Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Trois jours et une vie

Catégorie Cinéma
Genre Thriller
Pays FR
Date de sortie 22/01/2020
Réalisateur Nicolas Boukhrief
Avec Pablo Pauly, Sandrine Bonnaire, Charles Berling, Philippe Torreton
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Sidonie Dumas, Julien Colombani, Nadia Khamlichi et Cédric Iland
Scénaristes Pierre Lemaitre et Perrine Margaine
Compositeur Rob

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 120 min
Support
   
   

1999 - Olloy - Les Ardennes belges. Un enfant vient de disparaître. La suspicion qui touche tour à tour plusieurs villageois porte rapidement la communauté à incandescence. Mais un événement inattendu et dévastateur va soudain venir redistribuer les cartes du destin…

Voilà un film à la genèse peu orthodoxe : Ce fut l’écrivain Pierre Lemaitre (Au revoir là-haut) qui prit contacte avec Nicolas Boukhrief (Made in France) afin qu’il adapte au cinéma un scénario qu’il venait d’écrire d’après son roman paru en 2017 : « Trois jours et une vie », qui racontait l’histoire d’un village des Ardennes dans lequel un enfant disparaissait et où la population du village va subitement se retrouver à vivre dans la suspicion et la douleur.  Seulement l’un des personnages va vivre différemment cette tragédie et c’est surtout de son point de vue que l’intrigue va s’installer doucement. Efficace dans son écriture, Pierre Lemaitre tisse une intrigue originale, sous des aspects de déjà vu : Un village dans les Ardennes Belges et une disparition d’enfant. Mais l’auteur aime la psychologie des personnages. Plus qu’un aspect voyeuriste, il cherche avant tout à mieux comprendre ce qu’il se passe dans l’esprit de ses héros.

Et cela, le réalisateur Nicolas Boukhrief l’a bien compris. Il n’a d’ailleurs pas hésité à signer une mise en scène pour laquelle il a puisé ses inspirations dans les films de Duvivier et Chabrol pour leurs adaptations respectives d’œuvres de Simenon. Des œuvres qui puisaient plus dans la psychologie des personnages et dans le jeu des acteurs, que dans des effets scénaristiques. Même chose avec Fritz Lang et Truffaut qui ne cherchaient jamais la facilité narrative, mais laissaient au contraire la force des personnages prendre le dessus et captiver le spectateur. Si avec « Trois jours et une vie », Nicolas Boukhrief assume ses influences, il parvient tout de même, et ce, malgré quelques longueurs, à apposer une signature et à donner à son film une atmosphère qui ne cesse de se partager entre pression et légèreté, pour que le spectateur, comme le héros oscille dans ses sentiments envers l’affaire.

En cela le casting est capital et la prestation de Pablo Pauly (Patients) est à la hauteur de l’attente. L’acteur souffle constamment le chaud et le froid et parvient à se fondre dans un personnage complexe pris entre plusieurs feux. Les vétérans que sont Sandrine Bonnaire (Sans Toit ni loi), trop rare ces dernières années, Charles Berling (Marvin ou la belle éducation), tout en violence et en fureur, mais aussi en émotions mal contrôlées, et enfin Philippe Torreton (Intime conviction) tout en retenue et en charisme, viennent tous apporter leurs pierres à l’édifice et posent toutes les nuances nécessaires à ces personnages, qui ne se dévoilent réellement qu’à la fin.

En conclusion, malgré quelques longueurs, « Trois jours et une vie » est un film remarquable par sa qualité d’écriture et sa mise en scène toute en souplesse et en suspension, qui impose une ambiance pesante et sombre dans une intrigue qui plonge les personnages au cœur d’un drame. A l’instar de son personnage principal, Nicolas Boukhrief signe une œuvre entre lumière et enfer, sans jamais sombrer dans la facilité scénaristique.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Les Ardennes, ses paysages, ses forêts embrumées, ce village qui tient une place centrale dans l’intrigue. Le réalisateur et son chef opérateur Manu Dacosse, qui travailla également pour François Ozon sur « Grâce à Dieu » ou « L’amant Double » encore pour Jean François Richet et son « Empereur de Paris ». Les couleurs sont soignées, elles se laissent porter par un support qui met en valeur toutes les nuances de vert ou toutes ces peintures un peu effacées que l’on trouve dans la rue, dans les maisons et dans la nature qui entoure les héros. Le support est d’une grande précision et nous remercions l’éditeur pour cela, car l’environnement aide à plonger dans l’histoire.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Un film sobre et sans beaucoup d’effets, mais qui se laisse tout de même illustrer par la musique envoûtante de Rob qui signa également la bande originale de « Face à la nuit » de Wi-Dong Ho. Et puis il y a les environnements sonores discrets qui viennent habiller le film pour lui donner toute sa cohérence et plonger le spectateur au cœur d’une intrigue complexe à la mise en scène sobre et précise. On se laisse envahir par le craquement des arbres, et par tous ces bruits de la campagne des Ardennes. Tout est magnifiquement réparti et nous nous laissons séduire par le travail de transfert.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

L’interview de Nicolas Boukhrief qui revient sur la genèse de son film et notamment sur son adaptation.

Et des scènes coupées.