La Véritable histoire du petit chaperon rouge

Hoodwinked
Sortie: 25/01/2006
Pays: USA
Genre: Animation
Durée: 1h20 Min
 
Réalisateur(s)
Todd Edwards
Tony Leech
Acteurs
Glenn Close
Patrick Warburton
Dominique Lavanant
Maureen Dor
Michel Leeb
James Belushi
Critique de Sebastien Keromen

Premier film d’animation en images de synthèse indépendant, voici un film qui décide de vous dire enfin tout ce qu’on vous a toujours caché sur l’histoire du petit chaperon rouge. De quoi vous donner à réfléchir… ah, non, je me trompe : à rire !

La Véritable histoire du petit chaperon rouge
Titre original : Hoodwinked
USA, 2005
Réalisateur
 : Todd Edwards, Tony Leech, Cory Edwards
Voix : en VO : Anne Hathaway, Glenn Close, Patrick Warburton, James Belushi ; en VF : Maureen Dor, Michel Leeb, Dominique Lavanant
Adapté très lointainement du Petit chaperon rouge
Durée : 1h20

L’histoire
Le petit chaperon rouge arrive chez sa mère-grand, tire la chevillette pour faire choir la bobinette, trouve que sa mère-grand a de grands yeux, le loup se jette sur elle, un bûcheron arrive in extremis… mais est-ce aussi simple ? Une grenouille inspecteur mène l’enquête…






La critique


Grâce à la banalisation des ordinateurs et des logiciels de conception 3D, nous voici devant une curiosité : le premier film en images de synthèse indépendant. Vous pouvez donc en déduire des moyens limités, mais une imagination sans limites. Et vous avez raison. Commençons donc tout de suite par le défaut : l’animation n’est pas très belle. Les textures sont quelconques, le design des personnages assez moyen (sans tomber dans les laideurs de Gang de requins), les animations parfois rigides et limitées, les décors un peu carrés. Ça gêne pas vraiment, mais ces défauts nous frappent de temps en temps, nous rappelant l’étroitesse du budget (un petit repère : le budget est estimé à 15 millions de dollars, contre 60 pour Chicken Little, 92 pour les Indestructibles, 60 pour l’Âge de glace, 75 pour Robots, ou 75 pour cette daube de Gang de requins). Mais si ça pêche parfois (et ne compense jamais par des plans incroyablement soufflants ou beaux), nous avons en contrepartie un film qui repose sur l’inventivité et le délire de son scénario.
Car si Shrek reprenait et parodiait gentiment les contes de fée, La Véritable histoire du petit chaperon rouge a choisit de s’inscrire dans le conte pour mieux le dynamiter de l’intérieur. Chaque personnage va ainsi acquérir une personnalité, des goûts, des rêves, et même parfois une vie secrète. Ramassé sur 1h20 parce qu’il y a 1h20 d’histoire (toujours agréable quand la durée du film ne dépasse pas la durée de l’histoire, en nous imposant des longueurs sans intérêt), le scénario se la joue un peu Rashomon et un peu Pulp fiction, semant dans la version de chacun des indices qui serviront aux versions des autres. Soit une histoire à quatre voix où chaque histoire a une chance de rendre plus drôle les histoires précédentes. Et qui se transforme en vrai petit polar (même si on trouve le coupable trop rapidement), avec même un petit parfum d’espionnage, et quelques chansons rigolotes et pas bêtates.





Ah, au fait, c’est drôle.
À force de parler des qualités du film, j’en oublie de dire qu’il est tout bêtement très drôle. Avec des gags de toutes provenances, qui garantissent que tout le monde, quels que soient son âge et ses goûts, rira un bon coup. Entre écureuil speedé, bouquetin aux cornes plus pratiques qu’une armée de couteaux suisses et qui ne peut parler qu’en chantant, ou baston karaté entre de bien mignons participants, tout ce qu’il y a dans le film est hautement réjouissant, et le sourire reste sur le visage des spectateurs entre deux rires. Soit un bon moment de détente et de rire pour un petit film original. Donnez à ces réalisateurs l’argent pour donner la mesure à leur délire, sans restreindre leur liberté, et surveillez de près leur prochain film !

A voir : pour rire et encourager l’inventivité
Le score presque objectif : 7,5/10
Mon conseil perso (de -3 à +3) : +2, de 7 à 77 ans

Sébastien Keromen