Where Love Lives
Sortie:
18/03/2021
Pays:
GB
Genre:
Durée:
53 Min
Réalisateur(s):
Acteurs:

Where Love Lives

Verdict: Très Bon

par: Emmanuel Galais


Dans le film-docu “Where Love Lives”, à travers de nombreuses interviews exclusives avec des titans de la culture de la vie nocturne Billy Porter, Honey Dijon, Kathy Sledge, Kiddy Smile, Lucy Fizz, John 'Jellybean' Benitez et bien d'autres explorent la manière dont les personnes « en marge de la société » sont accueillies sans condition au centre du dancefloor qu’elles soient gay, lesbienne, transgenre, peu importe votre couleur de peau. Mieux même, la scène clubbing leur permet de briller et s’exprimer comme nulle part ailleurs.


Glitterbox, c’est avant tout un label fondé par Simon Dunmore en 2014, patron de Defected Records. Un label qui organisa des soirées sur Ibiza, puis qui, au fil du temps, devint incontournable dans l’univers du clubbing et qui maintenant est devenu, non seulement une marque de soirées, qui s’offre des résidences un peu partout dans le monde, y compris à Paris, mais c’est également un label de musique électronique dont la production a acquis une sérieuse réputation. Le nom de Glitterbox est donc assez logiquement associé aux plus grandes soirées des amateurs de danses.


Produit par Oliver Prince, qui avait déjà travaillé sur des projets pour l’Oréal, Red Bull ou encore pour BBc Three, « Where Love Lives » est avant tout un film qui déborde de positivité, d’amour et parfois même de tendresse. Notamment parce que le réalisateur a souhaité proposer un film kaléidoscopique sur ce monde de la nuit, à travers des personnages hauts en couleurs : Drag Queens, Trans ou Gay qui se révèlent et se libèrent dans un moment suspendu aux rythmes des plus grands DJ du monde. Le film surprend, parce que, si l’on pensait voir un documentaire sur le monde de la nuit, il s’avère beaucoup plus que cela, notamment en laissant s’exprimer les « Titans », comme ils les appellent, du Clubbing, que ce soit Billy Porter, Honey Dijon, Kathy Sledge, Kiddy Smile, Lucy Fizz, ou encore John « Jellybean » Benitez, et bien d’autres encore, chacun possède un parcours différent, vient d’une région, d’une culture ou d’un cercle familial diffèrent. Grands cabossés ou optimistes compulsisf, tous ont en commun ce clubbing qui les a sauvé, et leur permet de se révéler d’être acceptés comme ils sont, sans jugement, ni regards en coin, comme cela est le cas dans la vraie vie.


Sans en occulter, le moins du monde, cette partie sombre de leurs existences, c’est sur la positivité de ces vies de la nuit qui les libère le temps d’une soirée. Devenus personnages nocturnes de Dancefloor enflammés, aux milliers de paillettes sur des visages illuminés par des sourires radieux et décomplexés, ces témoins privilégiés offrent une vision bien différente de l’univers du clubbing qui fait exploser les clichés et les aprioris. Malheureusement, le documentaire se concentre un peu trop sur ces personnages, parfois excentriques et parfois simplement lumineux, bien souvent de la communauté Gay et a donc tendance à devenir un documentaire sur le monde « Queer », plutôt que le clubbing et cette diversité qui explose toutes les frontières que la bêtise humaine a pu mettre par peur ou par rejet malsain des différences. Une représentativité plus large aurait permis de mieux recentrer le débat sur le sujet de la liberté et la pluralité de ces soirées.


Il n’en demeure pas moins que ce documentaire se fait remarquer par son incroyable positivité, ces sourires et ces discours apaisés et libérés qui le composent. On en sort avec un sourire et des paillettes plein la tête. Une excellente surprise, même si le film aurait pu aller plus loin en gardant le cap du clubbing au lieu de ne se centrer que sur des témoins de la communauté Queer, Trans et Gay. Plusieurs fois le film parle de ces frontières qui disparaissent dés lors que les Dancefloor surchauffent, mais le réalisateur mais une partie des clubbers sur le banc de touche.


Le 18 mars, Glitterbox, le label de Defected, utilisera la nouvelle technologie de redirection en direct de Youtube, Live Redirect, pour enchaîner la pre-party virtuelle avec la première exclusive du film à 21h suivi de l’after party virtuelle. Les plus grands DJ mixeront.