The Box

The Box
Sortie: 04/11/2009
Pays: USA
Genre: Fantastique
Durée: 1h55 Min
 
Réalisateur(s)
Richard Kelly
Acteurs
Cameron Diaz
Frank Langella
James Marsden
Critique de Sebastien Keromen
Sept ans après le culte Donnie Darko, trois ans après le maudit Southland Tales, Richard Kelly a mis en boîte son nouveau film. Oserez-vous pousser le bouton de la machine qui distribue les billets ?

The Box
Titre original : The Box
USA, 2009
Réalisateur
 : Richard Kelly
Acteurs : Cameron Diaz, James Marsden, Frank Langella
Adapté d’une nouvelle de Richard Matheson
Durée : 1h55

L’histoire
Norma et Arthur sont un couple très uni, avec leur fils. Mais les temps sont durs, et cette mystérieuse boîte pourrait leur apporter la richesse… ou les condamner.




La critique

Le premier film de Richard Kelly, Donnie Darko, était étrange, noir, fantastique et scientifique, politique et surnaturel, fascinant et intrigant, réussi et culte. Le nouveau film de Richard Kelly, The Box, est étrange, noir, fantastique et scientifique, politique et surnaturel, fascinant et intrigant, mais pas tout à fait aussi réussi et sûrement pas culte. Sur un pitch irrésistible (appuierez-vous sur le bouton qui vous fera gagner un million mais fera mourir une personne ?), finalement rapidement expédié, le film nous entraîne en terre complètement inconnue, entre considérations sur la race humaine et les conséquences de nos actes. Bien sûr, on est fasciné, d’autant que quelques scènes tout à fait scotchantes nous refont plonger si on avait été un peu déconnecté d’une histoire un peu froide et détachée.




Oui, cette critique est un peu bizarre, mais finalement ça va bien avec le film. S’il se suit un peu comme un rêve, il en possède aussi la qualité évanescente qui fait qu’on a du mal, même juste en sortant, à se rappeler tout ce qu’on a vu. On sait que les acteurs sont parfaits dans leurs rôles, que le maquillage et les effets spéciaux pour rendre brûlé le visage de Frank Langella sont bluffants, que si quelqu’un se met à saigner du nez je vais sans doute flipper, que le papier peint était très 70s, que la scène d’inondation est incroyable, et en fait c’est un peu tout. Si le film vaut le déplacement pour le voyage étrange qu’il vous fera faire, sa morale et son histoire générale vous laisseront sans doute un peu plus dubitatifs. Mais un film aussi surréel qui ne vous lâche pas pendant toute son histoire, et vous la raconte avec autant de style, c’est déjà quelque chose de rare…

A voir : pour l’ambiance, les idées, pour perdre prise
Le score presque objectif : 7/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +2, un film spécial, qui manque juste d’être marquant

Sébastien Keromen