Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Bluebird

Catégorie Cinéma
Titre Original A Bluebird in My Heart
Genre Thriller
Pays Belg
Date de sortie 16/12/2020
Réalisateur Jérémie Guez
Avec Roland Moller, Lola Le Lann, Veerle Baetens, Lubna Azabal
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Julien Madon, Aimée Buidine, Julien Leclercq, Jérémie Guez et Stéphane Lhoest
Scénaristes Jérémie Guez
Compositeur Séverin Favriau

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Joker
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 85 min
Support
   
   

Danny est un ancien taulard qui aspire à une vie tranquille. Il se prend d'affection et d'amitié pour sa logeuse et Clara, la petite fille de cette dernière avec qui il développe une relation paternelle. Cependant, la vie paisible dont il rêvait est brutalement interrompue lorsque la petite Clara est victime d'une agression. Afin de la venger, Dany va de nouveau avoir recours à la violence.


Romancier à succès, nous lui devons notamment : « Du Vide plein les yeux » et « Balancés dans les Cordes », Jérémie Guez s’est également lancé dans la réalisation avec ce premier long métrage : « Bluebird » qui puise dans ce qu’il maitrise de mieux : Le Polar. Pourtant, pour son passage derrière la caméra, l’écrivain a choisi d’adapter l’œuvre d’un écrivain américain. « The Dishwasher » de Dannie M. Martin est un roman sombre, que l’auteur a écrit alors qu’il était en prison, dans lequel le personnage, tout juste sorti de prison, qui trouve un boulot de plongeur dans un établissement tenu par une femme qui élève seule sa fille. Un matériau de base qui permet au réalisateur de tirer une œuvre sombre et prenante, à l’image de ses romans.


Et pour une première réalisation, même si le réalisateur manque de maturité dans sa mise en scène, il parvient à donner à son film une texture proche des thrillers les plus poisseux du cinéma américain comme « A tombeau Ouvert » de Martin Scorsese (1999) ou encore du cinéma nordique comme « Millenium » de Niels Arden Oplev (2009). Baignant dans une lumière très portée sur le bleu sombre, presque à la lumière des réverbères ou des néons de sa plonge, la mise en scène du réalisateur se veut physique et suspendue en même temps, comme lorsque le héros s’occupe de la jeune femme victime d’une agression. Sa réponse à son agresseur est un exemple de mise en scène brutale et sans concession.


 Si tout n’est pas parfait, notamment dans la direction d’acteurs, où le réalisateur semble privilégier les détails de sa mise en scène et laisser son acteur évoluer seul dans son environnement. Ce qui donne parfois des scènes qui manquent un peu de corps comme lorsque Danny voit surgir dans sa cuisine, deux malfrats mal intentionnés. Côté scénario, le romancier prend le pas du cinéaste et même si l’ensemble tient sur une feuille et se déroule très rapidement, il ne manque pas d’intérêt. On lui reprochera principalement de ne pas dessiner avec beaucoup de précision la psychologie des personnages et de se concentrer sur l’action présente sans chercher à ouvrir des portes qui pourrait mieux expliquer les choix des uns ou des autres. La relation entre la mère et la fille est d’ailleurs assez mal dessinée, mais qu’importe, l’ensemble est efficace et suffit à capter l’attention du spectateur pour aller jusqu’au bout de cette histoire où les choix sont déterminants pour le héros.


En conclusion, le romancier Jérémie Guez se lance dans la réalisation avec « Bluebird ». Et même si le film est très loin d’être parfait, le résultat n’est pas inintéressant et parvient à garder en haleine les spectateurs. Et ce n’est déjà pas si mal !




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

« Bluebird » bénéficie d’un transfert de grande qualité dans lequel les couleurs sont parfaitement dosées, et permettent d’appuyer une ambiance qui passe par tellement de styles et d’influences, impliquant des couleurs et des lumières compliquées à maintenir. Les contrastes sont suffisamment présents pour pouvoir donner plus de profondeur à l’image, et le grain est bien évidemment inexistant y compris dans les scènes de nuit, ce qui permet de profiter agréablement du film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. La bande-son envahie les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et comme le film a été conçu autour des dialogues, il était nécessaire que la piste sonore soit à la hauteur de manière à ne pas trop se laisser déséquilibrer, notamment lors des scènes où les armes parlent. Le résultat est saisissant même si on peut noter parfois un certain déséquilibre dans les dialogues notamment lorsque la bande-son est à l’honneur et qu’elle doit rythmer la scène.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 85 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des entretiens avec le réalisateur et l’actrice principale.


Ainsi que des commentaires audios.