Turbo

Turbo
Sortie: 16/10/2013
Pays: USA
Genre: Animation
Durée: 96 Min
 
Réalisateur(s)
David Soren
Acteurs
Samuel L. Jackson
Ryan Reynolds
Michael Pena
Maya Rudolph
Ben Schwartz
Critique de Emmanuel Galais
Turbo est un escargot qui n’a qu’un seul rêve en tête : être incroyablement rapide ! Son obsession pour la vitesse l’a rendu quelque peu impopulaire chez les siens, où lenteur et prudence sont de rigueur. Mais il est hors de question pour lui de se conformer. C’est alors que se produit un étrange accident qui lui donne soudainement le pouvoir de foncer à toute vitesse. Il s’embarque alors dans une aventure extraordinaire pour accomplir son invraisemblable destinée : courir contre le plus grand champion de course automobile, Guy La Gagne. Avec l’aide d’une équipe d’escargots aussi rusés que stylés, l’ultime outsider Turbo mettra tout son cœur – et sa coquille, pour prouver qu’aucun rêve n’est trop grand, aucun rêveur n’est trop petit.

Après avoir réalisé « Le noël de Madagascar », David Soren s’est lancé dans l’aventure d’un petit escargot surgonflé qui va rivaliser avec un pilote de formule 1. Le concept n’est pas sans rappeler « Cars » de Disney, concurrent historique de Dreamworks, et relance d’ailleurs la guerre des débuts du studio où chacun s’accusait d’avoir piquer les idées des uns et des autres.

Pour Turbo, l’idée de prendre à contre-pied les spectateurs avec l’histoire d’un animal, certainement l’un des plus lents de la terre, en le faisant s’opposer à un sport de vitesse comme une course de voiture. Partir de ce consensus est une première bonne idée, parce que les animateurs et les scénaristes se sont ainsi libérés de toute barrière pour donner libre court à leur folie narrative. Mais comme on en a prit l’habitude maintenant chez Dreamworks, la qualité de l’animation est autant une priorité que la transgression. Ici les escargots sont un mélange de précision, notamment dans les mouvements et de caricature surtout au niveau des yeux.

Côté scénario, le film s’adresse à un public très jeune, on ne va donc pas demander une histoire inspirée des théories de Kant, mais malgré tout comme cela fut le cas dans bien des œuvres du studio, le scénario est suffisamment intelligent pour parler aux enfants et aux parents. « Turbo » est un escargot déterminé qui veut vivre son rêve et les personnages qui l’accompagnent sont autant d’adultes qui ont envie aussi de vivre un rêve. Ici la naïveté s’accompagne de nouvelles transgressions, cette fois ci se sont les corbeaux qui souffrent, et le mélange surréaliste entre les humains et les escargots, montrent que les scénaristes ne souhaitaient pas forcément s’embarrasser de cohérences dont on se fiche radicalement.

En conclusion, « Turbo » est un long métrage d’animation particulièrement réussit, avec une animation précise et minutieuse qui en met plein les mirettes, dès la scène d’ouverture et qui confirme le talent du studio pour trouver des histoires originales et particulièrement bien ciselées. Le spectacle est réjouissant, et les parents s’amusent autant que les enfants, notamment grâce à une bande son redoutablement énergique.