Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Les fils de l'homme (HD DVD)

Catégorie Cinéma
Titre Original Children of Men
Genre Science Fiction
Pays Usa
Date de sortie 31/10/2007
Réalisateur Alfonso Cuaron
Avec Clive Owen, Michael Caine, Julianne Moore, Charlie Hunnam
Format HDDVD
Boitier Amaray
Producteurs Marc Abraham
Scénaristes Timothy J. Sexton et Alfonso Cuaron d'après l'oeuvre de P.D. James
Compositeur John Tavener

Critique de José Evrard
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

Synopsis

L'année 2027, depuis près de 20 ans, les femmes sont devenues infertiles. Devant l'inexorable fin de l'humanité, les pays du monde entier s'effondrent dans la guerre civile, le terrorisme, la violence et le désespoir. C'est à ce moment, où tout semble perdu, que Théo, ancien activiste, est contacté par son ex-femme, leader d'un groupe révolutionnaire, pour escorter Kee, la première femme enceinte depuis deux décennies, au sein d'un groupe œuvrant pour le renouveau de l'humanité.

Critique Subjective de Arnaud Weil-Lancry

L’anticipation, (petite) poule aux œufs d’or…
Les films d’anticipation brillent rarement par leur originalité : futur post-apocalyptique (Mad-Max, L’armée des 12 singes…), futur chaotique camé (Strange Days…), mais surtout, futur proche gris, blanc, aseptisé. Dans cette catégorie, on peut classer bien des succès contemporains, allant de Gattaca à Equilibrium, en passant par Blade Runner ou le méconnu Passé Virtuel. Beaucoup de réussites intéressantes, mais banalisées par leur souci de présenter un futur proche « métallique » et donc peu accessible car trop éloigné de nos réalités actuelles. Alfonso Cuaron rectifie le tir avec Les Fils de l’homme, film d’anticipation marqué par son souci de l’authenticité et d’un futur quasi immédiat indigeste et très peu souhaitable.

Que c’est crade…
C’est probablement la première réflexion qui vous viendra à l’esprit lors des premières minutes du dernier film du réalisateur du Prisonnier d’Azkaban. En effet, on retrouve dans Les Fils de l’homme ce qui avait fait le succès du troisième volet de la saga Harry Potter : une vision sombre et torturée de la nature humaine et un penchant pour la noirceur, le tout mâtiné d’un goût esthétique cradingue et léché. Fils de l’homme ne dépareille pas et met en scène Théo, acteur malgré lui d’une course effrénée pour sauver l’être le plus jeune du monde. Dans ce futur proche, plus rien n’appelle l’espoir puisque la procréation n’est plus possible. Ce désespoir appelle la perdition, et ce devenir funeste paraît tellement concret qu’il fait froid dans le dos. A qui la faute ? Aux manipulations génétiques gouvernementales ? Aux extraterrestres ? A la pollution ? Alfonso Cuaron ouvre bien des portes en laissant le spectateur seul maître des réponses. A travers son thriller futuriste d'un scénario un peu alambiqué, il parvient à distiller progressivement une angoisse : que l’avenir que nous nous construisons est loin d’être rose et qu’un tel monde soumis au chaos n’est pas si invraisemblable, loin de là.

Nature morte…
Si le réalisateur mexicain excelle à mettre en scène intelligemment des problématiques très actuelles (immigration, stérilité, ordre et chaos, pollution…), c’est aussi grâce à des acteurs authentiques qui paraissent refléter très exactement cette vision destructurée du réalisateur. Michael Caine et Clive Owen apportent tout juste ce qu’il faut de mélancolie et de nostalgie pour interpeller très justement le spectateur. Un peu comme les versants organiques d’un monde en déchéance complète, les deux acteurs permettent au film de Alfonso Cuaron d’atteindre un degré palpable saisissant, partiellement atténué par une caméra un peu trop baladeuse et des longueurs balourdes inutiles. Toutefois, ces petits désagrément n’entachent en rien l’intérêt de ces Fils de l’homme qui fini par laisser un sale arrière-goût dans la bouche : voici le monde que nous méritons car c’est le futur que nous nous construisons.

Verdict : 7/10
Sans être inoubliable, Les Fils de l’homme a le mérite de mettre en scène un futur très proche et de poser des questions véritablement importantes. Un film d’anticipation qui vaut le détour pour son regard très authentique, malgré des longueurs un peu malvenues.

Site officiel: Les fils de l’homme

La critique ciné pour ou contre

La critique du DVD



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Bénéficiant d’un master récent, le film nous gratifie d’un sans faute au niveau image. Les teintes vertes de la forêt où se cache le personnage de Michael Caine ressortent quasiment de l’écran tant l’effet 3d est accentué. De plus les tons gris et sales de cette Angleterre futuriste sont parfaits. Profondeur de champ, clarté sur les plans larges, ah que c’est génial une image de ce calibre.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby Digital Plus 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital Plus 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Ayant eu l’occasion de pouvoir comparé avec l’édition DVD, de très bon niveau, le son de ce HD DVD n’est pas transcendant par rapport à son homologue DVD mais nous avons à faire à un mixage de haut niveau tant en terme d’impact que de précision de répartition. Petite préférence, comme d’habitude, à la Vo qui excelle dans les ambiances et les dialogues.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 150 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Ce Hd DVD bénéficie du U control, qui est sans doute LE bonus ultime propre au HD DVD, pendant le film vous avez une icône qui apparait en bas à droite de l’écran et qui vous indique que des infos sont disponibles sur ce que vous voyez à l’écran : interview, infos contextuelles, bref, en un mot génial et totalement interactif


Les hommes menacés
: court reportage concernant la conception de quelques scènes du film dont le fameux plan séquence de la voiture, expliqués par de nombreux intervenants dont un Clive Owen visiblement plus impliqué dans la conception du film que dans son seul statut d'acteur.

Les enfants des hommes : le philosophe Slavoj Zizek tente de faire partager sa passion pour le film dans un discours qui sait au moins rester clair et compréhensible.


Scènes coupées
: 3 scènes supprimées du montage. Sans grand intérêt elles justifient certains aspects de la personnalité de Théo (qui fait preuve de générosité envers un mendiant, ou se voit donné un ultimatum pour payer son loyer, lui donnant par là sa motivation première pour accepter la mission). La troisième scène rallonge la discussion de Theo avec son cousin ministre.

Theo et Julian :
pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, petit rattrapage sur le presque-couple du film, leur motivations, leur relation. L'intérêt est très limité.

Style futuriste :
qui ne l'est pas. Les techniciens (costumes, décors...) nous expliquent comment arriver à un style SF tout en ne faisant qu'hyperboler une réalité très contemporaine.

La création du bébé :
sans doute l'effet spécial le plus incroyable du film avec les plans séquences. La création du bébé ultra-réaliste du film est ici expliquée, couche par couche, si l'on peut dire. Un véritable tour de force.

La possibilité d'espérer :
documentaire réalisé par Alfonso Cuarón pour les besoins de ce DVD, c'est ici à une véritable réflexion à laquelle nous avons droit. Exit Hollywood, place aux philosophes, historiens et autres intervenants qui regorgent d'analyses peu optimistes sur les nombreux dangers qu'encourent la planète. Très intéressant.