Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

28 semaines plus tard (Blu-ray)

Catégorie Cinéma
Titre Original 28 Weeks Later
Genre Horreur
Pays Angleterre
Date de sortie 19/03/2008
Réalisateur Juan-Carlos Fresnadillo
Avec Robert Carlyle, Rose Byrne, Jeremy Renner, Harold Perrineau, Catherine McCormack, Mackintosh Muggleton, Imogen Poots, Idris Elba, Amanda Walker
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Danny Boyle, Alex Garland, Allon Reich, Enrique López Lavigne et Andrew MacDonald
Scénaristes Juan Carlos Fresnadillo, Enrique López Lavigne, Jesus Olmo et Rowan Joffe
Compositeur John Murphy

Critique de Nicolas Polteau
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 94 min
Support
   
   

Résumé

Il y a six mois, un terrible virus a décimé l’Angleterre. Les forces américaines présentes sur le territoire ayant décrété que le virus avait progressivement disparu, tentent de reconstruire le pays.
Don, qui n’a pas réussi à sauver sa femme du terrible danger qui la menaçait, parvient à retrouver ses enfants, Andy et Tammy. Mais la culpabilité le ronge…


Critique subjective (réalisée par Arnaud Weil-Lancry)


28, la Saga…

Un peu n’importe comment, 28 semaines plus tard débarque sur les écrans… Véritable suite du très réussi 28 jours plus tard ? Séquelle opportuniste ? Film purement mercantile cherchant désagréablement à surfer sur la vague horrifique actuelle …? Un peu de tout cela certes, mais surtout une indéniable réussite dans un genre très encombré où les ratages sont aussi nombreux que les  succès. Et étrangement, 28 semaines plus tard tient amplement la comparaison avec son prédécesseur, mais aussi avec l’Armée des morts ou même avec Land of the dead. Pourtant négligé par une actualité cinématographique qui fait la part belle aux film français et aux Vengeance dans la peau, 28 semaines plus tard entre dans la cour des films de zombies par la grande porte, voire la très grande porte…


Encore un…

Oui… Encore un réalisateur complètement étranger au genre qui parvient à accoucher d’un film splendide sans aucune difficulté apparente. Car splendide, 28 jours plus tard l’est… Imaginez un peu le tableau : des réfugiés ayant parvenu à réchapper au virus qui se retrouvent dans une zone retranchée sous contrôle américain. L’influence des films de Romero est prégnante dans bien des plans, mais Juan Carlos Fresnadillo jouit d’un style remarquable déjà mis en évidence lors de son précédent film, Intacto. La dimension formelle de son dernier film est splendidement maîtrisée que ce soit sur le plan du visuel pur (montage, photo) ou sur un plan scénaristique. Et oui, 28 semaines plus tard bénéficie d’un scénario excellent même si ce dernier se voit ponctuellement contrarié par les poncifs habituels au genre (stéréotypes des personnages principaux…) et par une réalisation technique un peu fatigante. Cela ne l’empêche pas d’être particulièrement accrocheur et de littéralement scotcher le spectateur à son siège pendant une durée pourtant relativement courte. C’est compter sans le talent des acteurs en présence : Robert Carlyle, Rose Byrne, Jeremy Renner et Catherine McCormack… qui apportent tout ce qu’il faut d’émotion dans ce film gorissime.

Mais 28 semaines plus tard n’est pas le film de zombies parfait, en particulier à cause d’un montage à la fois soigné et épileptique qui fera passer les pires séquences d’action de Blade Trinity pour une partie de pétanque entre potes. Malgré cela, Juan Carlos Fresnadillo parvient toujours à retranscrire avec justesse l’incroyable émotion qui transpire de son œuvre. Une émotion forte, puissante, qui rappelle à chaque minute à quel point l’être humain est fragile et vulnérable, en particulier face à ses proches et à ceux qu’il aime.


Verdict

Pas grand-chose à redire dans ce film d’horreur maîtrisé de bout en bout.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Qui dit haute définition dit forcément précision dans les détails avec en particulier des arrière-plans aux petits oignons. La principale réserve dans 28 semaines plus tard, c'est la définition. On a l'impression d'avoir inséré un très bon DVD dans le lecteur mais pas un disque Blu-ray ! C'est particulièrement visible lors des scènes sombres (cf. premier chapitre) où l'on observe une détérioration notable de l'image dû à un grain original prononcé !
Quid des autres éléments indispensables à une bonne image ? De ce point de vue là, aucun souci à signaler ! La compression MPEG 4 / AVC est idéale et les couleurs se retrouvent parfaitement saturées.
Au final, malgré une définition hasardeuse, l'image reste d'une qualité plus que correcte !

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Italien DTS 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne

Cinq pistes sont proposées sur le Blu-Ray dont trois en DTS : la VF 5.1 DTS (mi-débit), la VO 5.1 DTS HD Master Audio (plein débit pour les néophytes) et la version italienne 5.1 DTS (mi-débit).
Pour un film de ce calibre (action movie), on était en droit d'attendre un rendu sonore particulièrement musclé. Le résultat est un peu en deçà de nos attentes. La faute à une ouverture sonore limitée, basée principalement sur les enceintes frontales. Les surrounds ne sont que rarement mis à contribution (cf. 13'15 : passage d'un avion ; cf. 101'58 : tirs de l'hélicoptère).
Malgré cela, de nombreux points positifs sont à dénombrer. Premièrement, une dynamique péchue avec des basses bien présentes au moment opportun (cf. 86'50 : explosion au Napalm). Mais aussi une localisation parfaite des évènement sonores (cf. 15'45 : hélice hélicoptère sur frontale gauche).
Concernant, les différences entre les pistes DTS, on note un léger avantage au niveau de la puissance pour la piste VO DTS HD par rapport à ses consoeurs !

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 54 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Menus

Blu-Ray oblige, il n’existe pas de menu principal. On accède aux différents menus pendant la lecture du film (qui s’exécute automatiquement). C’est assez basique mais relativement fonctionnel !


Suppléments
(vost)

- Commentaire audio du réalisateur Juan-Carlos Fresnadillo et du producteur/scénariste Enrique López Lavigne. Le commentaire s’avère très explicatif sur les scènes présentes à l’écran (mode opératoire notamment) ainsi qu’au niveau de l’histoire (pourquoi tel choix). Les cinéphiles se délecteront aussi grâce aux anecdotes du duo. On retiendra par exemple que le manoir utilisé au début du film fut également un lieu de tournage pour Les fils de l’Homme d’Alfonso Cuaron.

-Scènes inédites avec commentaire optionnel du réalisateur Juan-Carlos Fresnadillo et du producteur/scénariste Enrique López Lavigne. Première séquence, la cantine (3'). Les deux enfants et leur père font connaissance avec Scarlet (Major dans l'armée). Selon le réalisateur, après la scène de la confession du père (où il évoque la mort de sa femme à ses enfants), il était difficile d'introduire une séquence "normale", le rythme du film s'en trouvait altéré. Deuxième et dernière scène coupée au montage, le rêve d'Andy (2'15). Comment le titre le laisse suggérer, le jeune garçon est dans un moment onirique. Dans cette séquence, on voit Andy entrer dans le métro à la recherche de sa mère. Lorqu'il l'aperçoit, il la rejoint et l'enlace. Pour les commentateurs, cette scène était très importante lors de l'écriture du scénario (ils étaient même très inspirés) mais cela ne fonctionnait plus dans le film. Comme quoi, une séquence peut être idyllique sur le papier mais hors de propos au montage !

-Bandes annonces. Cinéma : 28 semaines plus tard. Blu-ray Fox : 28 jours plus tard, Sunshine, Les 4 Fantastiques et le surfer d'argent, Pathfinder et Die Hard 4.0.