Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Zérozérozéro Saison 1

Catégorie Série TV
Genre Policier
Pays FR
Date de sortie 01/04/2020
Réalisateur Stefano Sollima
Avec Gabriel Byrne, Andrea Riseborough, Dane DeHaan, Harold Torres, Giuseppe De Dominico
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Stefano Sollima; Léonardo Fasoli, Mauricio Katz
Scénaristes Divers
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 416 min
Support
   
   

Une immersion dans les arcanes du marché mondial de la cocaïne, depuis sa naissance, jusqu’à la livraison finale sur les lieux de consommation.

 
Roberto Saviano, l’auteur du très remarqué « Gomorra », adapte lui-même un autre de ses romans : « Zerozerozero ». Ce titre un peu énigmatique fait référence aux différents types de de notations des Farines existant en Italie, y compris la Cocaïne. La notation 000 étant la plus pure. Parti de ce postulat, la série s’est voulu la plus proche de la réalité possible et l’auteur et ses équipes ont, ainsi, dû travailler trois années entières afin de s’informer et de pouvoir livrer une œuvre toujours aussi fine et précise, à l’image de « Gomorra ». Avec un tournage, qui ne fut pas de tout repos, puisqu’il eut lieu au Mexique, en Italie et aux Etats-Unis, sachant que les équipes ont du faire avec différents obstacles de taille, comme une crise politique majeure au Mexique, des lieux de tournages compliqués en Calabre, etc….


Le résultat est pourtant en demi-teinte. Car si le montage en flash-Back (L’intro de l’épisode nous fait suivre une action et la seconde partie remonte le temps pour nous expliquer comment les protagonistes en sont arrivés là !) est intéressant, l’intrigue qui se construit autour de personnages, définis comme les pierres angulaires du trafic, ne parvient jamais à totalement nous les faire apprécier, y compris celui de  Chris Lynwood interprété par Dane DeHaan (Valérian et la Cité des Mille planètes), rongé par une maladie neurodégénérative. Du coup, nous nous laissons embarquer dans cette histoire de trafic international de drogue, dans ses différentes ramifications, au cœur d’un système où la cruauté des uns fait les malheurs des autres, sans trop de convictions. Certains passages sont sans concessions, mais le spectateur ne fait que rester à sa place et ne parvient jamais à se sentir impliqué.


Côté distribution, C’est peut-être du côté de la distribution que les surprises sont les meilleures, à commencer par Andréa Riseborough (Birdman) qui joue continuellement la carte de la nuance entre force charismatique et sensibilité féminine évidente, l’actrice parvient à trouver le ton juste pour pouvoir donner à son personnage toute la subtilité. Dane DeHaan, lui aussi, parvient à porter son personnage dans toute la complexité qui lui était nécessaire et nous prouve, une fois de plus, qu’il n’est jamais aussi bon que dans des rôles plus complexes que celui proposé par Luc Besson dans son dernier soap opéra : « Valérian et la cité des Mille Planète ».


En conclusion, « Zérozérozéro » est une série intelligemment écrite, peut-être un peu trop, sur les dessus du trafic de drogue international. Si la trame est suffisamment complexe pour pouvoir apporter une base solide à l’histoire, la mise en scène malgré des qualité esthétiques évidentes se perd parfois et ne parvient pas à rendre ses personnages suffisamment identifiables par le spectateur pour qu’il se sente concerné. Malgré les qualités de composition des acteurs, le spectateur ne parvient jamais à rentrer totalement dans leur logique et reste constamment à l’extérieur.




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les différentes ambiances : Très rurales en Italie, et plus sombres aux Mexique par exemple ou lorsque les choses ne vont pas forcément bien, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Espagnol DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Italien DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique de l’ensemble fait trembler les murs et on aime ça, surtout lors des scènes de guérillas internes Un véritable plaisir pour les oreilles. Le film en VO, garde toutes les langues des différents pays concernés par l'histoire, ce qui est une excellente idée.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Nous n’avons pu voir la version définitive de l’édition pour cause de confinement.