Les Infiltrés
The Departed
Sortie:
29/11/2006
Pays:
USA
Genre:
Durée:
2h 30 Min
Réalisateur(s):
Acteurs:

Les Infiltrés

par: Olivier Sandoval

En réalisant le remake d'Infernal Affairs, Scorsese livre un film de bonne facture, plus qu'une copie américanisée de l'original.

L'histoire
Boston, de nos jours. Police et mafia irlandaise s'affrontent. Billy (Leonardo di Caprio), jeune flic, est infiltré auprès du parrain Franck Costello (Jack Nicholson). Mais dans le même temps, celui-ci a placé un de ses protégés, Colin (Matt Damon), au sein de la police. Chacun doit gravir les échelons, gagner la confiance de leurs chefs, pour mieux les démasquer et servir leur propre camp sans jamais dévoiler leur réelle identité.

La critique
Impossible de parler des Infiltrés sans évoquer l'original de ce remake, le Infernal Affairs hong-kongais d'Adrew Lau et Alan Mak, sorti en 2003. On ne s'attardera pas au fait que ce soit un réalisateur de la trempe de Scorsese qui soit aux manettes de la version américaine.
Ce qui avait fait le succès d'Infernal Affairs était incontestablement son scénario, qui sans être révolutionnaire, était habilement mené jusqu'à son terme : un gentil infiltré chez les méchants, et réciproquement. L'insistance sur la perte de repères de chacune des taupes au sein de leur nouvelle famille, l'enjeu du peu de personnes au courant de la situation (et si le chef venait à mourir...?), le mélange des méthodes...Tout cela mis en scène de façon (trop ?) virtuose menait à un film remarqué.
Inévitablement un remake américain s'anonçait. Scorses n'a pas changé le scénario d'un iotat, allant jusqu'à copier fidèlement certaines scènes. Mais Les Infiltrés évite les pièges du remake en comblant les faiblesses du film original, et en mettant donc en avant ses propres atouts qui permettent au spectateur de regarder un bon film, quand bien même il connaîtrait tout de l'histoire.


La présence de Scorsese au poste de réalisateur a permis de réunir un casting prestigieux : DiCaprio, Damon, Wahlberg, Nicholson, Martin Sheen... Et à l'écran ça se voit ! Tous les acteurs sont excellents et grâce à eux les 2h 30 que durent le film passent sans longueur. Faiblesse habituelle de trop de films asiatiques, le casting, le jeu des comédiens plutôt, sort donc du lot.
Le scénario suit son cours impeccablement, et la dureté réaliste de Scorsese s'exprime pleinement : ici pas de fusillade interminable qui ne blesse personne, la rue blesse et tue. On se bat violemment, on souffre, on intimide, on lutte. Salement. Pas de fioriture dans les plans, pas de caméra virevoltante pour perdre de fil le récit et les personnages.
Par contre, cette réalité crue laisse un peu de côté l'ambivalence des sentiments : on n'a jamais totalement l'impression que les infiltrés se perdent dans le milieu qui n'est pas le leur. Quelques problèmes de conscience, mais souvent mis lourdement en scène via des scènes avec une psy. Pas très fin, et c'est dommage. Car avec Damon et DiCaprio il y avait de quoi jouer sur le fil du rasoir.



Comme souvent, Scorses offre un film qui est bon, mais n'atteint pas l'excellence. Les Infiltrés attaquent de front les faiblesses d'Infernal Affairs, mais laisse un peu de côté certains de ses points forts. Il reste néanmoins un film consistant, jamais gratuit, exploitant certaines voies tout en en laissant d'autres de côté. Mais ces 2h30 passent toutes seules, ce qui est tout de même un signe de qualité !

 
A voir : même si vous connaissez Infernal Affairs sur le bout des doigts
Le score presque objectif : 7,5
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +2, dommage que Scorsese fasse dans le remake, mais son talent reste bel et bien présent