Polisse

Sortie: 19/10/2011
Pays: France
Genre: Drame
Durée: 2h05 Min
 
Réalisateur(s)
Maïwenn
Acteurs
Wladimir Yordanoff
Marina Foïs
Sandrine Kiberlain
Lou Doillon
Karin Viard
Joey Starr
Nicolas Duvauchelle
Maïwenn Le Besco
Karole Rocher
Audrey Lamy
Critique de Sebastien Keromen
Encensé à Cannes (et c’est loin d’être systématique pour un film français), le nouveau film de Maïwenn arrive sur nos écrans, pour un portrait humain de la police, avec ses faiblesses et son humanité. Encore un succès pour cette réalisatrice hors norme ?

Polisse
France, 2011
Réalisateur
 : Maïwenn
Acteurs : Karin Viard, JoeyStarr, Marina Foïs, Nicolas Duvauchelle, Maïwenn, Karole Rocher, Sandrine Kiberlain, Wladimir Yordanoff, Audrey Lamy, Lou Doillon
Durée : 2h05

L’histoire
Le quotidien d’une équipe de la BPM de Paris, la Brigade de Protection des Mineurs, entre la noirceur et la dureté de leur tâche, et la difficulté de leurs rapports humains. Et aussi des fois ça rigole.




La critique

Souvent, on va voir des films pour s’évader, voir des trucs qui n’existent nulle part, comme un tyrannosaure en pantoufles ou un Big Mac qui ressemble à l’affiche. Mais parfois, les films nous disent : « Viens voir, pour une fois on va te parler du quotidien et du réel ». Et en général, je leur réponds « Du quotidien, j’en ai tous les jours », et je vais voir le film de SF de la salle d’à côté. Mais des fois, quand même, je me laisse tenter par des films qui savent parler du réel avec talent. Et Polisse est de ceux-là (et donc je ne vous ai pas bassiné avec cela pour rien, ouf). Si vous vous demandiez ce que fait la BPM (Brigade de Protection des Mineurs), ou même si vous ne saviez pas que ça existait, voilà une bonne occasion de se plonger dans leur quotidien. Pour plusieurs raisons. La première est que ces flics ont un boulot méconnu, aussi passionnant que terrifiant, aussi bouleversant qu’important. Mais bon, ça c’est les vrais flics, et le film, s’il est basé sur des histoires réellement vues à la BPM, est bien un film avec des acteurs. Et là c’est la deuxième bonne raison : le film est excellent.




On savait Maïwenn parfaite en directrice d’acteurs, avec un sens du contact humain hors normes. Au service d’un film qui n’est plus une fiction comme l’était le Bal des actrices, le cocktail est détonnant. Le film met pourtant en scène une bonne dizaine de personnages, mais aucun n’est caricatural, tous sont justes, intéressants, attachants sans être sans faille. Je n’ai pas envie de faire tout un paragraphe pour citer l’excellence de chaque acteur, même s’ils le mériteraient, alors je dirai juste que tous sont parfaits, crédibles, qu’on croit instantanément à leur personnage, même pour les acteurs qu’on connaît plus que bien. JoeyStarr, Karin Viard et Marina Foïs sont ainsi incroyablement convaincants, et aussi Nicolas Duvauchelle et Karole Rocher, qu’on connaît un peu moins, et d’autres qu’on connaît encore moins (sauf si vous venez de voir La Guerre est déclarée, car on retrouve ici Jérémie Elkaïm, qui jouait le mari, et Frédéric Pierrot qui jouait le professeur Sainte-Rose) mais qui sont eux aussi parfaits. Et sans oublier Maïwenn dans un rôle au début un peu caricatural mais qui finit aussi par trouver sa véracité.




Mais Polisse n’est pas qu’un film d’acteurs, tout en étant irréprochable sur ce plan. C’est aussi un film diablement efficace pour nous plonger dans ce quotidien de la BPM, qui fera vaciller les esprits qui ne se seront pas accrochés. Quotidien de viols et d’incestes, d’exploitation enfantine et autre maltraitance, le sujet ne prête pas une seconde à la rigolade, même si l’humanité de l’équipe désamorce le tragique de la situation régulièrement, pour de bons fous-rires avant de replonger dans cet univers noir. Sérieux, même si vous saviez déjà que vous n’alliez pas voir une comédie musicale, préparez-vous quand même à du lourd et du dérangeant. On suit l’équipe dans son travail et sa vie quotidienne, à tel point qu’on ne peut pas vraiment parler d’histoire, mais plutôt d’histoires, et que le film aurait pu continuer encore longtemps sur le même ton et le même thème. Mais heureusement le traitement n’est pas au misérabilisme mais à l’humanité, encore plus qu’à l’émotion.




Polisse n’est pas qu’un documentaire, Polisse n’est pas que la vie d’une brigade, Polisse n’est pas qu’un groupe de gens qui discutent, Polisse n’est pas qu’une énumération de misère et infamies, Polisse est à la fois tout ça et plus que ça. C’est en tout cas un film qui va vous tirer dans son histoire tout du long sans vous lâcher, vous faire rire fort et presque pleurer et sans nul doute vous faire déglutir à plusieurs reprises de saisissement. Et c’est un film dur qui vaut le coup d’être vu. Et qui nous vaut à nouveau de tirer notre chapeau à Maïwenn.

A voir : absolument, mais sans oublier que ça ne va pas être que du plaisir
Le score presque objectif : 8,5/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +3, c’est pas un film sur le réel, c’est un film sur la vie

Sébastien Keromen