Les Dames - Encore Femmes

Sortie: 02/12/2020
Pays: Suisse
Genre: Documentaire
Durée: 81 Min
 
Réalisateur(s)
Stéphanie Chuat
Véronique Reymond
Acteurs
Stéphanie Chuat
Véronique Reymond

Les Dames - Encore Femmes

Verdict: Excellent

par: Emmanuel Galais


Elles sont célibataires, veuves ou divorcées. Elles ont eu des enfants, des maris, un travail, elles ont une vie derrière elles mais surtout une vie à venir... LES DAMES ouvre la porte sur l'intimité de cinq sexagénaires qui mènent au jour le jour un discret combat contre la solitude, à un âge où les hommes ont déserté leur paysage affectif.


Il y a des documentaires qui vous touchent au cœur, mais vous met face à vos propres à priori. Des documentaires qui, sans le savoir, et peut-être même sans le vouloir, vous donnent une leçon. Une leçon de vie, une leçon de pensée, mais surtout une leçon d’humilité. C’est le cas de « Les Dames encore Femmes » de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond. Un couple de réalisatrice qui a décidé de nous entrainer dans le quotidien de cinq femmes sexagénaires, dont la lutte secrète est pourtant si commune à bon nombre de femmes qui ont passé la soixantaine, celle que l’on ne regarde plus, ou tout du moins plus comme avant, celles à qui l’on fait croire, injustement que leurs places se résument à celles de grand-mères en cuisine, ou de veuves isolées.


Avec « Les Dames Encore femmes », le duo de réalisatrices a décidé de parler de ces femmes, de lever un voile sur ce qui les mène, afin qu’elles parlent d’elles, de leurs vies solitaires de veuves, de divorcées ou de célibataires. Des femmes qui ont encore du désir ancré dans leur cœur et dans leur corps. Comme un pied de nez à la sacrosainte populaire et réductrice qui voudraient leur attribuer une vie imposée, par leur âge, comme si passée un chiffre, la vie devait s’arrêter d’être excitante pour les femmes, alors que l’horizon reste dégagé pour les hommes. Une injustice de plus que ces « Dames » doivent subir et contre laquelle elles luttent de manière viscérales, comme pour ne pas attendre l’ultime voyage, comme pour dire aux hommes et à la société en générale, que si les corps ont changé et pas de manière égale pour tout le monde, elles éprouvent encore l’envie de séduire, de plaire, d’être désirée, plus simplement de vivre une nouvelle vie, dans laquelle l’homme a sa place seulement s’il vient la chercher, avec tout l’honneur et le respect nécessaire.


Les réalisatrices se sont posé cette question et ont donc suivi cinq de ces femmes, dans leurs quotidiens, d’appartements en maison, de bord de mer en bord de lac, de montagne en ballade solitaire aux bals costumés ou non. Nous partageons le quotidien de ces femmes qui revendiquent leurs besoins, leurs envies et surtout l’amour de la vie. A travers ce documentaire les réalisatrices nous font partager leur dynamisme, qui ferait rougir plus d’un jeune casanier, avec une vitalité débordante et une envie de compter encore dans la société, de prouver, si cela était encore nécessaire qu’elles ont encore de l’énergie à revendre et que leur pouvoir de séduction reste autant le même que celui d’aider les autres.


Et parfois au détour d’un plan, ou d’un témoignage on découvre, le passé, les raisons de cette solitude, les illusions, les déceptions et surtout parfois l’absence qui pèse et pousse ces femmes à se reconstruire et à imaginer l’avenir autrement. Au détour d’un plan on découvre la solitude pesante, puis cette volonté inébranlable de ne pas être enfermée dans une case qui reprend le dessus. C’est ca « Les Dames Encore Femmes », un magnifique documentaire qui ne juge pas mais se donne le droit de laisser parler ces femmes que l’on ne regarde plus comme avant, ces femmes que l’on oublie d’intégrer dans les critères de séduction, qui sont poussées sur le banc de touche par la jeunesse et par des hommes qui veulent toujours s’assurer de leur vigueur et détourne de manière insolente le regard. Et à ceux, nourris par la haine ou par la bêtise de salir nos aînées sous prétexte qu’elles ont un passé plus long que les femmes de magasine. Ou simplement parce que leur âge les range dans une case, autant leur dire que la vie ne s’arrête pas à 60ans, loin de là !