Tout ce qui brille

Sortie: 24/03/2010
Pays: France
Genre: Comédie dramatique
Durée: 1h40 Min
 
Réalisateur(s)
Géraldine Nakache
Hervé Mimran
Acteurs
Virginie Ledoyen
Linh-Dan Pham
Leïla Bekhti
Manu Payet
Audrey Lamy
Géraldine Nakache
Critique de Sebastien Keromen
La fraîcheur, au cinéma, c’est rare. Alors quand un film vous en offre une bonne tranche, on voudrait qu’il soit frais de bout en bout et sortir avec la banane. Malheureusement, les réalisateurs semblent ne pas avoir choisi cette option-là.

Tout ce qui brille
France, 2010
Réalisateur
 : Géraldine Nakache & Hervé Mimran 
Acteurs : Leïla Bekhti, Géraldine Nakache, Virginie Ledoyen, Linh-Dan Pham, Audrey Lamy, Manu Payet
Durée : 1h40

L’histoire
Ely et Lila sont deux meilleures amies vivant à Puteaux. Mais qui sont sûres qu’elles sont destinées à plus que Puteaux. Et tous les moyens sont bons pour taper l’incruste dans la haute société.




La critique

Tout ce qui brille bénéficiait, dès la bande-annonce, d’un énorme capital de sympathie. On avait instantanément envie de suivre les aventures des deux héroïnes, ça ne pouvait qu’être une éclate totale. Même si le film donnait comme contexte une banlieue pauvre et donc une vie de tous les jours un peu à l’arrache, on était prêt à l’accepter pour passer un bon moment. Sauf que la bande-annonce est trompeuse, et que le film tend plus vers la comédie dramatique que vers la comédie tout court.




Tout ce qui brille bénéficie, assez rapidement, d’un énorme capital de gens qui se prennent la tête à eux-mêmes, qui prennent la tête aux autres, et qui finissent par prendre la tête au spectateur. Moins d’une discussion sur deux se termine sans que les deux protagonistes ne s’embrouillent d’une façon ou d’une autre, et on rêve d’une option interactive qui permettrait, à la demande du spectateur, de mettre une baffe au personnage de notre choix qui nous gonfle trop à force de toujours prendre les mauvaises décisions. Inutile de dire que le capital de fun du film, même s’il refait surface de temps en temps, est mis en pièces par cette ambiance constamment crispée. Autre facteur assez calmant, le scénario. D’abord parce qu’il assez vide de toute évolution et de tout but. Les héroïnes sont pas trop bien dans leur peau, OK, mais on peine à voir comment le film fait avancer cette situation, et surtout vers quoi, entre la trop sage qui ne veut rien et la trop mytho qui veut tout. En plus, l’histoire de deux meilleurs ami(e)s dont l’un(e) va aller trop loin pour que l’autre suive, on a déjà vu ça plein de fois dans des tas de types de films, et on regrette le manque de fraîcheur de cet argument par rapport à la fraîcheur de ses interprètes.




Car s’il est bien un point sur lequel le film est inattaquable, c’est son casting. La sympathie instantanée qu’on a pour les héroïnes ne se démentira pas, et fera un peu passer la pilule de comportement trop n’importe quoi pour qu’on suive. Les joutes verbales réservent quelques répliques énormes, le franc-parler est de sortie, on ne mâche pas ses mots, enfin bref des dialogues vont vous faire kiffer votre race grave. Mais ça reste tout de même trop peu pour nous faire accepter ce scénario relou et déjà vu, ce piétinement de l’histoire, ces choix trop n’importe quoi, et cette envie latente de demander au réalisateur de refaire son film sans la dramaturgie exacerbée qui fait qu’on n’accroche plus. Dommage, sans renier le drame et la réalité sociale, il existe sans doute un juste milieu pour un film qu’on adorerait, et pas un film à qui on a juste envie de claquer sa grande gueule.

A voir : pour les héroïnes, les dialogues, et avec une bonne dose d’abnégation
Le score presque objectif : 6,5/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +1, si tout ne vous énerve pas autant que moi, vous passerez peut-être un excellent moment. Peut-être.

Sébastien Keromen