Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Hors Normes

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 04/03/2020
Réalisateur Eric Toledano
Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent, Bryan Mialoundama
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Nicolas Duval Adassovsky et Hervé Ruet
Scénaristes Eric Toledano et Olivier Nakache
Compositeur Grandbrothers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 115 min
Support
   
   

Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés "d'hyper complexes". Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes. 

Rarement un film aura aussi bien porté son nom, tant ce nouveau long métrage du duo Toledano Nakache l'est. D'abord parce qu'il aborde un sujet difficile à traiter au cinéma sans sombrer dans les clichés d'usage, mais également parce que qu'ils confrontent deux mondes radicalement opposés : celui du cinéma et sa superficialité et celui du handicap. Et pour mieux comprendre comment ces deux mondes se sont à nouveaux croisé, il faut remonter quelques années en arrière lorsque le duo réalise un documentaire sur une association qui accueille les handicapés dit les plus difficiles et développe une gestion alternative de leur pathologie, quasiment sans médicaments. Le titre est évocateur : "On devrait en faire un film". Une idée qui finit par germer, sans jamais inquiéter les deux acolytes. Ne restait plus qu'à mettre des mots puis des images et des corps sur cette idée.

Et comme ils en ont pris l'habitude depuis le début de leur carrière, les deux réalisateurs vont s'imprégner du réel et le retransmettre sans trop appuyer le trait.
Car elle est là la véritable réussite du scénario, celle de s'adapter au personnage et non l'inverse. En s'inspirant des différentes personnes handicapées qu'ils ont pu croiser (chaque personnage fut réellement présent dans le documentaire qu'ils ont réalisé), Eric Toledano et Olivier Nakache ont donner une patine particulière à leur histoire. On ne rit pas de ces personnes, on ne se moque pas non plus, on éprouve, au contraire beaucoup de respect et de tendresse.  Chaque victoire que gagne Joseph par exemple, est une bouffée d'air frais pour le spectateur. De même que les rapprochements entre Valentin et son accompagnateur Dylan permettent de mieux changer notre regard sur l'autisme.

Et justement ces accompagnateurs, ce sont eux aussi les héros de l'histoire, eux dont la dévotion, la force et la patience sont chaque fois poussées dans leur limite par des patients, évidemment, mais aussi pas les intervenant extérieurs, et notamment l'administration, qui ne jugent pas forcément à sa juste valeur la grandeur du travail de ces volontaires. Et justement la mise en scène du duo, comme d'habitude, ne manque aucun des détails, souple et efficace elle sait se faire discrète pour mieux se mettre au service de son histoire. Pas de plans compliqués ou trop artistique, le duo a compris que la simplicité était la clé de voûte de cette ambition de changer le regard à la fois sur le handicap moteur mais également sur le travail de ceux qui les accompagnent au quotidien. Jamais en manque se rythme, évitant chaque fois le mélo, les réalisateurs nous livrent une fois de plus une comédie tendre et attachante.

Et puis, il faut bien le dire aussi, la réussite tient également au fait d'une distribution très inspirée qui sait également se faire discrète pour mieux-être présente. A commencer par Vincent Cassel (Mesrine) qui, pour une fois, fait dans l'humilité, dans la douceur même. Il adapte son jeu à ses partenaires pour ne pas venir les cannibaliser et offre ainsi sa meilleure prestation, toute en simplicité et en sobriété. Reda Kateb (Hippocrate) continue d’ajouter des prestations remarquables de précisions et de finesse. Mais la véritable grande surprise de ce nouveau film du duo Toledano Nakache, c’est bien sûr Benjamin Lesieur, jeune handicapé qui vole littéralement la vedette au duo d’acteurs, mais également le jeune Marco Locatelli, seul acteur à jouer un adolescent autiste, impossible à faire jouer par celui qui a inspiré le rôle, qui a su capter tous les mouvements, les déplacements et les attitudes nécessaires à son personnage. Pour finir sur la distribution, il faut tout de même rajouter que quasiment tous les accompagnateurs qui jouent dans le film, le sont réellement dans la vie et leur est d’un naturel désarment et participe, évidemment à la réussite du film.

En conclusion, « Hors Norme » vient, une nouvelle fois confirmer que le duo formé d’Eric Tolédano et Olivier Nakache est capable, non seulement d’ancrer une histoire en s’inspirant d’une réalité, mais est surtout dans la capacité d’utiliser l’outil cinéma pour transmettre des émotions et faire passer un message d’humanité et de tolérance sans jamais sombrer dans l’outrance, mais au contraire en se mettant au service de son sujet pour mieux le porter. Et cela fonctionne !


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Paris, les intérieurs sombres, les rues pas toujours propres, la nuit où brillent les lumières de la ville, les hôpitaux, les appartements, les flous pour illustrer le regard de l’autisme, ou encore, la monochrome d’une chambre, tout est fait dans ce film pour coller au plus près d’un environnement naturel pour que le spectateur reste ancré dans une réalité, qu’il soit tout de suite familiariser avec ce qu’il voit. Les couleurs sont soignées, elles se laissent porter par un support qui met en valeur toutes les nuances de couleurs ou toutes ces peintures un peu effacées que l’on trouve dans la rue, dans les maisons et dans la nature qui entoure les personnages. Le support est d’une grande précision et nous remercions l’éditeur pour cela, car l’environnement aide à plonger dans l’histoire.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Un film sobre et sans beaucoup d’effets, mais qui se laisse tout de même illustrer par la musique envoûtante de Grandbrothers. Et puis il y a les environnements sonores discrets qui viennent habiller le film pour lui donner toute sa cohérence et plonger le spectateur au cœur d’une intrigue simple et complexe en même temps à la mise en scène lente et précise. Tout est magnifiquement réparti et nous nous laissons porter par la qualité du travail.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of qui reprend des extraits du documentaire « On devrait en faire un film » dans lequel le duo rencontre Stéphane Bénamou qui a inspiré le personnage interprété par Vincent Cassel. Mais aussi dans ce documentaire que le duo à rencontrer l’ensembles des personnages que l’on retrouve dans le film. Le making of s’amuse à nous raconter les difficultés du tournage, tout en nous montrant à quel point le documentaire fut important.

Ainsi qu’un panorama tout aussi touchant des avants premières du film, ans lequel nous pouvons voir l’émotion et les réactions entières du public.