Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Jabberwocky

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays UK
Date de sortie 17/02/2021
Réalisateur Terry Gilliam
Avec Michael Palin, Terry Jones, Terry Gilliam
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Sanford Lieberson
Scénaristes Charles Alverson, Terry Gilliam
Compositeur --

Critique de Chanh Hong
Editeur Carlotta
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 106 min
Support
   
   

L'histoire :
A la mort de son père, le jeune Dennis décide de tenter sa chance en ville dans l'espoir de conquérir le coeur de sa dulcinée, Griselda, restée au village. Pendant ce temps, un horrible monstre surnommé Jabberwocky fait régner la terreur, tuant et anéantissant tout sur son passage. Face à la menace, le roi Bruno le Contestable promet la moitié de son royaume et la main de sa fille à celui qui terrassera la bête.

Critique
Jabberwocky, premier réalisation solo de Terry Gilliam, est basée sur un poème absurde, nonsensique de Lewis Carroll. A l'image du poème, le film est aussi absurde, burlesque à souhait, que ce soit à travers les dialogues ou les mises en situation. Jabberwocky peut être vu à la fois comme une satire, une aventure médiévale et un conte de fée parodique, à la Shrek, (surement le métrage de Dreamworks s'est inspiré de Jabberwocky - on trouve des caractéristiques communes au niveau du protagoniste principal et de l'histoire en elle-même). Le héros est sale, égoïste, qui ne pense qu'à trouver de l'argent pour épouser sa belle, sans aucune volonté de sauver la veuve et l'orpheline. 

Tout le long du métrage, Dennis, notre anti-héros, est spectateur de ce qui se passe autour de lui, et ce sont les autres personnages qui font avancer l'histoire en l'embarquant avec eux à son corps défendant. Ce n'est qu'à la toute fin que Dennis cesse d'être simple spectateur pour prendre en main son destin, in-extremis. La place de Dennis est celui de nous, spectateurs, qui regardons cet univers absurde se dérouler sous nos yeux, sans saisir tout l'enjeu afin de pouvoir anticiper et s'impliquer de manière plus active dans l'aventure.

Ce parti pris a son avantage et inconvénient. Le coté positif c'est l'imprévisibilité, et la surprise permanente. Le côté négatif est le détachement ressenti vis-à-vis du personnage principal car il n'est ni héros ni anti-héros mais juste au même niveau que nous. Et dans toute histoire impliquante un chevalier qui doit affronter un monstre (Jabberwocky), pour épouser la princesse à la fin, nous avons besoin d'un héros. Le film comporte certaines situations burlesques qui s'avèrent assez drôles rythmant la narration, mais elles ne permettent pas de sauver beaucoup de moments creux qui parsèment le long métrage.

Pour son premier film en solo, en dehors des Monty Python, Terry Gilliam démontre déjà son imagination débordante en terme de mise en scène, à travers les angles et mouvements de caméras exagérés. Le cinéaste combine des techniques diverses et variées, comme la séquence racontée à travers des planches de dessins, pour nous conter son histoire. Ces techniques de mise en scène se retrouveront à travers ses œuvres futures.

Malgré un casting divers, celui qui porte le film sur ses épaules c'est Michael Palin, un des membres des Monty Python, qui incarne un héros malgré lui, naïf, maladroit de manière parfaitement convaincante. Il arrive à nous arracher quelques sourires et même rires rien qu'à travers ses mimiques et gestuelles.

Conclusion
Si vous aimez les films de Terry Gilliam, Jabberwocky est un film à ne pas manquer, on y retrouvait déjà à travers ce premier long métrage tout l'univers et le style si particulier du cinéaste.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

L'image a été entièrement scannée et restauré en 4K par le BFI (British Film Institut), l'équivalent de notre CNC, avec l'aide financière de la Fondation George Lucas Family. Le résultat est splendide, permettant au film de retrouver sa texture filmique. Le grain du support de tournage d'origine en 35mm est bien préservé, pour ne perdre aucun détail de l'image. Les traces d'usures son éliminés. On peut également saluer le travail d'encodage par l'éditeur, avec un Bitrate élevé, évitant ainsi tout artéfact de compression.

Enfin le visionnage en vidéo projection sur une grande surface est conseillé pour profiter au max de l'excellente qualité d'image.

 


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Moyenne Moyenne Moyenne
Anglais DTS HD Master Audio 2.0 Non Non Non Moyenne Moyenne Moyenne
Français Sous-Titrage Oui Oui Non      

Le Blu ray propose une VO en DTS HD MASTER 5.1 et en 1.0. Tout comme l'image, le son a été restauré avec minutie et qualité. Puisqu'on ne détecte aucun artéfact ou variation sonore durant tout le film. Bien qu'il y ait la piste 5.1 proposée, elle n'apporte rien de plus par rapport à la piste mono (le mixage audio d'origine était en mono). De plus, en choisissant la piste mono, cela permet de visionner le film comme il a été projeté à l'époque dans les salles de cinéma. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- "Jabberwocky" : bonne absurdité : Making of réalisé en 2017. Le réalisateur Terry Gilliam, le producteur Sandy Lieberson et les acteurs Michael Palin et Annette Badland reviennent en détail sur le tournage de Jabberwocky.

- Valerie Charlton : naissance d'un monstre : Créatrice du monstre, Valerie Charlton raconte comment elle a été engagée, remerciée puis réengagée sur le film.

- Ouverture originale du film : L'ouverture de la version anglaise du film telle qu'elle existait en 1977.

- Des croquis à l'écran : carnet de dessins de Terry Gilliam : Une sélection de dessins réalisés par Terry Gilliam croisés avec les extraits auxquels ils font référence.

- "Jabberwocky"  de Lewis Carroll : Le poème Jabberwocky de Lewis Carroll lu par les acteurs Michael Palin et Annette Badland.

- Bande annonce originale.

- Bande annonce 2019.