Les Mondes de Ralph
Wreck-it Ralph


Sortie: 05/12/2012
Pays: USA
Genre: Animation
Durée: 1h40 Min
 
Réalisateur(s)
Rich Moore
Acteurs
John C. Reilly
François-Xavier Demaison
Jane Lynch
Sarah Silverman
Critique de Sebastien Keromen
C’est peu dire que Disney surprend. Ralph est un personnage de jeu vidéo qui va partir à l’aventure dans d’autres jeux vidéo. Sérieux, qui n’a pas envie de voir ça ? Comme en plus Disney ne s’est pas privé de parsemer le film de culture gamers, aucune raison de s’en priver !

Les Mondes de Ralph
Titre original : Wreck-it Ralph
USA, 2012

Réalisateur
 : Rich Moore
Voix : John C. Reilly, Sarah Silverman, Jane Lynch en VO, François-Xavier Demaison en VF
Durée : 1h40

L’histoire
Ralph est le méchant qui casse tout dans un jeu vidéo. Mais il voudrait être plus apprécié des autres. Il part à l’aventure dans d’autres jeux vidéo pour chercher la gloire… en tout cas, il va trouver l’aventure…


La critique

Press Start to begin. Si on nous avait dit que Disney allait faire un film d’animation sur un personnage de jeu vidéo qui veut changer de vie, on aurait… d’abord hésité en pensant qu’ils avaient déjà fait Tron sur ce thème, puis secoué la tête en affirmant que c’était absurde. Et pourtant… Effet bénéfique de la supervision de John Lasseter ou non, le nouveau Disney présente des qualités qu’on attend habituellement chez un Pixar : un univers et un scénario très travaillés, une histoire originale, des personnages bien campés, et une qualité technique sans faille. Voilà, on ne peut en tout cas pas leur reprocher l’ambition, l’originalité, et le soin apporté au film.


Get ready for level 2. Et après toutes ces intentions, nous voilà dans ce monde électronique. Autant le dire tout de suite : pour tous ceux qui ont usé leur jeunesse sur les jeux vidéo (de préférence si cette jeunesse a commencé dans les 80s), le film est bourré de clins d’œil, d’éléments bien vus, et baigne totalement dans ce monde rythmé par les joueurs et les hi-scores. On regrettera un peu que tout cela passe largement au second plan à partir d’environ le tiers du film, qui ne va plus se dérouler que dans les jeux vidéo imaginés pour l’histoire, et non plus les jeux classiques. Mais bon, il faut bien aussi avoir une histoire, on ne pouvait pas continuer à se contenter de références. Et cette histoire va permettre de développer les personnages, et comme c’est bien fait. Ralph et Vanellope sont vite des personnages aussi complets qu’attachants, avec de vraies motivations, des choix et interrogations, tout ce qu’il faut pour que l’histoire se tienne malgré ce cadre original. Les voix de John C. Reilly et Sarah Silverman font également merveille à les faire vivre, et les personnages secondaires sont eux aussi assez délectables et réussis. Tout ça, vraiment, du boulot bien fait.


Bonus stage. Côté réalisation, le film bénéficie d’un design très réussi des personnages, qui arrivent à être graphiquement cohérents malgré la disparité de leurs jeux vidéo d’origine. Les décors sont variés et superbes, la représentation du monde électronique et de son lien au monde réel est totalement convaincante, l’animation des personnages, qui varie selon l’âge de leur jeu vidéo, apporte un vrai plus de personnalité au film. Bref, du tout bon, et pas seulement techniquement, mais surtout artistiquement. Seule la 3D semble moins réussie que le reste, en étant peut-être un peu trop discrète (mais permet un superbe générique de fin, et, soit dit en passant, ça fait plaisir, car les premiers films en 3D nous avaient gratifiés de superbes génériques en relief, et depuis quelques temps c’était devenu des génériques totalement basiques et plats).


Game Over. Au final, tout est parfait ? Eh bien j’ai une légère réserve. Elle est peut-être une histoire de goût, ou d’état d’esprit quand on regarde le film, mais à force d’avoir un scénario bien écrit, il m’a semblé manquer un peu de fun. Les gags sont un peu trop rares, on s’intéresse mais on n’est pas vraiment absorbé par l’histoire, on reste un peu trop extérieur au film. Ça n’empêche pas d’être attachant, intéressant, prenant, mais plus comme un film qu’on apprécie qu’un film qui nous plaît. Voilà, peut-être que vous ne ressentirez pas cette légère distance et sauterez à pieds joints dans le film, c’est tout le mal que je vous souhaite. Vous n’avez plus de bonne excuse pour lâcher votre gamepad et aller voir un film, pour une fois.

A voir : pour les fans de jeux vidéo, mais aussi pour les autres
Le score presque objectif : 8/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +3, même si je n’ai peut-être pas autant accroché qu’espéré, une expérience à tenter !

Sébastien Keromen