste dans l’âme, le réalisateur trouva avec « La rivière de nos amours » l’occasion de mettre en lumière son goût pour la nature, son envie permanente de repousser les enjeux créatifs de son œuvre. Et même si, maintenant, certaines scènes ne seraient plus concevables maintenant (Et Heureusement !!!), comme la manière brutale dont le personnage principal force la jeune indienne à l’embrasser, une première puis une seconde fois en la tirant par les cheveux, le réalisateur parvient à en ressortir une œuvre profondément humaniste et écologique.

Car, avant tout, le scénario et la mise en scène se sont fixé pour but de rendre hommage à ce peuple indien, dont l’honneur et la terre furent bafoués par l’avidité d’hommes sans scrupules qui traitèrent de sauvages des hommes et des femmes, beaucoup civilisés qu’eux. Si ce la raisonne familièrement à notre oreille, c’est que l’histoire se répète inlassablement et que ce film est parvenu à distiller un message qui ne cesse de devoir être entendu tant il ne parvient que très rarement aux oreilles des plus sourds.

Côté distribution, évidemment, il y a Kirk Douglas, grandiose, magistral, charismatique et brutal, qui réalise toutes ses cascades et signe un prestation toute en force et en séduction. L’acteur, qui porte le projet, se laisse complètement emporter par ce rôle de cow-boy humaniste, qui a bien compris que l’avidité est l’ennemi des hommes. Face à lui Elsa Martinelli que l’on retrouvera plus tard dans une production française : « Le Capitan » ou chez Orson Welles : « Le Procès », est La révélation du film, dans ce rôle d’indienne forte et finalement amoureuse de son rustre de cow-boy. On retrouve également Walter Matthau, qui faisait également ses débuts dans ce film mais qui connu des heures de gloire avec « Hello Dolly » de Gene Kelly (1969), « Pirates » de Roman Polanski (1986) ou encore « JFK » d’Oliver Stone (1991).


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le travail de restauration est absolument remarquable avec des couleurs particulièrement bien dosées, qui donne un nouveau relief. Le film est débarrassé de ses défauts et nous donne ainsi un film touchant, et des environnements qui gagnent en nuances. Le support est de toute façon remarquable de précision et donne ainsi au film une nouvelle jeunesse qui mérite de s’y arrêter.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 2.0 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Mono ne masque pas le passage du temps, mais se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et les effets sonores. Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique qui parvient à se faire suffisamment discrète pour être oubliée.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 31 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un documentaire passionnant : « The Beauty Of The Land » sous forme d’entretien avec Anthony Slide, historien du cinéma et ami proche d’André De Toth, qui revient sur le travail du réalisateur et particulièrement sur « La Rivière de nos amours ».

Ainsi qu’un livret de 78 pages signé Philippe Garnier, passionnant sur l’histoire du film