Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Les Révoltés de l'An 2000

Catégorie Cinéma
Titre Original ¿Quién puede matar a un niño?
Genre Horreur
Pays Esp
Date de sortie 16/09/2020
Réalisateur Ibanez Serrabor Narciso
Avec Lewis Fiander, Prunella Ransome, Antonio Iranzo, Miguel Narros
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Manuel Salvador et Manuel Perez
Scénaristes Narciso Ibanez Serrabor
Compositeur Waldo de Los Rios

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Carlotta
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 111 min
Support
   
   

Un couple d’Anglais, Tom et Evelyn, débarque dans la station balnéaire de Benavis pendant les festivités d’été. Préférant fuir la foule, ils prévoient de partir le lendemain pour la petite île d’Almanzora. Dans ce lieu ignoré des touristes, les Anglais auront tout à loisir de se reposer pendant leurs deux semaines de vacances, en particulier Evelyn qui est enceinte. Mais à leur arrivée, ils découvrent un village totalement abandonné de ses habitants. Bientôt, des enfants au comportement étrange font leur apparition. Et s’ils avaient quelque chose à voir avec la disparition de la population adulte ?


Voilà l’exemple type d’une traduction ridicule d’un titre qui en disait suffisamment sur l’atmosphère dans lequel allait baigner le film. Car « Les Révoltés de l’an 2000 » n’a rien à voir du tout avec le contenu du film proposé par le réalisateur espagnol Narciso Ibanez Serrador. Car l’action ne se situe aucunement en l’an 2000, et aucun « Révolté » à repérer dans le moindre plan, si ce ne sont ces enfants qui semblent souffrir d’un virus qui réveille un instinct meurtrier chez ces petites têtes blondes. Car c’est bien de cela dont il s’agit, un film qui se rapproche du « Village des Damnés » que des « Révoltés du Bounty ». Le réalisateur Espagnol, qui ne signa que deux longs métrages dans toute sa carrière, mais acquit sa popularité et fit sa légende à la télévision, notamment dans une émission hebdomadaire dans laquelle il présentait des films d’horreur ou d’épouvante, avec une grande part pour les films de la Hammer, signe ici un film âpre, à l’ambiance pesante. Un « Survival » qui rappelle « La Colline à des yeux » avec ses couleurs très claires, son éclairage très lumineux et ses personnages en permanente suspension.


Grand amateur du genre, Serrador parvient à insuffler une ambiance pesante qui se lève crescendo et joue constamment entre insouciance et moments graves. L’arrivée sur l’île est l’une des images parfaites qui reflète cette idée. Le couple arrive léger, ravi de voir des enfants, puis c’est le regard de l’un d’eux qui vient justement donner le ton inquiétant du film. Loin d’être un film à part dans un cinéma ibérique peu connu, « Les révoltés de l’An 2000 » vient rappeler que dans les années 70 et même encore maintenant, les espagnoles savaient magner le genre horrifique avec une maestria qui leur fut copié par les américains eux-mêmes. Avec des réalisateurs phares et inventifs tels que Bigas Luna (Angoisse), Vicente Aranda (La Mariée Sanglante) ou encore Amando De Ossorio (le Monde des Morts-Vivants), Narciso Ibanez Serrador aura permis à un style plaqué entre le survival et le faussement réel, de se découvrir des formes narratives qui prendront encore plus de sens avec des productions américaines ou Italiennes à l’instar de films tes que « Cannibal Holocaust » de Ruggero Déodato (1981)ou « La colline a des yeux » de Wes Craven (1977).


Pour les amateurs du genre, « Les Révoltés de l’An 2000 » est une leçon de cinéma d’horreur, par un réalisateur qui préféra promouvoir sa passion à la télévision que de se perdre d’entre d’autres réalisations, qui auraient pu être moins réussit, nous ne le saurons jamais. Narciso Ibanez Serrador aura dans tous les cas, grâce à ce film, posé les bases d’une nouvelle manière de raconter la peur et l’angoisse, et cette question, effacée par le titre français ridicule et hors sujet : « Qui peut tirer sur un enfant ? » portée par une séquence d’ouverture difficile, dans laquelle le réalisateur accumule des images de conflits meurtriers en se focalisant sur les enfants, pour mieux donner une raison à cette folie meurtrière. 


Le réalisateur aura donné naissance à des grands noms du cinéma espagnol tels que Guillermo Del Toro (L’Echine du Diable (2002)), Juan Antonio Bayera (L’Orphelinat (2007)) ou encore Alejandro Amenabar (Les Autres (2001)). En deux films et particulièrement « Les Révoltés de l’an 2000 », Serrador ce sera imposé comme la pierre angulaire du cinéma de genre horrifique, en signant un film d’une tension puissante et d’une écriture remarquable.




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le travail de remasterisation est impeccable. L’image bénéficie d’un très beau rendue. Quasiment débarrassée de son grain, l’image retrouve une nouvelle jeunesse avec des couleurs éclatantes et des contrastes qui viennent donner plus de profondeur à l’ensemble. Et plonge encore plus le spectateur dans l’éclat de cette sombre histoire.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Espagnol DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Anglais Sous-Titrage Oui Oui Non      

La piste DTS-HD Master 1.0 est une bonne nouvelle car elle se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et les séquences de tension pure sans pourtant masquer son âge. Mais elle parvient à se faire suffisamment discrète pour ne pas être douloureuse comme la précédente édition de « Massacre à la tronçonneuse ». Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien tenue pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 80 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

« Une introduction du film par le réalisateur Fabrice Du Welz (Calvaire (2004)) ». Le réalisateur nous fait part de sa passion et de l’impact qu’il a eut sur ses choix de mise en scène.


« Qui peut tirer sur un enfant ? ». le directeur de la photographie José Luis Alcaine revient sur le tournage.


« Le Metteur en scène des enfants ». Narciso Ibanez Serrador revient sur le roman dont est tiré le film et parle même de la morale sous-jacente qu’il contient.


« Narciso Ibanez Serrador vu par… ». Portrait du réalisateur par la jeune génération dont Guillermo Del Toro, Juan Antonio Bayona, Jaume Balaguero et Paco Plaza.


« Histoires du Cinéma Fantastique Espagnol » Retour sur un tour qui mit l’Espagne loin devant les américains et les Italiens.