Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Blood Diamond (Blu-Ray)

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays USA
Date de sortie 01/08/2007
Réalisateur Edward Zwick
Avec Leonardo DiCaprio, Djimon Hounsou, Jennifer Connelly, Kagiso Kuypers, Benu Mabhena, Arnold Vosloo, Basil Wallace, Anointing Lukola, Antony Coleman, Michael Sheen
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Paula Weinstein, Edward Zwick, Marshall Herskovitz, Graham King, Gillian Gorfil
Scénaristes Charles Leavitt, C.Gaby Mitchell
Compositeur James Newton Howard

Critique de Frédéric Beaufrere
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 243 min
Support
   
   

Nominé 5 fois aux Oscar, Blood Diamond est aussi percutant que troublant mais incontestablement réussi, ce film d’action torturé, aux images criantes de vérité, dénonce en haute définition la misère des uns et la vénalité des autres à travers la dictature de l’argent. Proposé en version Blu-Ray par Warner Home Vidéo, l’œuvre captive pendant plus de 2h20. Riche en émotions et en suspens, la destinée de chaque protagoniste gagne à être regardée en 1080p sur votre installation home-cinéma.

L’action se déroule en Sierra Leone en pleine guerre civile pendant l’année 1999. Le trafic de diamants finance la lutte armée incessante que se livrent les rebelles et le gouvernement pour le contrôle des mines d’où sont extraits les joyaux. Cette lutte de pouvoir pour le contrôle de la ressource la plus lucrative du pays donne lieu à des massacres et à l’embrigadement forcé d’enfants dans les rangs des forces rebelles. Le film illustre ces faits de guerre en débutant d’emblée par quelques scènes très crues et violentes qui montrent la folie meurtrière et la cruauté des hommes, sur fond d’injustice et de brimades.

Dans ce contexte tourmenté, l’action se focalise sur un pêcheur (Djimon Hounsou) séparé de sa famille et enrôlé de force dans les mines d’extraction de diamants tandis que son jeune fils est capturé par les factions armées pour en faire un enfant soldat promis à une mort certaine. Ce père luttant pour sa propre survie et la libération de son fils va alors croiser celle la route d’un mercenaire (Leonardo DiCaprio) devenu contrebandier pour la solde de diamantaires prestigieux.

Le périple de l’ancien soldat va le conduire sur la piste d’un des plus gros diamants rose du monde mais aussi sur le chemin d’une charmante journaliste de terrain (Jennifer Connelly) qui cherche à dénoncer les agissements des trafiquants des diamants de guerre, les « Blood Diamonds ». Toute cette agitation met alors en opposition les caractères et les objectifs bien distincts des protagonistes : la vénalité du mercenaire impitoyable prêt à tout pour s’enrichir, le courage d’un père déboussolé prêt à mourir pour sauver son fils et la détermination froide d’une journaliste désireuse de dénoncer les atrocités commises dans cette région du monde.

Très bien orchestré et mis en scène, le film se déroule sans jamais ennuyer et délivre son message brutal et sans détour, servi par un casting dont la prestation est ici irréprochable. Plus mur que jamais, Leonardo DiCaprio se bonifie avec le temps. Il se surpasse tout au long de son interprétation de mercenaire impénétrable tandis que Djimon Hounsou, très physique et au sommet de sa forme, nous livre une prestation émouvante et des plus poignantes. Jennifer Connelly quant à elle, apporte la touche de douceur qui aurait pu manquer à ce scénario qui est finalement très bien dosé.

Prenant aux trippes de bout en bout malgré ses 143 minutes, le film utilise la manière forte pour ouvrir les yeux du spectateur sur les injustices et les traumatismes des populations qui découlent des guerres et de leurs trafics. Dénonçant ces lutes de pouvoir qui maculent les rivières de diamants du sang des enfants, le scénario déroule des scènes fortes et bouleversantes.  Mais au final, l’histoire nous confronte à une aventure qui transporte chaque personnage dans l’univers de l’autre, mêlant émotion, action, suspense et scènes de guerre. Du grand spectacle, percutant, dérangeant mais grandiose.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Si l’on peut regretter une compression parfois inégale sur quelques unes des scènes nocturnes un peu granuleuses, l’image est globalement très propre et certains paysages africains sont superbes. L’encodage VC-1 est ici surtout efficace sur les scènes de jour et réduit efficacement le grain. L’image est précise, les couleurs sont énergiques et le piqué des seconds est parfois saisissant. Seuls quelques plans larges manquent un peu de définition. Les maquillages et les costumes sont à la hauteur de la photographie générale du film : spectaculaires. La palette bien saturée est étendue et contrastée.

Les scènes de guérilla urbaine à la pyrotechnie généreuse tiennent le spectateur en haleine. Les décors transpirent l’authenticité et la mise en scène retranscrit avec dureté l’impitoyable l’atmosphère des rues où s’affrontent forces rebelles du FRU et troupes gouvernementales dans un déluge de fumée, de feu et de particules.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais PCM 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Anglais Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Espagnol Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Italien Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Danois Sous-Titrage Oui Oui Non      
Finnois Sous-Titrage Oui Oui Non      
Néérlandais Sous-Titrage Oui Oui Non      
Norvégien Sous-Titrage Oui Oui Non      
Portugais Sous-Titrage Oui Oui Non      
Suédois Sous-Titrage Oui Oui Non      

Les balles fusent, les installations explosent, le sang gicle et la poudre parle à grand renfort de détonations. L’environnement guerrier du film est un terrain idéal pour apprécier le rendu sonore mouvementé sur les enceintes surround, le caisson de basse et les voix arrières de votre équipement audio, tandis que la voix centrale se concentre sur les dialogues, les cris et les complaintes.

On peut regretter que l’acteur qui double en français Leonardo DiCaprio n’ait pas forcé un peu la maturité de sa voix pour donner davantage de crédibilité et de testostérone au personnage. Un doublage qui commence à être en total décalage avec l’évolution de l’acteur Hollywoodien. Heureusement, la piste sonore anglaise (la seule en PCM 5.1), permet d’apprécier le jeu original de chaque interprète dans un environnement sonore des plus dynamiques et explosive, les échanges de tirs ayant lieu directement dans votre salon.

Côté partition, la musique de James Newton Howard mélange rythme tribaux, instruments africains et son modernes pour restituer toute l’intensité de l’action, intensifier les poursuites, et ponctuer les fusillades. Une bande musicale trippante.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 80 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

L’habillage des menus de ce Blu-Ray est sans fioritures et n’a apparemment pas été soigné. Triste à souhait il donne cependant accès à de nombreux bonus. Le commentaire du réalisateur Edward Zwick permet de redécouvrir les secrets de tournage. « Point Focus », « De la terre au bijoutier », « Devenir Archer » et « Journalisme de front » sont des documentaires qui nous proposent de découvrir en un peu plus d’une heure quelques notes de production, de suivre le parcours d’un diamant en éclairant le spectateur sur la difficile réalité des faits 8 ans après l’action du film et enfin de découvrir le profil de Leonardo DiCaprio ainsi que sa partenaire dans leur manière d’aborder leur personnage. Une des scènes clef du film est passée au crible dans un reportage intitulé « La ville de Freetown » tandis qu’un bonus de 10 minutes baptisé « Les coulisses du film » fait office de making of. Le clip vidéo de Nas « Shine on’Em » et le trailer officiel de Blood Diamond achèvent cette généreuse livrée de bonus.