Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Shrek 4 : Il était une fin

Catégorie Cinéma
Titre Original Shrek 4 : Forever After
Genre Animation
Pays USA
Date de sortie 08/12/2010
Réalisateur Mike Mitchell
Avec Mike Myers, Eddy Murphy, Cameron Diaz, Antonio Banderas, Alain Chabat, Pascal Legitimus
Format Blu-Ray
Boitier Amaray avec fourreau cartonné
Producteurs Gina Shay et Teresa Cheng
Scénaristes Josh Klausner et Darren Lemke
Compositeur Harry Gregson-Williams

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Dreamworks
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 93 min
Support
   
   

Nostalgique du temps où il était « un vrai ogre », Shrek signe le contrat magique de Tracassin et en un instant, tout son univers est chamboulé…L’âne ne le reconnait plus, Fiona est maintenant une redoutable guerrière et le Chat Potté est plus « en forme » que jamais ! Ensemble, ils n’ont que 24h. Pour déjouer le sortilège et sauver le royaume de Fort Fort Lointain.

Après un troisième volet qui laissait apparaitre des signes de faiblesses scénaristiques évidents, l’arrivée d’un quatrième, faisait poindre une inquiétude, particulièrement lorsque la promotion de sa sortie en salle s’était faite autour d’un final en 3D. Un argument qui, dans bien des cas maintenant, sert à masquer l’absence d’originalité. Dreamworks se plie aux lois du marché, et tente d’utiliser jusqu’à l’épuisement la licence Shrek. Et en cela ils peuvent compter sur des scénaristes bien décidés à clore une série, sinon en beauté, en tout cas la tête haute.

Et de ce point de vue là, le film est réussit. Car l’idée de remettre en question l’ensemble de la série est certainement la meilleure du moment. A l’heure où la plupart des licences sont relancées par des préquels pour éviter la panne d’inspiration et tenter de donner un souffle nouveau sans trop d’effort, les scénaristes de ce quatrième volet décide de brouiller les cartes en imaginant que Shrek, finalement, ne se satisfaisait pas de son bonheur, et croisait la route d’un nabot mal intentionné. L’ogre se retrouve alors dans une situation où tout est à refaire, où les personnages principaux prennent un nouveau départ sans toutefois faire dans la redite. Ainsi les situations s’inversent, car Shrek court après l’amitié et l’amour qu’il avait tant de fois remis en question. Mais surtout l’intelligence du scénario revient à l’absence d’effet de répétition tout en rappelant les épisodes précédents, avec le dragon, ou encore le baiser d’amour, et les maléfices. Les scénaristes offrent une conclusion tout en finesse et retrouvent la tonalité qui fit le succès de Shrek.

Côté animation, les personnages ont évolué forcément, avec des techniques toujours plus évoluées qui ont permis aux animateurs de jouer sur les lumières et sur les textures, saisissantes notamment sur l'âne . L’ensemble est toujours crée avec soin et les décors gagnent en profondeur et en finesse. On regrettera simplement que les producteurs aient choisi une communication honteusement 3D, pour un film qui n’en n’avait pas besoin. Car la mise en scène ne semble pas avoir été pensé en ce sens, dans le cas inverse, cela signifierait qu’ils sont passés totalement à côté. Car le film dans cette édition DVD ne souffre jamais d’un manque de relief, bien au contraire, l’animation reste de qualité en 2D et garde ce niveau aussi élevé qu’au début de l’aventure. Une preuve supplémentaire si besoin en était que l’argument 3D ne fait que cacher une volonté honteusement mercantile.

En conclusion, « Shrek 4 » clos en beauté cette série d’aventures de l’ogre vert qui avait souffert d’un troisième volet qui manquait terriblement de renouvellement.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une image soignée vient donner au film un éclat bienvenu. Les contrastes mettent en valeur la qualité de l‘animation et la finesses des décors autant que des personnages. Les couleurs sont parfaitement bien pesées pour jouer sur les nuances et mettre en valeur les textures. Le transfert en 1080p donne une tessiture bien particulière à l’ensemble qui gagne en brillance et en profondeur, un véritable plaisir pour les yeux.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby True HD 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Néérlandais Dolby Digital 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

Une piste 7.1 True HD de toute beauté qui respecte avec beaucoup de finesse la subtilité des ambiances du film. La répartition sur l’ensemble de l’installation est brillante de justesse et la dynamique est impressionnante. Une véritable plongée en apnée dans l’univers du film. Dommage que la piste française ne soit qu’en Dolby Digital 5.1, car le film y perd en volume et en profondeur. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 120 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

L’accent est mis sur les fêtes de Noel dans cette édition qui tombe à point nommé. Tout d’abord une rétrospective sur l’ensemble de la saga, avec les intervenants qui reviennent sur les origines et l’évolution de la saga, tant du point de vue de l’animation que du doublage.

Puis les scènes inédites, les commentaires audio des créateurs du film, les interviews des comédiens,
ainsi qu’une partie sur l’évolution de la technique d’animation et notamment de la lumière qui permet ainsi de donner beaucoup plus de profondeur à l’ensemble, ou encore les techniques pour les cheveux ou les poils qui ont gagné en finesse et donnent ainsi plus de crédibilité dans la texture, pour ce quatrième volet.

Passé ces bonus techniques, nous arrivons à la partie divertissement pur avec la buche de Shrek qui s’avère être une sorte de fond d’écran interactif pour les soirées de Noël, ou encore le Noël de Shrek avec les inévitables chants interprétés par les personnages. Puis un jeu pour décorer le marais à l’occasion des fêtes de fin d’année. Enfin la partie exclusive Blu-ray comporte un juke box des chansons de Dreamworks avec notamment « I’m a believer » de Shrek, mais aussi « I like to move it » de Madagascar et bien d’autres encore sous forme d’extraits des dessins animés. Et pour conclure des chansons de noël, revisitée à la sauce Shrek. Une édition complète qui vient conclure en beauté la série des aventures de l’ogre le plus célèbre de la planète.