Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Paranoiak

Catégorie Cinéma
Titre Original Disturbia
Genre Drame
Pays U.S.A.
Date de sortie 05/11/2008
Réalisateur Caruso D.J.
Avec Shia LaBeouf, David Morse, Carrie-Anne Moss
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jackie Marcus, Joe Medjuck, Tom Pollock
Scénaristes Carl Ellsworth, Christopher B. Landon
Compositeur Geoff Zanelli

Critique de Maxime Claudel
Editeur Dreamworks
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 105 min
Support
   
   

Synopsis
Kale, 17 ans, habite une de ces banlieues paradisiaques où il ne se passe jamais rien, jusqu'au jour où... Seul chez lui, maître de son temps, ses journées se passent à surfer sur le web, à regarder la télé, à jouer sur sa console, à se gaver de pizzas, à reluquer en douce la fille canon qui vient d'emménager dans la maison voisine.
Une vie de rêve ? Pas tout à fait... Car Kale n'a pas le droit de sortir de chez lui. Placé sous contrôle judiciaire à la suite d'une algarade, il doit purger sa peine à domicile, et trouve chaque jour plus étouffante cette contrainte. Son seul exutoire : épier ses voisins à la jumelle, observer leurs habitudes, leurs déplacements, leurs incongruités, tenter d'en déduire leurs petits et leurs grands secrets. Et Kate, jamais à court d'imagination, prend à ce petit jeu un plaisir considérable. Mais le jeu prend soudain une tournure inquiétante, lorsque Kale et sa nouvelle copine découvrent qu'un de leurs voisins, l'énigmatique Mr. Turner, pourrait bien être... un tueur en série...

Critique artistique
Facebook, blogs, Myspace,… l’heure est au nombrilisme de son prochain. Paranoiak en est la parfaite synthèse en attaquant de front l’origine de ces nouveaux « voyeurismes » : l’épiage pur et simple. Kale va en effet trouver refuge dans la vie des autres. Ces vies, il va les envier au point de les connaître par cœur, de les analyser et d’en devenir accroc. Car Kyle est en fait un être tourmenté. Meurtri par la disparition hâtive de son pôle paternel, il n’aura plus de raisons de vivre que dans la Haute technologie qui l’entoure. I-pod, Home Cinema, télé et consoles dernière génération, Kyle a tout du geek et en incarne le parfait stéréotype qui loupe ses études et ne communique plus avec sa mère… La profondeur du personnage est assez stupéfiante et il fait preuve d’une maturité glaciale et cruelle. Shia Labeouf nous livre ici une performance exemplaire et confirme qu’il fera partie de la relève hollywoodienne à surveiller.

Land of confusion
Aidé de son plus fidèle camarade et de sa nouvelle petite amie, il va donc espionner et creuser les vies de ses voisins. Le hic est qu’il va aller trop loin, beaucoup trop loin et va franchir des limites dangereuses pour des adolescents. Le mystère est représenté par son voisin qui d’apparence semble normal et s’avère être un serial-killer impitoyable en réalité. Les trublions vont donc essayer de percer la vérité au grand jour. Se trompent-ils ? Mr. Turner cache-t-il un terrible secret ? La paranoïa et la suspicion vont donc s’installer et donner au film le cachet de thriller qu’il revendique fièrement. L’ambiance est tendue, le suspens est à l’abonné présent et l’intrigue se déroule sans de véritables temps morts.  La chute est même surprenante tant les différents éléments, qui nous mènent vers elle, sont de fausses pistes.

Conclusion
Paranoïak remplit donc sont rôle de thriller tant dans son cahier des charges que la fulgurante aura satyrique qui l’entoure. Il faut aussi avouer qu’un huit-clos en plein air, cela ne court pas les rues…



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Dreamworks nous livre ici une image dans l’ensemble fort copieuse : piqué tranchant et colorimétrie au poil en sont les principales composantes. La partie visuelle met donc amplement ces deux caractéristiques au service de la jolie photographie du film. Seule la compression semble souffrir de quelques défauts affectant par exemple la fluidité du film, donnant naissance à un effet judder particulièrement désagréable.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS 6.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Moyenne
Anglais DTS 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Moyenne
Espagnol DTS 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Moyenne
Français DTS 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Moyenne
Portugais Sous-Titrage Oui Non Non      

La majorité de la bande sonore est une addition de musique rock nous embourbant dans un spectacle de spatialisation exemplaire. Même si peu d’effets surround sont présents, la partie sonore s’en tire quand même cruellement bien avec par exemple une intelligibilité des voix édifiante. Au final et couplé à une image correcte, le son nous livre une performance particulièrement appréciable pour un genre de film ne se prêtant pas forcément à une esbroufe technique digne de ce nom.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 21 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

• Commentaire audio de D.J. Caruso, Shia Labeouf et Sarah Roemer

• Pop-up : quiz et anecdote autour du film pendant le visionnage du film. Un simili de la fonction U-control de chez Universal mais en moins poussé et donc en moins HD…

• Making of (SD/HD, 15 minutes) : les différentes personnes ayant attrait à la réalisation du film (acteurs, réalisateur, scénariste,…) reviennent sur la conception du film. Ils insistent bien sur le fait que la trame traite du voyeurisme contemporain.

• 4 scènes coupées (SD, 4 minutes) : trois scènes qui creusent encore plus le problème de communication entre Kyle et sa mère. Une dernière, bien moins intéressante traite du plan des voyeurs.

• Outakes (SD, 2 minutes) : un mini bêtisier

• Clip musical en HD: « Don’t Make me wait » de This World Fair

• Une galerie photo

• La bande annonce en SD

Conclusion : une édition correcte au niveau de l’habillage qui déçoit au niveau de l’interactivité mais qui se rattrape par la richesse de l’intrigue proposée.