Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Charlie et la chocolaterie (HD DVD)

Catégorie Cinéma
Titre Original Charlie and the Chocolate Factory
Genre Comédie
Pays USA
Date de sortie 25/04/2007
Réalisateur Tim Burton
Avec Deep Roy, Johnny Depp
Format HDDVD
Boitier Amaray
Scénaristes Roald Dahl
Compositeur Danny Elfmann

Critique de Simon Volant
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 115 min
Support
   
   

"Charlie et la chocolaterie" a déjà fait l'objet de deux critiques sur notre site. Une pour la sortie cinéma ( ici ) et une pour sa sortie DVD ( ). Comme je suis à la fois d'accord avec les critiques de mes collègues, mais aussi assez fainéant, voici une compilation des meilleurs éléments.

Résumé

Le petit Charlie Bucket (Freddie Highmore) vit une vie misérable à l'ombre de l'immense chocolaterie de Willy Wonka (Johnny Depp) que personne n'a vu depuis prés de 15 ans. Son grand-père Joe (David Kelly) lui raconte l'histoire de ce génie de la confiserie chez qui il travaillait vingt ans plus tôt. Créateur d'un véritable château en chocolat, Willy était au sommet de son art quand il a renvoyé tous les employés de son usine après avoir constaté que ses secrets de fabrication avaient été volés par des concurrents déloyaux renseignés par des salariés indélicats.

Peu de temps après, des affiches commencent à orner tous les murs de la ville : cinq tickets d'or ont été mis dans les tablettes de chocolat Wonka. Celui qui trouvera l'un de ses tickets pourra visiter l'usine et l'un des cinq chanceux aura même un cadeau spécial. Charlie aimerait bien avoir un ticket, mais ses parents sont tellement pauvres qu'ils ne peuvent pas acheter ce chocolat…


Introduction de Sebastien Keromen

Tim Burton est mon réalisateur préféré. Oui, toujours. Et encore plus après ce film (comment flinguer le suspense d'une critique en quelques mots). Car si Charlie et la chocolaterie peut sembler un sujet en or pour son foisonnement visuel, il pouvait être aussi très casse-gueule en film pour enfants. Au bout du compte, il vous faudra tout de même laisser au vestiaire votre cynisme et votre sérieux pour profiter du film, et tenter de retrouver votre âme d'enfant, toute naïve et prête à partir pour des aventures incroyables. Et là, attachez votre ceinture, vous partez pour 1h55 de montagnes russes en chocolat.

A propos du film par Jean Luc Richter

Pour Tim Burton, adapter ce roman à l'écran était presque un passage obligé, tant l'univers du livre était proche de la 'folie' de ses réalisations passées, de « Edward aux Mains d'Argent », où il collaborait déjà avec Johnny Depp (on retrouve d'ailleurs un clin d'œil à ce film au moment de l'inauguration de la chocolaterie) à « Mars Attacks » ou à « Beetlejuice ». C'est d'ailleurs la quatrième fois que le réalisateur engage Johnny Depp dans un rôle qui était pratiquement écrit pour lui.

Deux autres personnages sont essentiels dans ce film : les Oompa-Loompas et Charlie. Les Oompa-Loompas sont tous joués par une seule personne : l'acteur de petite taille Deep Roy. Obligé d'incarner tout le personnel de l'usine, ce dernier a dû apprendre à danser, à chanter, à faire de l'alpinisme, à jouer des instruments de musique… Pour le rôle-titre du film, c'est Johnny Depp qui a recommandé à Tim Burton d'engager Freddie Highmore qu'il avait côtoyé sur le tournage de « Neverland » et qu'on a également vu dans « Deux frères » de Jean-Jacques Annaud. Enfin, Tim Burton n'a pas oublié de confier un rôle à sa femme Helena Bonham Carter qui incarne ici la mère de Charlie.

Pour rendre son délire visuel crédible, Tim Burton a fait reconstituer les décors de la chocolaterie sur un immense plateau qui comportait une vraie cascade de chocolat et la rivière qui va avec. Mais au lieu du chocolat c'est près d'un million de litres d'un savant mélange de peinture qui été utilisé. Par contre, une grande partie des friandises du décor étaient vraies et les barres de chocolat ont été fournies par Nestlé.

La musique selon Sebastien Keromen

Ce qu'il y a de bien, avec Tim Burton, en plus de Tim Burton lui-même, c'est Danny Elfman. Que ce soit la musique du générique de début (générique tellement excellent qu'on devrait se le passer en boucle pendant des heures), les musiques du film, ou les mini chansons accompagnant la triste sortie de chacun des enfants (et qu'il interprète lui-même), Danny Elfman s'est surpassé pour créer une musique qui porte indéniablement sa marque, tout en ressemblant peu à ses autres œuvres et en étant diablement réussie. C'est bien simple, si la bande originale n'avait pas eu la très mauvaise idée de ne pas être encore disponible, je serais en train de l'écouter en écrivant cette critique.

La musique selon Jean Luc Richter

Dernier élément essentiel du film, la musique est une création de Danny Elfmann, qui a maintenant pris l'habitude de travailler avec Tim Burton depuis « Pee-wee's Big Adventure » en 1985. Le compositeur nous gratifie ici d'une musique symphonique où l'on reconnaît immédiatement sa 'patte', mais aussi des chansons du film pour lesquelles c'est lui qui interprète les multiples voix des chœurs !

Verdict de Simon Volant

Les couleurs passent de très fades lorsque l'on est en dehors de la chocolaterie à des teintes saturées une fois dedans. Délire dans les décors avec les différentes salles visitées, délire musical avec la bande musicale de Danny Elfmann. Le film ne souffre pas de temps mort, mais certaines scènes peuvent effrayer les jeunes enfants ( les enfants gâtés du film disparaissent un à un dans des circonstances de plus en plus bizarres ).
Alors qu'apporte cette version HD DVD ? Et bien pour faire court, une image digne des meilleurs films en haute définition, une bande son top niveau et une interactivité à faire pâlir les possesseurs de Blu Ray. Je vous invite à consulter les sections techniques de cette critique pour découvrir en détail de cette édition.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Si la précision est un petit cran en dessous de disques étalons comme MI3 ou King Kong, force est de constater que l'encodage de ce HD DVD reste excellent. Pas le moindre artefact de compression, des couleurs saturées à souhait (et justement, le film en abuse). On notera également l'absence de grain de pellicule.
La précision bien supérieure à celle du DVD trahit même quelques approximations dans les trucages numériques (il faut tout de même avoir l'esprit pervers pour les chercher).

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Allemand Dolby Digital Plus 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Anglais Dolby Digital Plus 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital Plus 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Musique Dolby True HD 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne

En Dolby Digital Plus, les pistes ont la précision que l'on attend des meilleures pistes surrounds avec moult effets sur les différentes enceintes.
Ceux qui apprécient la bande-son de Danny Elfmann pourront profiter de la musique du film avec une piste dédiée en Dolby TrueHD. La musique étant quasiment non-stop durant le film, je vous laisse imaginer le plaisir que l'on peut éprouver à découvrir sans effet sonore ni dialogue la musique du film. Un simple changement de piste sur le générique de fin permet de constater la différence entre le Dolby Digital Plus et le Dolby TrueHD.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Voici sûrement le film en HD DVD le mieux fourni en bonus. Le film démarre directement au lancement du disque, mais de nombreux bonus ont été inclus dans cette édition HD DVD.
Certains bonus sont restés en définition standard (les commentaires des bonus provenant du DVD sont de Jean Luc Richter).

Inédit et en HD : Le film en version chocolat, des panneaux d'informations, des blagues, des interventions de Tim Burton ou des acteurs, story-board et effets spéciaux. La version Warner du Ucontrol ajoute un humour décalé avec les nombreuses apparitions des Oompa-Loompa et leur commentaire (exemple : la production de méthane causée par la consommation de soupe aux choux). Le tout en HD et avec des effets sonores en 5.1 ajoutés à la bande-son du film (film et interventions en VO sous-titrées).

Inédit : Commentaire audio de Tim Burton en VO non sous-titré, une mauvaise habitude de l'éditeur d'oublier de sous-titrer les commentaires audio.

: Piste musicale isolée en Dolby TrueHD (Cf critique de la partie sonore) : 2 heures de partitions composées par Danny Elfmann sans PAL speed up (en HD DVD le film garde la durée cinéma contrairement au DVD qui est accéléré de 5%).

Charlie et la chocolaterie : Rêves de chocolat (7 minutes) : Tim Burton présente l'univers de Roald Dahl et explique comment il a voulu adapter son livre en lui étant le plus fidèle possible, tout en y intégrant un peu de son propre univers.

Différents visages, différents parfums (10 minutes) : Ce second document revient en détail sur le casting des différents acteurs du film. Cela ressemble un peu à de l'auto congratulation par certains côtés, mais l'origine de certains acteurs est intéressante.

Le créateur du chocolat (10 minutes) : Ici Tim Burton et les autres membres de l'équipe reviennent sur la création des décors et des costumes du film. C'est l'un des documents les plus intéressants pour comprendre tout le travail qu'il y a derrière la caméra.

Sous l'emballage (7 minutes) : Cette dernière partie revient sur les effets spéciaux qui ne sont pas traités spécifiquement ailleurs sur le HD DVD.

De doux sons (7 minutes) : Cette partie du Making of est consacrée aux chansons et à la musique du film composées par Danny Elfman.

Devenir un Oompa-Loompa (8 minutes) : Ici la production revient sur l'un des éléments les plus importants du film : les Oompa-Loompas, qui ne sont qu'une seule personne : l'acteur de petite taille Deep Roy. Tim Burton avait décidé que tous les Oompa-Loompas seraient strictement identiques. Il a donc fallu que l'acteur endosse tous les rôles de sa 'tribu' et que l'ensemble soit intégré au film grâce au composing informatique et avec l'aide de quelques marionnettes. Un document vraiment très intéressant pour les amateurs d'effets spéciaux.

L'attaque des écureuils (10 minutes) : Dans ce documentaire nous suivons l'équipe des dresseurs d'écureuils qui, aidée par Tim Burton, explique comment s'est passé le dressage des écureuils pour le film. On voit également le tournage de la séquence de l'attaque de ces rongeurs ainsi que la réalisation des copies informatiques et en poupée de ces animaux.

Fantastique M. Dalh (18 minutes) : Ce documentaire est une biographie de l'écrivain anglais Roald Dahl, auteur du livre qui a servi de base à « Charly et la Chocolaterie ». Ses petits-enfants et d'autres membres de son entourage reviennent sur sa jeunesse et sa façon d'écrire… Pas franchement passionnant, ce documentaire a tout de même le mérite de donner une idée sur l'état d'esprit de l'auteur qui est bien retranscrit dans ce film par le réalisateur.

Inédit Prévisualisation de la danse d'Auguste Gloop (2 minutes) : maquette de la chorégraphie qui a servi à réaliser les différentes prises de Deep Roy qui joue à lui seul les dizaines de Oompa-Loompa.

Inédit Prévisualisation de la danse de Mike Teavee (2 minutes) : maquette de la chorégraphie qui a servi à réaliser les différentes prises de Deep Roy qui se transforme en rocker !

Inédit Club de bobines (3 minutes) : musique techno et Karaoke minimaliste sur le thème du film. Entraînant.

Bande annonce en HD (2 minutes) : Bande annonce américaine sous-titrée.

Vous l'avez compris, les bonus sont nombreux et si certains tiennent plus du making of promotionnel, la grande majorité est tout de même d'un excellent niveau. La fonction "Chocolate TV" est réellement excellente et la bande-son isolée offre une expérience sonore hors du commun. Charlie et la chocolaterie en HD DVD est un "must have" dans sa HD-thèque.