Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

J'accuse

Catégorie Cinéma
Genre Thriller
Pays FR
Date de sortie 18/03/2020
Réalisateur Roman Polanski
Avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Grégory Gadebois, Emmanuelle Seigner, Melvil Poupaud
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Alain Goldman
Scénaristes Robert Harris et Roman Polanski
Compositeur Alexandre Desplats

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 132 min
Support
   
   

Pendant les 12 années qu’elle dura, l’Affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier. Dans cet immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. L’affaire est racontée du point de vue du Colonel Picquart qui, une fois nommé à la tête du contre-espionnage, va découvrir que les preuves contre le Capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées. A partir de cet instant et au péril de sa carrière puis de sa vie, il n’aura de cesse d’identifier les vrais coupables et de réhabiliter Alfred Dreyfus.

Un film c’est avant tout une équipe, c’est surtout une envie de raconter une histoire, de parler de cette petite chose qui fait qu’un réalisateur, un producteur et un acteur vont se retrouver pour lever un voile à destination du public. Du coup lorsque son réalisateur est dans la tourmente, est ce que le film doit être conspué ? Avons-nous arrêté de lire les écrits de Céline, alors que l’on sait son penchant antisémite ? Avons arrêté de regarder les films dont les dialogues sont signé Audiard parce qu’il a commencé sa carrière dans un journal Collaborationniste ? ou encore allons ne plus regarder « The Artist » de Michel Hazanavicius, parce qu’il a été distribué par Harvey Weinstein ? Pour autant était-il nécessaire de le nommer dans les catégories Meilleur Fillm et surtout meilleur réalisateur lorsque l’on sait que cela ne fera que rajouter à la douleur des victimes présumées ? D’autant que si « J’Accuse » est un très bon film, il ne parait pas être le film de l’année et pouvait laisser la place à d’autres.

Car ce qui frappe tout de suite dans ce nouvel film de Roman Polanski c’est la méticulosité avec laquelle la reconstruction de cette France de la fin du XIXème début du XXème fut faite. Rien n’est laissé au hasard, que ce soit les décors extérieurs et intérieurs, inspirés de vieilles phots ou de peintures de peintre comme Manet, Toulouse Lautrec et de bien d‘autres ou encore les costumes, dont les moindres détails ont été respecté pour donner corps à cette histoire traitée comme un thriller haletant où le personnage principal se bat contre ses pairs mais aussi contre la politique d’un pays en plein trouble diplomatique. Un pays qui préfère vendre son âme au diable en jugeant un juif innocent plutôt que de regarder la vérité en face et reconnaître son erreur.

Adaptation du roman de Robert Harris, auteur de nombreux best-sellers Déjà adapté par le réalisateur en 2010 avec « The Ghost Writer ». Sous la forme d’une enquête menée par celui qui avait participé aux débats lors du procès de Dreyfus, le scénario déconstruit avec une minutie assez précises, les différentes strates de l’accusation, pour mieux mettre en exergue ses failles et ses faiblesses et pour ensuite dépeindre une période trouble dans laquelle l’armée s’enferme dans ses mensonges et dans ses contradictions pour ne pas perdre la face, dans une société foncièrement antisémite. Et c’est là que le scénario montre sa plus grande faiblesse, en appuyant de façon, parfois maladroite, mais trop insistante pour obtenir l’inverse de ce qu’il cherchait à démontrer : le visage antisémite de la France de cette fin du XIXème siècle. Comme Roselyne Bosch dans la première partie de « La Rafle » qui montrait des familles juives, souriantes et heureuses pour faire adhérer le public à son propos, alors que l’horreur de la rafle y suffisait, Polanski et Robert Harris (qui adapte son propre scénario) parsèment de façon régulière comme un fermier sème ses grains pour que pousse son blé, des phrases de type : « Si vous demandez si j’aime les juifs ? je vous réponde que non ! » ou alors « Dreyfus, ah c’est un juif ! ». Une insistance maladroite qui ne fait qu’alourdir le propos.

Côté distribution, Jean Dujardin (The Artist) continue son parcours d’acteur français redoutablement efficace dans ce rôle de Lieutenant-Colonel en proie à des doutes persistants sur cette affaire dont il n’avait que des certitudes. L’acteur donne le meilleur de lui-même et livre une prestation impeccable de justesse et de précision. Face à lui Louis Garrel (Les Filles du Dr March) se livre dans une interprétation monolithique, presque transfigurée pour mieux se laisser imprégner par ce personnage brisé à de multiples reprises par un pays qui se laisse glisser sans remords dans l‘antisémitisme.

En conclusion, toute la réussite de « J’accuse » de Roman Polanski réside dans la qualité de ses équipes qui ont travaillé, que ce soit aux décors, aux lumières, aux costumes et à l’interprétation. L’ensemble est d’excellente qualité et le travail du réalisateur aussi précis et inspiré que l’on pouvait s’y attendre. Avec une mise en scène qui ne s’embarrasse pas des grands effets de caméra, Polanski met la pression avec des plans serrés sur les visages, comme dans le tribunal, ou s’inspire des peintures et des photos d’époque pour mettre en scène des auditions ou les hommes s’opposent et où les militaires s’affrontent, comme lors du procès de Zola, où Gadebois et Henry se livrent à une joute verbale avec les corps raides des militaires et en diagonale comme les pages d’un livre sur tranche. « J’accuse » est un excellent film, qui traite d’un sujet encore honteux pour la France, sous la forme d’un thriller. Polanski réussit une excellente adaptation, mais les maladresses du scénario, viennent l’empêcher de toucher l’excellence d’un film qui pourrait être reconnu comme le film de l’année.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a fait des choix remarquables, pour que la reconstitution soit maximale et que le spectateur se sente dépayser. Le support parvient avec des couleurs et des contrastes qui rendent l’ensemble d’une netteté saisissante, presque métallique. Chaque détail ressort avec une précision d’orfèvre que ce soit sur les tissus, les environnements, les lambris de la république ou les extérieurs. Des intérieurs sombres ou à la lumière tamisée, aux salles d’audiences, ou encore les rues de Paris, le support se révèle d’une rare efficacité pour mettre en valeur le travail des équipes.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et les environnements sonores qui viennent habiller le film, à l’instar de la scène d’ouverture qui enveloppe petit à petit le spectateur pour mieux l’imprégner. La piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les différences de tons dans le jeu des comédiens soient, par exemple,  parfaitement soulignés. A l’instar de ces passages où la reine laisse exploser sa colère, en cassant le rythme d’une scène. Véritablement soignée la piste audioapporte encore plus de réalisme à ce film d'époque.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Si le making of fait la part belle aux équipes techniques, toutes ces petites mains qui ont permis la réussite du film, il ne peut s’empêcher, comme cela est souvent le cas dans les documentaires américains, des effusions de superlatifs en direction du réalisateur. Comme s’il était nécessaire de dire aux spectateurs, toutes les qualités de Roman Polanski.