Flag Day
Flag Day
Sortie:
20/10/2021
Pays:
Etats-Unis
Genre:
Durée:
1h48 Min
Réalisateur(s):
Acteurs:

Flag Day

Verdict: Bon

par: Arnaud Weil-Lancry


Un nouveau Sean Penn c'est un peu comme un nouveau Clint Eastwood...

L’histoire

Jennifer mène sa vie comme elle peut entre un père malhonnête et une mère alcoolique...

La critique

Amérique profonde...
En fait, on sait très bien qu'un nouveau film de Sean Penn va être au moins bon, quand ce n'est pas excellent. L'acteur/réalisateur n'a pas son pareil, aux côtés d'un Clint Eastwood, pour dépeindre l'Amérique profonde et ses travers ou plutôt l'Amérique profonde et son envers du décors. Les deux hommes aiment plonger dans les eaux sombres de leur pays même lorsqu'il s'agit de déterrer ce qu'il y a de plus tragique. Flag Day est un exemple parmi d'autres de cette Amérique profonde supposée donner sa chance à chacun, une Amérique qui nous balance la vie de Jennifer à la figure, évidence marquée et marquante d'une vie vécue à 300%, surtout quand on est jeune, livré à soi-même et à la poursuite de l'image d'un père braqueur et faussaire.



Exode massif...
Adapté de Flim-Flam Man (mémoires de la journaliste Jennifer Vogel), Flag Day décrit la vie de Jennifer, une jeune fille qui n'en peut plus de sa vie de famille, entre un père malhonnête et une mère alcoolique. Bref une vie qui tourne au cauchemar, dominée par l'image d'un père auréolé de succès, faussaire, manipulateur et j'en passe, trop occupé à faire tourner sa malhonnête machine à cash. Flag Day est bon, même très bon dans un tableau où le réalisateur de The Pledge donne la réplique à ses véritables enfants dans la vraie vie. Mais ce n'est que par moment, voire par bribe de moment. Un peu trop occupé par son héroïne de fille, Dylan Penn, qui interprète Jennifer, le père est un peu trop dans la contemplation de sa fille et a, par ailleurs tendance à partir dans des trips contemplatifs que n'aurait pas renié un Jim Jarmush. On en ressort assez charmé mais quelque peu déçu par un film qu'on vit souvent un peu trop comme ce il aurait pu ou du être. Le résultat est frustrant à la limite de l'agacement quand on ressent l'ampleur dramatique à côté de laquelle le réalisateur américain est passé. C'est dommage, on repassera une autrefois pour ce portrait au vitriol d'une Amérique moyenne à bout de souffle, incarnée par un Sean Penn braqueur et faussaire impressionnant de gloire et de justesse. Sur sa partie purement technique la réalisation (tournée en 16mm sur pellicule Kodak) reste très bonne avec une image dotée d'un ton vieilli sublime, même si, vous l'aurez compris, on aurait souhaité un résultat global final plus abouti.
Dommage.

Verdict : 6/10
Un film tout juste bon mais qui aurait pu être excellent.