Les Témoins

Sortie: 07/03/2007
Pays: France
Genre: Drame
Durée: 1h 52 Min
 
Réalisateur(s)
André Téchiné
Acteurs
Emmanuelle Béart
Michel Blanc
Sami Bouajila
Julie Depardieu
Johan Libéreau
Critique de Olivier Sandoval
Les années 80 et le sida par Téchiné. Béart, Blanc, Bouajila en sont Les Témoins. Une réussite brute et triste.

L'histoire
1984. Manu (Johan Libéreau) s'installe à Paris. Adrien (Michel Blanc), médecin quinqua, fait sa rencontre dans un lieu de rencontres homosexuelles. Ils deviennent amis, et Adrien lui présente Sarah (Emmanuelle Béart) et Mehdi (Sami Bouajila), jeune couple "libre" qui viennent d'avoir un enfant. Très vite, Manu est attiré par Mehdi.

La critique
André Téchiné ancre d'entrée son film dans les années 80 : générique en lettres rouges, décor, accessoires, costumes, voitures...tout est d'époque. Même l'image du film nous plonge 20 ans en arrière. Tout cela est fait en finesse : on notera tout au plus un tube des Rita Mitsouko ou un extrait de JT, mais le réalisateur nous épargne une BO marquée, ou autre référence inutile pour nous situer dans l'époque. Car Téchiné préfère s'attacher à ses personnages pour aborder ces années et un de ses terribles ravages, le sida.
C'est ainsi qu'on suit le parcours de Manu, jeune enthousiaste débarquant dans la capitale en ne connaissant que sa soeur (Julie Depardieu). Hôtel miteux, les prostituées du bar d'en face comme amies...Adrien apparaît alors comme une sorte de coin de ciel bleu, offrant par lui et ses amis découverte de Paris et week-end au soleil. La différence d'âge importe peu, seul compte les relations, passionnelles entre les personnages.





Manu rencontre Mehdi, flic à la Brigade des Moeurs. Le couple Sarah-Mehdi est ami d'Adrien. Le triangle amoureux gay se noue : Manu / Mehdi - Manu / Adrien. Navigue autour Sarah, amoureuse de Mehdi, mais éprise de liberté. Chaque personnage a son parcours, son histoire, sa relation assumée ou pas. La force des Témoins est cet éventail de comédiens, tous justes, jouant sur des détails pour façonner peu à peu de vraies identités. Téchiné prend son temps pour construire son histoire. Si bien qu'au moment où intervient la rupture, on a saisi tous les enjeux, et même au delà, un certain esprit des années 80. Et le spectateur est autant désemparé que les héros du film par l'apparition de cette nouvelle maladie qu'on ne sait pas guérir.
Le film prend alors un second souffle, et le drame devient pour ainsi dire plus "sérieux". Michel Blanc et Sami Bouajila livrent une composition remarquable, faisant évoluer leurs personnages au gré de leurs contradictions, de leurs peurs et de leur amour. Certains dialogues pourront faire un peu tiquer par leur côté trop littéraire, mais la sobriété du film, le réalisme tragique avec lequel la réalisation est menée fait vite oublier ce petit défaut.





Les 1h50 du film passent finalement assez vite : le rythme est intelligent, les scènes, souvent brèves, sont toutes justifiées, on a vraiment affaire à un film intelligent, construit avec patience, qui a pris le temps pour s'installer. Les comédiens portent l'ensemble en réussissant l'alchimie inter-génération proposée, ce qui n'était pas forcément évident. Alors bien sûr, Les Témoins n'est pas un film très gai, son sujet est grave et un certain désenchantement pointe en permanence. Mais André Téchiné livre un drame qui est cependant loin de tourner au tragique et ses escapades au soleil en sont l'illustration.


A voir : même s'il n'est pas très gai, car c'est un bon film avec de très bons comédiens
Le score presque objectif : 7,5/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +2