Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

40 ans, toujours puceau

Catégorie Cinéma
Titre Original The 40-year-old Virgin
Genre Comédie
Pays USA
Date de sortie 19/01/2011
Réalisateur Apatow Judd
Avec Steve Carell, Catherine Keener, Paul Rudd
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Judd Apatow, Clayton Townsend et Shauna Robertson
Scénaristes Judd Apatow et Steve Carell
Compositeur Lyle Workman

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 132 min
Support
   
   

Le Lundi Matin, lorsque ses collègues décrivent avec force détails leurs exploits libidineux du week-end, Andy Stitzer, 40 ans, se sent bien penaud, car il est encore puceau. Partagés entre hilarité, incrédulité et consternation, ses amis Jay, David et Cal décident de prendre en main sa tardive initiation : de gré ou de force, Andy va devoir franchir le Rubicon.

Judd Apattow est un réalisateur qui semble se spécialiser dans la comédie graveleuse, bien grasse et souvent politiquement incorrect. Qu’il soit scénariste, producteur ou bien dérrière la caméra, le sujet ne manque pas d’inspirer Apatow, qui semble en faire son fond de commerce. Fort d’une carrière qui ferait rougir Max Pecas (Deux enfoirés à St Tropez), le réalisateur américain s’entoure de la même équipe d’acteurs, qu’ils soient à la télé ou sur grand ecran, comme Steve Carrell (Evan tout puissant) ou encore Jay Baruchel (L’apprenti Sorcier). « 40 ans, toujours puceau » n’est pas le premier grand succès de son auteur, mais certainement celui qui l’impose comme un nouveau roi de la comédie grasse, avec tout ce que cela implique d’allusions graveleuses, de répliques presques cultes et ainsi de suite. La nouveauté ici, vient du fait de faire du héros d’un Teen Movie, un homme d’une quarantaine d’année, confronté aux mêmes problèmes que ceux qui sont d’habitude réservé aux ados libidineux.

Dans les années 80, la série des « Porky’s » avaient ouvert la porte, puis dans les années 90 ce fut « American Pie » qui vint reprendre le flambeaux ouvrant la porte à une série de films dont l’intelligence cède systémiquement la place à l’inepse, depuis plusieurs années, il y a la bande de Judd Apatow qui nous sort des comédies ouvertement graveleuses, mais qui ont l’intelligence de prendre le spectateur à contre-pied. En l’occurrence, ici, le réalisateur ne force pas le trait plus que nécessaire, autour d’un héros dont la spécificité parle pour lui. Le spectateur est d’ores et déjà pris dans les méandres d’un sujet intriguant qui le fait de se retrouver dans la peau des copains d’Andy Stitzer. Le film ne résonne pas comme le chef d’œuvre de profondeur qui se retrouvera aux Oscars, mais il a le mérite de caricaturer tout en gardant une forme de respect envers son personnage, qui se teinte en tendresse, pour une souffrance intérieure que l’on imagine facilement.

Mais il faut le reconnaitre, la force du film réside principalement dans le rôle tenu par Steve Carell. L’acteur aime son personnage et lui donne une véritable tendresse dans sa gestuelle, mais surtout dans son regard. Comme un Droopy permanent qui ne parvient pas à cacher un humoriste imposant, Steve Carell lui donne une véritable dimension populaire qui manquait à Andy Stitzer. Jamais dans la facilité, l’acteur traite son personnage avec respect et justesse et complète le tableau, avec le reste de la distribution.

En conclusion, « 40 ans toujours puceau » est une comédie potache ouvertement assumée, qui garde finalement un grand respect pour son personnage proncipal et incite le spectateur à prendre la place des amis du héros et ainsi hésiter entre incredulité, hilarité et Consternation.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les  contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble  Le support est d’une grande efficacité pour donner un véritable volume aux ambiances.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Allemand DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Espagnol DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Italien DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Japonais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Cantonais Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Coréen Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Danois Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Grec Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Mandarin Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Néérlandais Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Norvégien Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Portugais Sous-Titrage Oui Oui Oui      
Suédois Sous-Titrage Oui Oui Oui      

Un Master Audio DTS HD  5.1, qui tient ses promesses, mais qui souffre d’un léger surgonflage en basse. Pour le reste la spatialisation reste cohérente, même si les dialogues sont parfois un peu en retrait. La dynamique reste brillante et l’on prend beaucoup de plaisir à suivre les mésaventures de ce héros.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Forcément un Bêtisier, puis une reprise amusante de la joute verbale des amis d’Andy Stitzer : "Comment je sais que tu es homo ? », puis plusieurs séquences amusantes autour du film  comme : « Les fantasmes d’Andy » ou encore « Les conseils d’épilation ». Le plus intéressant restant les commentaires audio de l’équipe, qui reviennent avec beaucoup de bonheur et d’humour autour de la construction de ce film. Un ensemble de bonus totalement cohérent, qui ne manque pas d’intérêt.